Tunisian takes part in conference on « Sport Market in Arab World » organised by Arab World Institute

(TAP) – The Arab World Institute (IMA) organised Tuesday in Paris, a conference on « The Sports Market in the Arab World », which aims to explore the challenges and opportunities related to the sports market.

Several topics were discussed, including infrastructure, innovation, media rights, sustainable development, etc., on the eve of major international sporting events such as the African Cup of Nations, which begins on June 21 in Egypt, the Football World Cup in Qatar in 2020, the World Handball Championship in Egypt in 2021 and the Mediterranean Games in Oran in 2021.

This meeting brought together the greatest players in the world of sport in France and the Arab world, and Tunisia was represented by Tarek Kharrat, a doctor of statistics specialising in the analysis of football data based in England, Bassem Loukil, president of the Loukil group, one of the main sponsors of Tunisian sport, Mourad Zeghidi, a journalist specialising in communication and fencer Ines Boubakri, bronze medalist at the Rio 2016 Olympic Games.

In addition, an exhibition on football « Football and the Arab World, the Football Revolution » is being held at the IMA from April 10 to July 21, 2010, focusing on the influence of the king’s sport in Arab societies and during the revolutions.

La Tunisie participe à la conférence sur le “Marché du sport dans le monde arabe” à l’IMA à Paris

L’Institut du monde arabe (IMA) à Paris a organisé, mardi 11 juin 2019, une conférence sur “Le marché du sport dans le monde arabe”, qui a pour objectif d’explorer les enjeux et opportunités liés au marché du sport.

Plusieurs sujets ont été évoqués ayant notamment trait aux infrastructures, innovation, droits médias, développement durable…, à l’aube de grands événements sportifs internationaux comme la Coupe d’Afrique des nations qui débute le 21 juin courant en Egypte, la Coupe du monde de football au Qatar en 2022, le Championnat du monde de handball en Egypte en 2021 ou encore les Jeux méditerranéens de 2021 à Oran.

Ce rendez-vous a réuni les plus grands acteurs du monde du sport en France et dans le monde arabe. La Tunisie y était représentée par Tarek Kharrat, mathématicien spécialiste en statistiques installé en Angleterre, Bassem Loukil, président du groupe Loukil, Mourad Zeghidi, journaliste spécialiste en communication, et l’escrimeuse Ines Boubakri, médaillée de bronze aux Jeux olympiques de Rio 2016.

Par ailleurs, se tient, depuis le 10 courant à l’IMA et jusqu’au 21 juillet prochain, une exposition sur le football “Foot et monde arabe, la révolution du ballon rond”, consacrée à l’influence du sport roi dans les sociétés arabes et lors des révolutions.

Cette exposition permet au visiteur de découvrir -à la manière d’un joueur entrant sur un terrain de football- 11 épopées humaines de joueurs et de supporters dans le monde arabe : l’équipe du Front de Libération national de l’Algérie, le célèbre joueur Larbi Ben Barek, l’essor du football féminin en Jordanie ou encore la ville du Caire comme capitale du football…

Objets iconiques (maillots, ballons, trophées des Coupes du monde 1998 et 2018…), photographies, extraits d’archives, documentaires, interviews sont complétés par le travail de plusieurs artistes contemporains (Philippe Parreno…).

Plusieurs expériences interactives sont également proposées aux visiteurs : composer son équipe de foot arabe idéale ou se glisser dans la peau d’un commentateur sportif.

Exemple unique d’assimilation d’un élément étranger aux cultures arabes, le football a joué, à l’heure des indépendances, un rôle déterminant dans l’élaboration des identités nationales.

L’engagement du sport dans les combats sociaux demeure très vif au 21ème siècle, dans le monde arabe mais aussi hors de celui-ci. En France, l’équipe victorieuse du mondial de 1998 consacre des joueurs issus de l’immigration, dont Zinedine Zidane est l’emblème.

Le football tunisien est présent avec des photos de champions de différentes générations comme Tarek Dhiab, Radhi Jaidi, Zoubeir Badra, et celles du sacre de la Tunisie en Coupe d’Afrique de 2004 qu’elle avait organisée.

حتى لا يكون انضمام تونس الى التجمعات الاقتصادية الإفريقية حرثا في البحر .. مجلس أعمال تونس إفريقيا يقدم خارطة طريق لتطوير النقل

قدم مجلس أعمال تونس إفريقيا مؤخرا دراسة حول «مسالك النقل واللوجستيك في إفريقيا: آفاق تونسية» تضمنت جملة من المعطيات حول النقل الدولي الى قرابة 20 بلدا إفريقيا وخلصت الدراسة الى ان المبادلات التجارية مع الاسواق الافريقية الواعدة جدا لن تنمو في ظل الوضعية الحالية للنقل بين تونس والبلدان الافريقية واقتصارها على رحلات جوية معدودة وبطاقة محدودة مع شبه غياب للنقل البحري والبري وهذا الاخير يقتصر فقط على البلدين المجاورين لتونس الجزائر وليبيا وبعد اعلان انضمام تونس الى الـ»كوميسا» وسعيها الى نيل عضوية تجمعات اقتصادية افريقية اخرى فان الفائدة من كل تلك المساعي لن تحصل الا اذا تم تخصيص إستثمارات ضخمة للارتقاء بقطاع النقل الدولي عبر فتح خطوط بحرية جديدة ومد شبكة طرقات عصرية تربط بلدان المغرب العربي في انتظار التشاور مع بلدان من جنوب الصحراء قريبة جغرافيا من منطقتنا لمغاربية لمد طرقات تيسر نقل البضائع وتضمن حركية اقتصادية معتبرة.

خلال تقديم تلك الدراسة اكد رئيس مجلس اعمال تونس افريقيا بسام لوكيل ان النقل يعد من أبرز الإشكاليات التي تعرقل تدفق الصادرات التونسية نحو الأسواق الافريقية مشيرا الى ان صادراتنا نحو افريقيا ضعيفة مقارنة مع فرص تكثيفها المتاحة سواء من خلال حسن علاقاتنا بالبلدان الافريقية او من خلال الحرص على الانضمام الى اقصى ما يمكن من التجمعات الاقتصادية في القارة السمراء وان تنمية المبادلات وتلبية طلبات الدول الافريقية على المنتجات التونسية لن يتحقق الا بتطوير النقل سواء كان بريا أو جويا أو بحريا. وشدد بسام الوكيل على ضرورة العمل على تجاوز مختلف هذه الإشكاليات عبر ابرام شراكات مع القطاع الخاص ليتحقق النهوض بالتبادل التجاري بين تونس وأفريقيا التي اعتبرها سوق واعدة وتسجل نسب نمو كبيرة وفق قوله.

مشيرا الى ان دخول تونس في تكتلات إقتصادية لتطوير المبادلات التجارية سيصطدم بالواقع التعيس للنقل ويحول دون الاستفادة من هذه التكتلات الاقتصادية وأضاف الوكيل أن الدراسة أوضحت وجود ممرات على مستوى البر لكنها غير مستغلة نظرا لوجود إشكالات أمنية الذي يفرض على وزارة النقل العمل على استرجاعها والاستفادة منها، أما على صعيد النقل البحري، فقد إعتبر الوكيل أن تطوير التبادلات التجارية بين تونس و إفريقيا يفرض توفير منطقة لوجستية مخصصة للغرض ووضع منظومة كاملة لنقل البضائع معتبرا أن التكلفة الباهضة لنقل البضائع تعد العائق الأساسي أمام تنمية صادرات تونس نحو الأسواق الإفريقية التي لا تتجاوز حاليا 4 بالمائة من مجمل الصادارات التونسية وهي نسبة ضعيفة جدا سببها غياب الدعم اللوجستي للمستثمر التونسي الراغب في ايصال منتجاته الى الاسواق الافريقية حتى القريبة منا.

بسام لوكيل خلال لقاء بصفاقس : نسعى لجعل صفاقس قطب ومركز للتصدير نحو افريقيا

قال بسام الوكيل في تصريح اعلامي خلال اشرافه على لقاء لمجلس الاعمال التونسي الافريقي برجال الاعمال وباعثين شبان بجهة فاقس ان المجلس يهدف الى جعل جهة صفاقس قطب ومركز للتصودير نحو افريقيا.

واضاف الوكيل ان مستقبل الاقتصاد التونسي في افريقيا وليس في مكان اخر في العالم لان البلدان الافرقية تشهد اكبر نسب النمو الاقتصادي بالاضافة الى ان السوق الافريقية هي سوق كبيرة وواعدة وبامكان الشركات التونسية ان تتموقع فيها بسهولة لتقدم خدماتها وتصدر منتوجها

واوضح الوكيل ان عديد المؤسسات في جهة صفاقس وخاصة الصناعية منها تشهد عديد الصعوبات وبالتالي سيسعى مجس الاعمال التونسي الافريقي خلال الفترة القادمة لتاطير هاذه الشركات ومساعدتها على التووجه للسوق الافريقية والاستفادة منها.

بسام الوكيل : هذه الهياكل والمؤسسات تعرقل التصدير نحو افريقيا

قال رئيس مجلس الأعمال التونسي الإفريقي، بسام الوكيل، أن عددا من الهياكل والمؤسسات في تونس ” تتعامل بشكل سلبي جدا ” مع واجبها المتعلق بدفع المصدرين التونسيين والمستثمرين للتوجه الى افريقيا وأن من بين هذه المؤسسات البنوك وهياكل الدولة. وقال الوكيل، الذي ناقش الى جانب مسؤولين حكوميين ورجال أعمال، أمس الجمعة، موضوع انضمام تونس الى السوق المشتركة لشرق وجنوب إفريقيا “الكوميسا”، “البنوك لا تمتلك الإرادة لمصاحبة رجال الأعمال المتواجدين في افريقيا ويرفضون رفضا قاطعا الإلتزام بتعهدات تجاه افريقيا “.

COMESA : Les exportateurs tunisiens peu ou mal accompagnés

“L’adhésion de la Tunisie au COMESA, une opportunité pour les exportateurs Tunisiens”, tel est le thème d’une rencontre-débat organisée vendredi soir, à Sfax à l’initiative du TABC (Tunisia-Africa Business Center), en présence d’un nombre d’opérateurs économiques de la région, de hauts responsables de l’administration publique, et de représentants des organisations patronales et de la société civile.

Le président du TABC, Bassem Loukil, a, à cette occasion, pointé certaines structures et institutions, “un peu trop passives”, quant au devoir d’accompagnement des exportateurs tunisiens et investisseurs, qui ont choisi de conquérir le marché africain dont particulièrement le secteur bancaire et les institutions de l’Etat.

“Les banques sont peu désireuses d’accompagner les hommes d’affaires présents sur le marché africain et refusent catégoriquement de s’engager en Afrique”, a t-il constaté. Il a exhorté l’Etat à regrouper les banques publiques et privées pour leur demander, de constituer une banque à dimension africaine qui accompagne les entreprises tunisiennes présentes sur les marchés africains.

Pour Loukil, il est impératif aujourd’hui plus que jamais avec les horizons de plus en plus bouchés chez nos voisins libyens et algériens, de viser les marchés d’Afrique de l’Est et du Sud pour pouvoir espérer améliorer le positionnement stratégique des entreprises tunisiennes.

Outre la faiblesse des représentations commerciales diplomatiques en Afrique, qui ne dépassent pas les dix à l’heure actuelle, il a déploré d’autres problèmes auxquels sont confrontés les hommes d’affaires tunisiens qui s’orientent vers l’Afrique et ce en termes de transferts financiers, de transport et de logistique.

Le Président du TABC a mis en garde contre “une perte du potentiel que peut présenter le continent africain en faveur du Maroc qui demeure un concurrent redoutable pour la Tunisie et ne cesse de gagner du terrain parfois aux dépens des intérêts cruciaux de la Tunisie”.

Les intervenants au débat ont évoqué un nombre de problèmes et entraves au développement des relations tuniso-africaines tels que le manque de coordination entre les ministères du Commerce et des Affaires étrangères à travers des représentations commerciales et le déficit d’information dont ont besoin les exportateurs sur l’écosystème des affaires dans les pays africains.

Ils ont également déploré l’absence du ministère du Transport dans cette rencontre-débat malgré l’intérêt crucial que revêt la question du transport et de la logistique dans la question de pénétration des marchés africains. Un homme d’affaires a fait savoir, dans ce sens, qu’il a perdu des marchés juteux en Afrique à cause de l’absence de lignes maritimes et aériennes.

مجلس التعاون التونسي الافريقي : لا بد من اقتحام أسواق جديدة واعدة

ثمنَ رئيس مكتب صفاقس لمجلس الأعمال التونس الافريقي كمال كمون في تصريح لمراسل شمس أف أم احتضان صفاقس لقاءا حواريا هاما حول الامتيازات ومزايا انضمام تونس لتجمع دول شرقي وجنوب افريقيا او ما يعرف ‘بالكوميسا’ وهي سوق جديدة واعدة تضم 600 مليون نسمة وتضم دولا فيها نسبة نمو تفوق 5 بالمائة كاثيوبيا ورواندا.

وافاد رئيس مكتب بأن هناك توجه لتسهيلات بنكية وغيرها لوضع استراتيجية نحو افريقيا .

وأوضح كمون ان هذه الخطوة كانت نتاج عمل كبير من طرف الديبلوماسية الاقتصادية التونسية وتسهيلات حكومية ومجهودات مجلس الأعمال التونسي الافريقي الذي يرأسه بسام الوكيل .

وأضاف أن رجال الأعمال والمستثمرين لهم آفاق جيدة في عديد المجالات كالصناعات الغذائية والطاقات المتجددة وتكنولوجيا المعلومات ومكاتب الدراسات ومواد الصيدلة والأشغال العامة والمواد الكهربائية وغيرها . وشدد كمال كمون على ضرورة اقتحام أسواق جديدة واعدة لخلق ديناميكية اقتصادية ،كما دعا لتطوير النقل الجوي والبحري مع هذه البلدان على غرار اثيوبيا التي سيتحول لها وفد من رجال الاعمال والمؤسسات.

صفاقس : لقاء حول مزايا إنضمام تونس إلى « الكوميسا »

احتضنت صفاقس ليلة امس فعاليات لقاء حواريا تحت شعار « انضمام تونس إلى الكوميسا، فرصة للمصدرين التونسيين » باحدى النزل من تنظيم مجلس الأعمال التونسي الإفريقي.

وكان الحوار حول انضمام تونس للسوق المشتركة للشرق والجنوب الإفريقي « الكوميسا » لتصبح بلادنا رسميا العضو العشرين في هذه المنظمة

وثمن رئيس مكتب صفاقس لمجلس الأعمال التونس الافريقي كمال كمون خلال اللقاء الامتيازات ومزايا انضمام تونس للكوميسا

وافاد رئيس مكتب بأن هناك توجه لتسهيلات بنكية وغيرها لوضع استراتيجية نحو افريقيا ومساندة الدول الأعضاء في « الكوميسا » لحصول تونس على العضوية الكاملة في هذه المنظمة، مؤكّدا عزم بلادنا المتشبّثة بعمقها الإفريقي والحريصة على تطوير التكامل والإندماج القاري، على المساهمة بصفة فعّالة في دفع عمل هذه المجموعة الإقليمية الهامة ومزيد إشعاعها وترسيخ نهج الشراكة والتعاون الاقتصادي والتجاري بين دولها الأعضاء في إطار المنفعة المتبادلة.

تونس تنضم إلى السوق المشتركة للشرق والجنوب الافريقي  »الكوميسا »

نظم مركز أعمال تونس إفريقيا البارحة بصفاقس ندوة حوارية حول إنضمام تونس للسوق المشتركة للشرق والجنوب الافريقي  » الكوميسا » وتم التطرّق إلى الصعوبات والعراقيل القائمة.

وفي تصريح لمراسلنا بصفاقس، قال بسام لوكيل رئيس مجلس أعمال تونس إفريقيا إنّ  »الكوميسا  » سوق واعدة بناتج داخلي خام يتجاوز مليار دولار وبمعاملات مع البلدان الأفريقية تتجاوز 14 % ، مشيرا إلى أنّ هذه السوق في حاجة إلى منتجات تونسية فضلا عن الخبرات والكفاءات في مختلف القطاعات.

وشدّد الوكيل على ضرورة تفيعيل اتفاقية  »الكوميسا » بكل بنودها وملاحقها في اقرب وقت مع اعفاء المنتوجات التي تدخل هذه السوق من الاداء الجمركي وتفعيل خطة استراتيجية للنقل البري والبحري والجوي للدخول الى أسواق الكوميسا بأسعار تنافسية لانه بتواصل غياب خطوط النقل البحري والجوي لن يكون بمقدور المؤسسات التونسية التواجد في هذه السوق، وفق تقديره.

وأكّد على أهمية توفير آليات لتمويل الاستثمارات وخاصة العقود التجارية مع الكوميسا ومع أسواق دول ا فريقيا جنوب الصحراء لدفع التصدير، مشيرا إلى أنّ الحلول موجودة لكن لا بد على الحكومة والبنك المركزي نفعيلها عبر تمكين رجال الاعمال والمؤسسات التي لها عقود من البحث عن تمويلات اجنبية.

ومن ناحية اخرى، أكد لوكيل على أهمية تكثيف الحضور الديبلوماسي التونسي بدول الكوميسا في ظل المنافسة القوية من دول أخرى ولا سيما المغرب وتركيا، حسب مراسلنا في الجهة.

شوقي الطبيب خلال ملتقى بصفاقس : المؤسسات الخاصة من أكبر المتضررين من الفساد

أفاد رئيس الهيئة الوطنية لمكافحة الفساد «شوقي الطبيب» «ان منسوب الرشوة انخفض بنسبة 20 بالمائة سنة 2018 في المؤسسات الخاصة مقارنة بسنة 2017 وذلك حسب آخر الأرقام التي اكدها اتحاد الصناعات الصغرى والمتوسطة التونسية بعد دراسة قام بها»، وفق تاكيده.

واوضح خلال اشرافه اليوم السبت بصفاقس على إمضاء اتفاقية شراكة بين الهيئة الوطنية لمكافحة الفساد واتحاد الصناعات الصغرى والمتوسطة التونسية واتحاد الصناعة والتجارة والصناعات التقليدية بصفاقس والمعهد العربي لرؤساء المؤسسات وكوناكت ومركز المسيرين الشبان وجمعية بيت الخبرة والقطب التكنولوجي بصفاقس، أن المؤسسات الخاصة من اكبر المتضررين من الفساد وذلك بحكم تعاملها مع المؤسسات العمومية فيما يتعلق بالشراءات والصفقات العمومية.

وذكر أن الهيئة الوطنية لمكافحة الفساد انطلقت منذ السنة الماضية في عقد اتفاقيات شراكة بين مختلف المنظمات الوطنية للأعراف وذلك من أجل تنقية مناخ الأعمال وتحسين العلاقة بين المؤسسات الخاصة والعمومية ومقاومة منظومة الفساد.

من جهته أكد مستشار رئيس الحكومة المكلف بالإصلاحات الجبائبة «فيصل دربال»، ان مقاومة منظومة الفساد يمر حتما عبر توفر إرادة سياسية قوية تعمل على مقاومة تبييض الأموال وإرساء منظومة جبائية عادلة، داعيا إلى ضرورة الاشتغال على الأجيال الناشئة وغرس قيم الأخلاق العالية والنزاهة والشفافية لديهم منذ الصغر.

من ناحيته، اعتبر رئيس المجلس الوطني للهيئة التونسية للخبراء المحاسبين «صلاح الدين الزحاف»، ان تفشي الفساد في تونس يعود أساسا إلى غياب الكفاءات ووجود الرجل المناسب في المكان المناسب داخل الادارة التونسية، مؤكدا على ان مكافحة الفساد تتطلب أساسا بعث هيكل يتضمن عدد من المختصين والخبراء لتقريب وجهات النظر وتحديد مفاهيم الحقل الدلالي لمنظومة الفساد والرشوة وكيفية مكافحتهما.

وبدوره، أكد الرئيس المدير العام لمجمع «الوكيل» «بسام الوكيل» ، على ان القطاع الخاص هو من أكثر القطاعات المتضررة من الفساد مما ينبئ بانخرام الاقتصاد التونسي وتقهقره باعتبار أن القطاع الخاص يمثل 75 بالمائة من الاقتصاد التونسي، داعيا في الصدد إلى ضرورة التصدي للاقتصاد الموازي من أجل الحفاظ على القطاع الخاص والمؤسسة التونسية ومكافحة منظومة الفساد.

وقد اثار عدد من المتدخلين مسأل عديدة كان أبرزها كيفية مكافحة الفساد عندما تتعلق الشبهة بإحدى النقابيين التابعين للاتحاد العام التونسي للشغل وإيجاد آليات للتعجيل بالبت في القضايا المتعلقة بشبهات الفساد وضرورة الوقوف على نفس المسافة من كل الملفات المتعلقة بشبهات الفساد ونشر ثقافة نظافة اليد لدى الناشئة في المناهج البيداغوجية.

وفي رده على استفسارات المتدخلين، أكد رئيس الهيئة الوطنية لمكافحة الفساد «شوقي الطبيب» ان الهيئة تقف على نفس المسافة من كل الأشخاص والملفات العالقة بهم شبهة فساد مشيرا إلى الحكومة لم تعلن بعد سياستها الجزائية بخصوص مكافحة الفساد واردف قوله «مكافحة الفساد تتطلب إرادة سياسية قوية وتظافر كل جهود مكونات المجتمع السياسي والمدني وتضحية في سبيل الوطن».

صفاقس : امضاء شراكة تعاون بين القطاعين العام و الخاص و الهيئة الوطنية لمكافحة الفساد

تم اليوم امضاء شراكة تعاون بين القطاعين العام و الخاص و الهيئة الوطنية لمكافحة الفساد و مختلف الهياكل في جهة صفاقس على غرار الاتحاد الجهوية للصناعة و التجارة و الصناعات التقليدية .

و قد اكد شوقي الطبيب رئيس الهيئة ان المؤسسات الخاصة هي الاكثر تضررا من الفساد و وجب التصدي لكل ما له علاقة بالفساد و الرشوة و المحسوبية و ان المؤسسات الخاصة و كذلك العامة تشتكي من توغل ظاهرة الفساد.

هذا و أضاف الطبيب ان الهيئة شرعت منذ سنة في امضاء اتفاقيات مع القطاعين العام و الخاص و المؤسسات .

و حسب مركزي سبر الآراء فقد تراجعت نسبة الفساد بالمؤسسات إلى 20 بالمائة كما ان نسبة الفساد في الديوانة قد تراجعت بنسبة كبيرة و هذا بفضل الجهود المبذولة من طرف الهيئة.

من جهة أخرى أكد بسام الوكيل رئيس مجلس التعاون التونسي الإفريقي في تصريح لمراسلتنا بالجهة اميرة التواتي ان التجارة الموازية و التي تحقق مداخيل هائلة مقارنة بالتجارة و المؤسسات المنظمة و انه وجب التصدي لهذا النوع من الأنشطة و التي تتميز بالفساد و المحسوبية و تبييض الأموال .

كما أضاف الوكيل انه وجب الانخراط و التعاون مع الهيئة لانه كلما تم التصدي للفساد و المحسوبية خاصة مع المؤسسات العمومية و الخاصة و المؤسسات الغير قانونية كلما انتعشت خزينة الدولة و ازهرت التجارة مما يساهم في إشعاع البلاد خارج حدود الوطن بفضل شفافيتها الاقتصادية.

متابعة أميرة التواتي.

Sfax : Bassem Loukil Parmi Les 100 Africains Les Plus Influents En 2019

Le magazine Jeune Afrique dans sa parution de ce dimanche fait un focus sur les 100 Africains les plus influents du continent cette année 2019.

Parmi ces personnalités, figure seulement le Tunisien Sfaxien, Bassem Loukil, l’homme d’affaires et le president du groupe éponyme et de TABC (Tunisia-Africa Business Council).

“Depuis 2015, le PDG du Groupe Loukil (automobile, agroalimentaire, immobilier, BTP, etc.) joue les lobbyistes au sein de Tunisia-Africa Business Council (TABC). Objectif : plaider auprès des autorités tunisiennes la cause d’un rapprochement avec les économies subsahariennes. Loukil accompagne donc les patrons tunisiens dans leurs démarches, organise des missions de prospection et conclut des partenariats.

Le savoir-faire de l’homme d’affaires – dont le groupe compte, en 2018, réaliser 40% de son chiffre d’affaires en Afrique subsaharienne – lui ouvre les portes des ministères et des grandes entreprises publiques. Et il n’est pas pour rien dans l’ouverture prochaine, par la Compagnie tunisienne de navigation, de nouvelles lignes maritimes commerciales vers les ports ouest-africains”.

Jeune Afrique : Bassem Loukil seul Tunisien de la liste des « 100 Africains les plus influents-2019 »

Le magazine Jeune Afrique a publié ce dimanche la liste des 100 Africains les plus influents du continent pour cette année 2019. Parmi ces personnalités, figure un seul Tunisien. Il s’agit de l’homme d’affaires Bassem Loukil, le président du groupe éponyme et de TABC (Tunisia-Africa Business Council).

« Depuis 2015, le PDG du Groupe Loukil (automobile, agroalimentaire, immobilier, BTP, etc.) joue les lobbyistes au sein de Tunisia-Africa Business Council (TABC). Objectif : plaider auprès des autorités tunisiennes la cause d’un rapprochement avec les économies subsahariennes. Loukil accompagne donc les patrons tunisiens dans leurs démarches, organise des missions de prospection et conclut des partenariats », écrit l’hebdomadaire.

« Le savoir-faire de l’homme d’affaires – dont le groupe compte, en 2018, réaliser 40% de son chiffre d’affaires en Afrique subsaharienne – lui ouvre les portes des ministères et des grandes entreprises publiques. Et il n’est pas pour rien dans l’ouverture prochaine, par la Compagnie tunisienne de navigation, de nouvelles lignes maritimes commerciales vers les ports ouest-africains », ajoute-t-il.

L’accès au travail des migrants dans les sociétés d’accueil en débat à Tunis

“L’accès au travail des migrants dans les sociétés d’accueil”, c’est le thème de l’atelier-débat organisée jeudi 11 avril 2019 à Tunis par l’Organisation internationale pour la migration (OIM Tunisie) en collaboration avec TABC.

Placée sous l’égide du ministère de la Formation professionnelle et de l’Emploi, cette rencontre a visé à faciliter l’intégration des étudiants africains ainsi que leur insertion professionnelle en Tunisie.

Pour ce faire, il a réuni, autour d’une table-ronde, des experts en migration dans le domaine de l’économie, du droit, des sciences humaines et sociales et autres partenaires gouvernementaux de la société civile.

Bassem Loukil, président de TABC, rappellera dans son intervention que l’un des objectifs de cette rencontre est de «faire de la migration une force en Tunisie». Cela passe naturellement par la formation des jeunes migrants et leur intégration. Mais qui dit intégration dit amélioration des conditions d’obtention de la carte de séjour, la suppression des pénalités…, lesquelles conditions ne sont pas toujours réunies pour les Subsahariens.

Un Subsaharien peut-il avoir une carrière dans une firme internationale en Tunisie ?

Si on est d’accord par le président de TABC que certains étudiants africains considèrent “la Tunisie est un tremplin“, on est sceptique quand il affirme qu’un tiers d’entre eux pensent que notre pays «est un endroit où l’on peut avoir une carrière dans les sociétés multinationales“.

Bas les maques…

Cependant, M. Loukil dit juste en appelant à “traiter un tabou qui consiste à penser que les étrangers arrachent le travail des locaux”.

Pour étayer ses dires, il cite des travaux de recherche en économie qui montrent que les migrants ne représentent pas une charge pour les économies d’accueil, ne contribuent pas à augmenter le chômage et ne représentent pas non plus une charge pour les finances publiques du pays d’accueil“.

Mais M. Loukil s’adresse-t-il au Tunisien lambada ou au pouvoir ? La question mérite évidemment d’être posée tant le permis de travail pour de travail –et même de résidence- reste une question délicate en Tunisie.

Flou juridique

Le président de l’AESAT abonde dans le même sens mais va plus loin en évoquant “un flou juridique” quand il s’agit de trouver du travail pour les étudiants étrangers.

D’où son espoir de voir cet atelier aboutir sur des solutions concrètes à même mettre en place un dispositif réel permettant un accès facile au permis de travail pour les étudiants et autres “migrants”.

Etranger ou migrant?

Aïe ! L’ambassadeur du Cameroun en Tunisie n’aime pas le terme “migrants” –ayant une connotation négative ou péjorative- et lui préfère plutôt “étrangers“

Lorena Lando, la cheffe de mission OIM Tunisie, considère que cette rencontre est une “grande opportunité de débattre sur un sujet central que constitue l’accès au travail des migrants“.

Elle rappellera que le nombre de migrants internationaux s’élevait à 258 millions en 2017, soit une hausse de 41% par rapport à 2000. Autrement dit, 3,4% de la population mondiale est un migrant. Et “cette tendance à l’augmentation de la migration est visible en Tunisie où, en 2017, les migrants étaient au nombre de 57.700, soit une augmentation de 58,5% par rapport à l’année 2000“.

Un facteur de développement pour la Tunisie?

En tant que pays d’émigration, la Tunisie devient de nos jours un pays attractif de destination. Cet atelier a été une occasion de débattre sur les effets de l’immigration sur les performances économiques et les finances publiques de la Tunisie, le cadre législatif relatif à la main-d’œuvre étrangère en Tunisie, les perspectives de la mobilité des personnes entre la Tunisie et l’Afrique au sud du Sahara…

En soutenant l’argument que la migration est un facteur de développement durable, le Dr Ekrame Boubtane, experte en migrations internationales, a présenté une vue d’ensemble des effets de l’immigration sur les performances économiques en offrant à la Tunisie une perspective pour l’emploi et la croissance.

Quid de la société tunisienne?

Une vision exhaustive du droit du travail et de la réglementation pour les travailleurs étrangers en Tunisie a également été présentée par un expert juridique.

Tandis qu’un expert en sociologie a évoqué une vue d’ensemble de la société tunisienne actuelle, des facteurs liés aux caractéristiques sociales dans l’acceptation vers l’intégration des migrants et la cohésion sociale en Tunisie.

Bref, l’un des objectifs pertinents de cet atelier a été de donner aux migrants et aux sociétés des moyens pour une pleine intégration. Mais aussi et surtout d’éliminer toutes les formes de discrimination et encourager un débat public fondé sur l’analyse des faits. Et ce en faisant évoluer les mentalités et en essayant de changer la perception négative que l’on a des migrants. Il s’agit là d’une condition sine qua non pour une meilleure intégration professionnelle des migrants, étudiants et autres travailleurs dans nos murs.

Migration : l’accès au travail dans les pays d’accueil

« L’accès au travail des migrants dans les sociétés d’accueil », tel fut le thème de l’atelier-débat organisé jeudi à Tunis par le Tunisia Africa Business Council (TABC) en collaboration avec l’organisation internationale pour la migration (OIM Tunisie).

Placée sous l’égide du ministère de la Formation professionnelle et de l’Emploi, cette manifestation qui a pour souci de faciliter l’intégration des étudiants africains ainsi que leur insertion professionnelle en Tunisie, a réuni autour d’une table-ronde des experts en migration dans le domaine de l’économie, du droit, des sciences humaines et sociales et autres partenaires gouvernementaux de la société civile.

Lors de l’ouverture des travaux, Bassem Loukil, président de TABC, a rappelé que l’un des objectifs de cette rencontre est de « faire de la migration une force en Tunisie ». Cela passe naturellement par la formation des jeunes migrants et leur intégration. Mais qui dit intégration dit amélioration des conditions d’obtention de la carte de séjour, la suppression des pénalités…

« Un tiers des étudiants africains en Tunisie considèrent que notre pays est un tremplin, mais aussi un endroit où l’on peut avoir une carrière dans les sociétés multinationales. Mais il importe d’abord de traiter un tabou qui consisterait à penser que les étrangers arrachent le travail des locaux« , a lancé Loukil. En témoignent les travaux de recherche en économie qui montrent que les migrants ne représentent pas une charge pour les économies d’accueil, ne contribuent pas à augmenter le chômage et ne représentent pas non plus une charge pour les finances publiques du pays d’accueil.

La cheffe de mission OIM Tunisie, Lorena Lando, après avoir rappelé la grande opportunité de débattre sur un sujet central que constitue l’accès au travail des migrants, a estimé qu’en 2017, le nombre de migrants internationaux a atteint 258 millions, soit une hausse de 41% par rapport à l’an 2000. Ainsi 3,4 % de la population mondiale est un migrant.

« Cette tendance à l’augmentation de la migration est visible en Tunisie où, en 2017, les migrants étaient au nombre de 57 700, soit une augmentation de 58,5% en 2000« , lance-t-elle.

Le président de l’AESAT, Mack Arthur Deongane Yopasho, quant à lui, n’a pas manqué d’évoquer « un flou juridique concernant la situation des migrants en Tunisie » en soulignant la difficulté pour les étudiants étrangers de trouver du travail et attend de cet atelier des pas importants visant à mettre en place un dispositif réel pour permettre un accès facile au permis de travail pour les étudiants et autres « migrants« .

Le terme de « migrants » a d’ailleurs été récusé par l’Ambassadeur du Cameroun et doyen du corps diplomatique africain, Victor Loé qui lui préfère le terme « étrangers« , le premier ayant, selon lui, une connotation négative qui renvoie « à l’image d’une personne qui se noie dans la Méditerranée en essayant de la traverser« .

En tant que pays d’émigration, la Tunisie devient de nos jours un pays attractif de destination où vivent plus que 58 000 mille Africains dont la quasi-majorité affronte des problèmes d’intégration et trouve même des difficultés à avoir des cartes de séjour.

Cet atelier a été une occasion de débattre sur les effets de l’immigration sur les performances économiques et les finances publiques de la Tunisie, le cadre législatif relatif à la main-d’œuvre étrangère en Tunisie, les perspectives de la mobilité des personnes entre la Tunisie et l’Afrique au sud du Sahara…

En soutenant l’argument que la migration est un facteur de développement durable, le Dr Ekrame Boubtane, expert en migrations internationales, a présenté une vue d’ensemble des effets de l’immigration sur les performances économiques en offrant à la Tunisie une perspective pour l’emploi et la croissance.

Une vision exhaustive du droit du travail et de la réglementation pour les travailleurs étrangers en Tunisie a également été présentée par un expert juridique. Tandis qu’un expert en sociologie a évoqué une vue d’ensemble de la société tunisienne actuelle, des facteurs liés aux caractéristiques sociaux dans l’acceptation vers l’intégration des migrants et la cohésion sociale en Tunisie.

Bref, l’un des objectifs pertinents de cet atelier a été de donner aux migrants et aux sociétés des moyens en faveur d’une pleine intégration. Mais aussi et surtout d’éliminer toutes les formes de discrimination et encourager un débat public fondé sur l’analyse des faits. Et ce, en faisant évoluer les mentalités et en essayant de changer la perception négative que l’on a des migrants. Il s’agit là d’une condition sine qua non pour une meilleure intégration professionnelle des migrants, étudiants et autres travailleurs dans nos murs.

La TABC s’intéresse à l’accès au travail des migrants dans les sociétés d’accueil Lecture

Depuis la première édition du « Tunisian African Empowerment Forum », le Tunisia Africa Business Council (TABC) a pris à cœur les problématiques que rencontrent les étudiants africains, notamment en ce qui concerne le problème des cartes de séjour et les pénalités afférentes. C’est dans cette continuité qu’intervient l’atelier-débat organisé ce jeudi 11 avril 2019 sur le thème de « L’accès au travail des migrants dans les sociétés d’accueil » en collaboration avec l’organisation internationale pour la migration (OIM Tunisie).

L’objectif étant de faciliter l’intégration des étudiants africains ainsi que leur insertion professionnelle en Tunisie.

L’évènement a ainsi réuni autour d’une table-ronde des experts en migration dans le domaine de l’économie, du droit, des sciences humaines et sociales et autres partenaires gouvernementaux de la société civile.

A cette occasion, le président de TABC Bassem Loukil a indiqué dans une déclaration à Business News le même jour, que l’atelier traite des problématiques des migrants africains en Tunisie, notamment des jeunes étudiants et stagiaires, l’objectif étant d’aboutir à des recommandations et des solutions, notamment juridiques pratiques, qui seront remontées aux ministères de l’Emploi, de l’Intérieur et des Affaires étrangères, pour que les émigrés puissent les utiliser pour régulariser leur situation et réduire le flux de migrants illégaux.

«Nous essayons d’intégrer tous ces compatriotes africains qui sont là d’une manière irrégulière, et qui sont parfois en train d’être exploités à cause de leurs conditions précaires», a-t-il indiqué. Et de préciser que les étudiants africains ont des problèmes pour continuer leurs études ou effectuer leurs stages de formation dont ils ont besoin avant de regagner leurs pays d’origine. «Or, le secteur privé pourrait les utiliser en tant qu’ambassadeurs ou futurs employés dans les pays d’origine et ouvrir de nouveau marché», a souligné M. Loukil. «Faire de la migration une force en Tunisie» étant la finalité.

Et d’expliquer qu’«un tiers des étudiants africains en Tunisie considèrent que le pays est un tremplin, mais aussi un endroit où l’on peut avoir une carrière dans les sociétés multinationales. Mais il importe d’abord de traiter un tabou qui consisterait à penser que les étrangers arrachent le travail des locaux».

Ainsi, plusieurs travaux de recherche en économie montrent que les migrants ne représentent pas une charge pour les économies d’accueil. La cheffe de mission OIM Tunisie Lorena Lando note dans ce contexte que l’insertion de travailleurs migrants a un impact positif sur le marché de travail national et qu’ils s’insèrent où les besoins en main d’œuvre ne sont pas satisfaits localement. Ainsi, les travaux démontrent que l’embauche d’un travailleur migrant peut entrainer la création de jusqu’à 5 emplois nationaux. Outre leur effet bénéfique sur les finances publiques.

En tant que pays d’émigration, la Tunisie devient de nos jours un pays attractif de destination. Cet atelier a été une occasion de débattre sur les effets de la migration sur les performances économiques et les finances publiques de la Tunisie, le cadre législatif relatif à la main-d’œuvre étrangère en Tunisie, les perspectives de la mobilité des personnes entre la Tunisie et l’Afrique au sud du Sahara…

En soutenant l’argument que la migration est un facteur de développement durable, le Dr Ekrame Boubtane, expert en migrations internationales, a présenté une vue d’ensemble des effets sur les performances économiques en offrant à la Tunisie une perspective pour l’emploi et la croissance.

Une vision exhaustive du droit du travail et de la réglementation pour les travailleurs étrangers en Tunisie a également été présentée par un expert juridique. Tandis qu’un expert en sociologie a évoqué une vue d’ensemble de la société tunisienne actuelle, des facteurs liés aux caractéristiques sociaux dans l’acceptation vers l’intégration des migrants et la cohésion sociale en Tunisie.

Bref, l’un des objectifs pertinents de cet atelier a été de donner aux migrants et aux sociétés des moyens en faveur d’une pleine intégration. Mais aussi et surtout d’éliminer toutes les formes de discrimination et encourager un débat public fondé sur l’analyse des faits. Et ce, en faisant évoluer les mentalités et en essayant de changer la perception négative que l’on a des migrants. Il s’agit là d’une condition sine qua non pour une meilleure intégration professionnelle des migrants, étudiants et autres travailleurs dans nos murs.

TUNIS VIBRE AUX RYTHMES DU FORUM DE LA FRANCOPHONIE

La cité de la culture de Tunis est en train de vibrer ce samedi 9 mars aux rythmes du Forum de la Francophonie.

Organisé par l’Alliance Française de Tunis et l’Institut français de Tunisie le Forum se déroule sous forme d’une journée de rencontres et d’échanges sur les enjeux économiques et culturels de la francophonie.

Les perspectives économiques, les défis culturels, la mobilisation des acteurs de la francophonie au-delà des frontières et le renforcement d’une unité territoriale autour d’une langue commune, ont constitué les thèmes principaux des panels.

Réunissant des personnalités du monde francophone appartenant à la sphère culturelle, artistique, politique et économique, le Forum ouvert à tous a vu la présence d’un public nombreux.Parmi les invités ont a noté la présence de Christiane Taubira, femme politique et ancienne Ministre de la Justice, Ferid Memmiche (conseiller du président pour la francophonie), Bassem Loukil (Président de l’Alliance Française Tunis), Marie-Christine Saragosse (Présidente de France Média Monde), Paul-Emmanuel Ndjeng (Fondateur du blog Inbound 361), Bruno Bernard (Economiste spécialiste de l’économie francophone), Marie Chantal Uwitonze (DG de Mach Consulting), Faouzia Zouari (Ecrivaine), Etienne Minoungou (comédien et metteur en scène), Jacques Bonnaffé(comédien et metteur en scène)….

REPORTAGE DE WATANIYA 1 : LE FORUM DE LA FRANCOPHONIE DU 9 MARS

En attendant le sommet de la Francophonie prévu pour l’automne 2020, la Tunisie accueille le Forum de la francophonie 2019 qui sera organisé samedi 9 mars à la Cité de la Culture de Tunis et rassemblera des personnalités du monde francophone culturel, artistique, politique et économique.

Proposé par l’Alliance française de Tunis et l’Institut français de Tunisie, il s’organise sous forme d’une journée de rencontres ouverte à Tous, dans la limite des places disponibles, et qui permettra aux visiteurs d’échanger avec des personnalités publiques autour de panels qui porteront sur les perspectives économiques, les défis culturels, la mobilisation des acteurs de la francophonie au-delà des frontières et le renforcement d’une unité territoriale autour d’une langue commune.

Afreximbank provides Tunisia with 2 lines of credit of $ 800 million

(TAP) – The African export-import bank (Afreximbank) has opened two lines of credit with a total value of $ 800 million (the equivalent of 2.4 billion dinars) for Tunisia, the Prime Ministry said in a statement Monday.

The first credit line of about $ 500 million (or 1.5 billion dinars) will be dedicated to the trade and export of Tunisian goods, while the second line worth $ 300 million (approximately 900 million dinars) will be allocated to the banks to help them face the difficulties of exchange and to finance investment and trade in Africa, according to the same source

The announcement of these two credit lines was made on the sidelines of the meeting between Afreximbank President & CEO Benedict Okey Oramah and Prime Minister Youssef Chahed on Monday in Kasbah palace.

The two lines were decided on the occasion of the second session of the International Conference on Financing Investment and Trade in Africa that will take place on February 5-6, 2019, in Tunis, at the initiative of the Tunisia Africa Business Council.

The African official, whose remarks were quoted in the statement, announced the opening in the coming days in Tunis of a regional office of the Bank covering North Africa.

He also stressed the need to support Tunisian institutions, companies and exporters in their efforts to conquer African markets, emphasising Afreximbank’s concern to strengthen financing mechanisms and to promote intra-African trade.

TABC : Démarrage de la 2 ème édition de FITA 2019 sous le signe du commerce et de l’investissement

« Pour une accélération du commerce et des investissements interafricains », c’est sous ce thème que s’est ouvert ce mardi 5 février 2019 à Tunis la deuxième édition de la conférence internationale FITA 2019 (Financing Investment and Trade in Africa).

Organisée par TABC (Tunisia Africa Business Council) en partenariat avec le ministère du Développement de l’Investissement et de la Coopération Internationale, le Ministère du Commerce et le Ministère des Affaires Étrangères, cette édition a drainé une kyrielle de personnalités du monde de l’économie, des cadres et décideurs africains, plusieurs ministres d’investissement, de coopération internationale et de commerce africains, plusieurs agences d’investissement, des patrons d’institutions financières panafricaines et internationales, des CEO et des experts…

Avant le début des travaux, Bassem Loukil, président de TABC, a souligné la nécessité de développer davantage le rapprochement avec le continent africain. « La Tunisie était absente de son continent pendant longtemps. Après avoir conquis diplomatiquement le continent, le rapprochement ne peut se faire sans financer nos investissements et nos échanges. Il urge de construire une nouvelle économie, un développement intra-africain. Pour cela il faut développer les moyens financiers. C’est le but de ce forum aujourd’hui », a lancé Loukil.

Lors de la séance d’ouverture, M. Zied Laadhari, ministre du Développement de l’Investissement et de la Coopération Internationale, s’est réjoui de ce forum d’autant plus qu’il s’agit d’un thème d’actualité pertinent eu égard aux nombreux enjeux. Pour le ministre, 3 grands défis attendent le continent africain.

« Le premier est un défi d’image. L’Afrique est un continent qui a un déficit d’image (turbulences, crises humanitaires) alors que c’est une terre qui a un potentiel énorme de développement. Seulement nous ne sommes pas conscients de ces atouts d’où amélioration de la prise de conscience pour stimuler la croissance », selon le ministre.

« Le deuxième défi est un défi d’intégration régionale. Nous sommes le continent le moins intégré où seul 13% de notre commerce est intra-africain, contre 60% pour l’Europe. Il y a donc lieu de développer les opportunités. Le troisième défi est un défi d’investissement qui reste à un niveau faible, en dessous de 20% du PIB. », ajoute-t-il.

500 millions de dollars destinés aux banques et entreprises tunisiennes

Cette séance d’ouverture a été l’occasion d’offrir des trophées FITA 2019 à 3 personnalités importantes. Il s’agit de M. Gabriel Curtis, Ministre en charge des Investissements et des Partenariats publics-privés en Guinée-Conakry, M. Benedict Okey Oramah, président d’Afreximbank, et Hani Salem Sonbol, CEO ITFC.

A cette occasion, le président d’Afreximbank est venu avec de très bonnes nouvelles. A savoir un financement par Afreximbank de 800 millions de dollars en Tunisie, soit 300 millions pour soutenir les banques tunisiennes et 500 millions destinés aux entreprises. Des investissements qui ne manqueront d’apporter un bol d’air frais à l’économie tunisienne.

Cette seconde édition FITA 2019, qui s’étalera sur deux jours (mardi 05 et mercredi 06 février) sera l’occasion pour enrichir le débat autour des mécanismes de financement des opérateurs économiques en Afrique. Plusieurs objectifs stratégiques sont visés à travers cette manifestation: évaluer la situation du financement, du commerce et de l’investissement, en Tunisie et en Afrique; présenter les offres et mécanismes de financement sur le continent africain; instaurer un espace d’opportunités et de rencontres entre organismes panafricains de développement économique, banquiers, capital-risqueurs, (fonds d’investissements et experts); mettre en exergue les solutions financières alternatives émergentes (capital développement, crowdfunding, assurance-crédit); rapprocher les banques tunisiennes de leurs homologues panafricaines; élargir le cadre de networking, de mise en relation, de partenariat entre les opérateurs économiques à la recherche de ressources et les bailleurs de fonds…

A cette occasion, plusieurs pays africains ont présenté leur plan de développement économique, leurs projets d’investissement structurants (en particulier en PPP), ainsi que les modalités de financement.
Cette année, le TABC a souhaité mettre à l’honneur la Côte-d’Ivoire et le Mali, à travers deux sessions spéciales « Invest in Mali » et «Investissement en Côte-d’Ivoire ».

Des personnalités de haut niveau venant de Côte-d’Ivoire, du Mali et de la Guinée-Conakry, ainsi qu’une centaine d’institutions financières et d’organismes internationaux et panafricains ont été présents (BAD, AFREXIMBANK, BERD, BID, ITFC, BANK OF AFRICA, AFRICINVEST, MIGA/Banque Mondiale, SONIBANK Niger et Bénin, SOCIETE GENERALE, CORIS BANK, BSIC, BCP, PROPARCO, BMICE…).

L’ensemble des institutions financières de la place, les fonds d’investissement et les assurances n’ont pas manqué ce rendez-vous devenu incontournable.
Plus de 2000 rendez-vous BtoB ont été programmés sur une plateforme dédiée spécialement à l’évènement « FITA EVENT », plus de 3000 opérateurs ont confirmé leur participation et près de 80 tables ont été mises en place pour les rencontres BtoB. Sans compter 8 panels qui seront animés par 60 speakers de haut niveau.

A travers cette deuxième édition, TABC ambitionne de faire de FITA le rendez-vous annuel africain par excellence du financement de l’investissement et du commerce en Afrique.

الوكيل: « 570 مليون دولار قيمة المبادلات التجارية التونسية – الإفريقيّة خلال 6 أشهر فقط… »

أكّد بسام الوكيل رئيس مجلس الأعمال التّونسي الإفريقي لدى حضوره اليوم الثلاثاء 05 فيفري 2019 في برنامج « إكسبراسو » أنّ منتدى فيتا لتمويل الإستثمار والتجارة البينية بين القارة الإفريقية كان أحد النجاحات في سنة 2018 وهو ما يفسّر إعادة التّجربة هذا العام.

وأضاف بسام الوكيل أنّ التركيز حاليا على النتائج والجدوى من تنقلات رجال الأعمال إلى داخل القارة الإفريقيّة مشيرا إلى أنّه تمّ تسجيل نمو ب 47 بالمئة في المبادلات التجارية بين تونس وباقي دول القارة خلال ال 6 أشهر الأولى لسنة 2018 مقارنة بسنة 2017، بقيمة جملية بحوالي 570 مليون دولار وهو رقم مهم جدّا.

كما أفاد بسام الوكيل أنّ قيمة الصادرات التونسية نحو القارّة الإفريقيّة تجاوزت ال4 بالمئة من جملة الصادرات، إضافة إلى تطور عدد الطلبة الأفارقة بتونس.

بسام الوكيل : اكثر من 100 مؤسسة حاضرة في منتدى تمويل الاستثمار والتجارة في افريقيا فيتا 2019

قال صباح اليوم الثلاثاء 5 فيفري 2019 بسام الوكيل رئيس مجلس الاعمال التونسي الافريقي خلال منتدى تمويل الاستثمار والتجارة في افريقيا فيتا 2019 ان هذا المنتدى هو للتعريف اكثر والتعمق في اليات الاستثمار و النظر في التوصيات التي تم التطرق اليها خلال السنة الماضية.

واكد بسام الوكيل ان اكثر من 100 مؤسسة حاضرة في هذا المنتدى للتعمق في خطوط التمويل الجديدة ومدى نجاعتها مع البلدان الاخرى على غرار تركيا والمغرب ومصر.

رئيس مجلس الاعمال التونسي الافريقي يطالب بتغيير قانون الصرف

طالب اليوم الثلاثاء رئيس مجلس الأعمال التونسي الإفريقي بسام الوكيل بتغيير قانون الصرف الذي اعتبره عائق بإعتباره لا يستجيب لمتطلبات السوق الافريقية لأنه قانون قديم وفق تصريحه خلال ندوة صحفية .

وأشار بسام الوكيل الى أنه لا توجد رغبة من طرف البنوك التونسية سواء الخواص أو العمومية لاكتشاف السوق الافريقة والتحول اليها ومن تطوير علاقاتها .

منتدى تمويل التجارة والاستثمار بإفريقيا : تخصيص 800 مليون دولار للمؤسسات و البنوك التونسية

انطلقت اليوم الثلاثاء 05 فيفري 2019 فعاليّات المنتدى الثاني لتمويل التجارة والاستثمار بإفريقيا “FITA 2019″، بنزل اللايكو بتونس العاصمة .

و في هذا السياق قال بسام الوكيل رئيس مجلس الأعمال التّونسي الافريقي في تصريح لـ”قبل الأولى “أنّ هذا المنتدى يهدف الى تمويل الإستثمار والتجارة البينية بين القارة الإفريقية .

و اشار الى أنّ القارة الإفريقيّة هي مستقبل للإقتصادات الكبرى من خلال تحقيقها نسب نمو عالية مشيرا إلى أنّه تمّ تسجيل نمو ب 47 بالمائة في المبادلات التجارية بين تونس وباقي دول القارة خلال ال 6 أشهر الأولى لسنة 2018 مقارنة بسنة 2017، بقيمة جملية بحوالي 570 مليون دولار وفق تعبيره .

من جهته اعلن الرئيس المدير العام للبنك الإفريقي للتصدير والاستيراد، بينيدكت أوكاي أوراما، عن وضع خطي تمويل احدهما للتجارة والتصدير لفائدة المؤسسات التونسية والثاني لتمويل البنوك التونسية بمبلغ جملي قدره 800 مليون دولار (4ر2 مليار دينار).

الخط الأول يتعلق بتمويل التجارة والتصدير للبضائع التونسية بحوالي 500 مليون دولار (5ر1 مليار دينار)،بينما يتعلق الثاني بتمويل ومساعدة البنوك على مجابهة إشكاليات الصرف وتمويل الاستثمار والتجارة في إفريقيا بنحو 300 مليون دولار (900 مليون دينار)،

570 MILLIONS DE DOLLARS LE COUT TOTAL DES ÉCHANGES COMMERCIAUX TUNISO-AFRICAINS EN SIX MOIS, SELON AFRICA BUSINESS COUNCIL

Bassem Loukil, président de l’Africa Business Council, a assuré aujourd’hui mardi 5 février 2019 sur Express Fm, que le Forum FITA pour le financement de l’investissement et de l’échange commercial avec le continent africain est l’une des réussites de l’année 2018 et c’est ce qui explique l’organisation d’une deuxième édition qui débute aujourd’hui.

Bassem Loukil a ajouté que la concentration se fait en ce moment sur les résultats et l’efficacité des déplacements des hommes d’affaires à l’intérieur du continent africain.

Il a indiqué qu’un développement de 47% des échanges commerciaux entre la Tunisie et le reste des pays africains a été enregistré les six premiers mois de 2018 en comparaison avec 2017 avec un cout total de 570 millions de dinars, qui peut être considéré comme un chiffre important.

Bassem Loukil a déclaré que le montant des exportations tunisiennes vers le continent africain a dépassé les 4% du cout total des exportations. Par ailleurs, il a rappelé que le nombre des étudiants africains a aussi augmenté.

Afreximbank décaisse 2,4 Milliards DT pour la Tunisie

Deux lignes de financement d’une valeur totale de 800 millions de dollars (l’équivalent de 2,4 milliards de dinars) seront mises à la disposition de la Tunisie, par la Banque Africaine d’Import-Export (Afreximbank) selon un communiqué publié, lundi, par la présidence du gouvernement tunisien
La première ligne de financement d’environ 500 millions de dollars (soit 1,5 milliard de dinars) sera consacrée au commerce et à l’exportation des marchandises tunisiennes alors que la deuxième ligne d’une valeur de 300 millions de dollars (soit environ 900 millions de dinars) sera allouée aux banques pour les aider à faire face aux difficultés de change et à financer l’investissement et le commerce en Afrique, d’après la même source

L’annonce de ces deux lignes de crédit a été faite en marge de l’entretien qu’a eu le PDG de Afreximbank, Benedict Okey Oramah, avec le Chef du gouvernement, Youssef Chahed, lundi au palais du gouvernement de la Kasbah.
Les deux lignes ont été décidées à l’occasion de la tenue de la deuxième session de la Conférence internationale sur le financement de l’investissement et du commerce en Afrique, qui aura lieu les 5 et 6 février 2019, à Tunis, à l’initiative de Tunisia-Africa Business Council (TABC).

Bassem Loukil : « En six mois, les échanges commerciaux entre la Tunisie et le reste du continent ont augmenté de 47% »

Le président de Tunisia Africa Business Council (TABC), Bassem Loukil a fait savoir que la réussite de la première édition FITA « Financing Investment & Trade in Africa » était l’un des succès de 2018, ce qui explique la nouvelle édition de cette année.

L’accent est actuellement mis sur les résultats et la faisabilité de la mobilité des entreprises sur le continent africain, explique Loukil ce mardi sur les ondes d’Express fm, ajoutant que les échanges commerciaux entre la Tunisie et le reste du continent ont augmenté de 47% au cours des six premiers mois de 2018 par rapport à 2017, avec une valeur totale d’environ 570 millions d’euros.

Loukil a déclaré que la valeur des exportations tunisiennes vers le continent africain dépasse les 4% du total des exportations. L’objectif du TABC en 2019 est d’intensifier la présence d’hommes d’affaires africains en Tunisie, ajoute-il. « Ceci passe par l’organisation de forums privés et sectoriels dans plusieurs domaines tels que la santé, les industries alimentaires, l’enseignement supérieur… »

Bassam Al-Wakil a ajouté que la présence des banques tunisiennes, à l’exception de deux banques publiques, est très faible sur le continent africain. Ces banques ne sont pas prêtes, selon ses dires, à financer des investissements en provenance d’Afrique subsaharienne.

Over 3,000 economic operators to partake in FITA 2019, February 5-6 in Tunis

(TAP) – Over 3,000 economic operators, senior officials, African investment ministers from Cote d’Ivoire, Mali, Guinea Conakry in addition to a hundred financial institutions and international and pan-African bodies (AfDb, IsDB, Bank of Africa, World Bank, AfricInvest, Societe Generale, etc) will partake in the 2nd edition of the international Financing Investment & Trade in Africa (FITA 2019), due on February 5-6 in Tunis, President of the Tunisia Africa Business Council (TABC) Bassem Loukil announced.

Speaking at a press conference on Thursday in Tunis, to provide an overview on this event, Loukil said that “FITA 2019” is organised following the success of the 1st edition organised at the initiative of the TABC in partnership with the ministries of Development, Investment and International Co-operation, of Trade and of Foreign Affairs.

The event aims to evaluate the funding, trade and investment situation in Tunisia and Africa, present the funding offers and mechanisms on the African continent and establish a space of opportunities and meetings between pan-African economic development bodies, bankers, capital-providers, investment funds and experts.

The conference also aims to present the emerging alternative financial solutions, including the development capital, crowdfunding and credit-insurance that can complement African traditional banking offer.

It will also be an occasion for several African countries to present their economic development plans, structuring investment projects, in particular in private public partnership (PPP), and funding modalities.

Taking the floor, FITA 2019 General Commissioner Habib Karouali pointed out that the ambition is to make of this meeting an annual key African event, especially as over 2,000 B2B meetings will be on the agenda.

The goal is to create an environment conducive to exchange, a proximity framework favouring a productive dialogue between decision-makers and key actors of public and private sectors, international investors, international financial and investment promotion institutions, he added.

Karouali specified that Cote d’Ivoire and Mali will be honour guests in this conference and two special sessions “Investment in Mali” and “Investment in Cote d’Ivoire” will be scheduled on the fringes of this edition.

Le TABC présente la 2éme edition du« Financing Investment and Trade in Africa »

Lors d’une conférence de presse tenue ce jeudi 24 janvier, le Tunisia Africa Business Council -TABC- a présenté la 2éme édition du « Financing Investment and Trade in Africa »- FITA- 2019 qu’il s’apprête à organiser le mardi 5 et mercredi 6février 2019.

Le president du TABC a annoncé dans ce cadre que cette edition aura lieu sous le haut patronage du chef du Gouvernement Youssef Chahed et en partenariat avec le Ministère du Développement de l’Investissement et de la Coopération Internationale, le Ministère du Commerce et le Ministère des Affaires Étrangères…

Loukil a par la suite précisé que cette conférence aura pour objectifs stratégiques :

  • D’évaluer la situation du financement, du commerce et de l’investissement, en Tunisie et en Afrique,
  • De présenter les offres et mécanismes de financement sur le continent africain,
  • D’instaurer un espace d’opportunités et de rencontres entre organismes panafricains de développement économique, banquiers, capital-risqueurs, (fonds d’investissements et experts),
  • De mettre en exergue les solutions financières alternatives émergentes – capital développement, crowdfunding, assurance-crédit, pouvant intervenir en complément de l’offre bancaire traditionnelle africaine,
  • De rapprocher les banques tunisiennes de leurs homologues panafricaines pour faciliter l’accès aux services financiers en Afrique,
  • D’élargir le cadre de networking, de mise en relation, de partenariat entre les opérateurs économiques à la recherche de ressources et les bailleurs de fonds.

Lors de ce rendez-vous il a été rapporté que cette deuxième conférence sera également l’occasion pour plusieurs pays africains de présenter leur plan de développement économique, leurs projets d’investissement structurants (en particulier en PPP), ainsi que les modalités de financement. Deux pays seront à l’honneur cette année : la Côte d’ivoire et le Mali. Ainsi deux sessions spéciales « Invest in Mali » et «Investissement en Côte d’Ivoire », seront organisées en marge de la conférence.

Des personnalités de haut niveau ainsi que des ministres de l’Investissement africains, à l’instar de la Côte-d’Ivoire, du Mali et de la Guinée Conakry, avec une centaine d’institutions financières et d’organismes internationaux et panafricains seront présents (BAD, AFREXIMBANK, BERD, BID, ITFC, BANK OF AFRICA, AFRICINVEST, MIGA/Banque Mondiale, SONIBANK Niger et Bénin, SOCIETE GENERALE, CORIS BANK, BSIC, BCP, PROPARCO, BMICE…).

L’ensemble des institutions financières de la place, les fonds d’investissement et les assurances seront également au rendez-vous.

Plus de 2000 rendez-vous BtoB seront programmés sur une plateforme dédiée spécialement à l’évènement « FITA EVENT », plus de 3000 opérateurs ont confirmé leur participation et près de 80 tables seront mises en place pour les rencontres BtoB.

Les conférences de FITA 2019, qui se dérouleront sur 2 jours avec 8 panels, seront animées par 60 speakers de haut niveau.

Ainsi à travers cette deuxième édition, TABC ambitionne de faire de FITA le rendez-vous annuel africain par excellence sur le financement de l’investissement et le commerce en Afrique.

TABC – FITA 2019 : 2000 rencontres BtoB et 3000 opérateurs économiques au programme

Tunisia Africa Business Council (TABC) organise en partenariat avec le Ministère du Développement de l’Investissement et de la Coopération Internationale, le Ministère du Commerce et le Ministère des Affaires Étrangères, la deuxième édition de la Conférence Internationale Financing Investment and Trade in Africa FITA 2019, les 05 et 06 février à l’hôtel Laico Tunis.

Cette conférence aura comme objectifs stratégiques d’évaluer la situation du financement, du commerce et de l’investissement, en Tunisie et en Afrique, de présenter les offres et mécanismes de financement sur le continent africain et d’instaurer un espace d’opportunités et de rencontres entre organismes panafricains de développement économique, banquiers, capital-risqueurs, (fonds d’investissements et experts).

Cette initiative visera également à mettre en exergue les solutions financières alternatives émergente ; capital développement, crowdfunding, assurance-crédit, pouvant intervenir en complément de l’offre bancaire traditionnelle africaine, à rapprocher les banques tunisiennes de leurs homologues panafricaines pour faciliter l’accès aux services financiers en Afrique et à élargir le cadre de networking, de mise en relation, de partenariat entre les opérateurs économiques à la recherche de ressources et les bailleurs de fonds.

Cette deuxième conférence sera l’occasion pour plusieurs pays africains de présenter leur plan de développement économique, leurs projets d’investissement structuraux (en particulier en PPP), ainsi que les modalités de financement. Deux pays seront à l’honneur cette année : la Côte d’ivoire et le Mali. Ainsi deux sessions spéciales « Invest in Mali » et «Investissement en Côte d’Ivoire », seront organisées en marge de la conférence.

Plus de 2000 rencontres BtoB seront programmés sur une plateforme dédiée spécialement à l’évènement « FITA EVENT », plus de 3000 opérateurs ont confirmé leur participation et près de 80 tables seront mises en place pour les rencontres BtoB. Les conférences de FITA 2019, qui se dérouleront sur 2 jours avec 8 panels, seront animées par 60 speakers de haut niveau. L’objectif de TABC est de faire de FITA le rendez-vous annuel africain par excellence sur le financement de l’investissement et le commerce en Afrique.

Loukil : Plus de 3000 opérateurs participeront au FITA 2019

Au cours d’une conférence de presse qui se tient actuellement au siège de TABC (Tunisia-Africa Business Council), Bassem Loukil a dévoilé les grandes ligne de la conférence internationale “Financing Ivestment and Trade in Africa” (FITA) et ce, les 5 et 6 février 2019 à Tunis.

Le président de TABC a précisé que ce grand événement sera marqué par la présence de nombreuses personnalités de haut niveau, tunisiennes et africaines.
Plus de 3000 opérateurs économiques ont confirmé leur participation et près de 80 tables seront consacrées aux rencontres BtoB.

Et d’ajouter que cette conférence s’est focalisée sur plusieurs objectifs, tels que l’évaluation de la situation du financement, du commerce et de l’investissement en Tunisie et en Afrique.

Il s’agit aussi de présenter toutes les offres et mécanismes de financement sur le marché africain…

Une deuxième journée à Accra marquée par un forum réussi

Une deuxième journée marquée par un forum réussi à tous les niveaux: présence des officiels (M. Carlos Kingsley Ahenkorah, ministre du commerce et de l’industrie, M. Mark Badu-Aboagye, CEO de la chambre nationale de commerce et d’industrie, M. Yofi Grant, CEO du centre de promotion des investissements) et des opérateurs économiques Ghanéens, des B2B et des échanges fructueux.

Très touché par l’accueil de nos homologues, notamment par la chambre nationale Ghanéenne de commerce et d’industrie.

Journée très dense avec notre délégation de TABC dans la 1ere journée à Accra

Journée très dense avec notre délégation de TABC présidée par M. Hatem Ferjani.

Rencontres avec Mme Catherine Abelema Afeku, Ministre du tourisme des arts et de la culure, Mr. Joe Tackie, Ministre auprès du Président de la République chargé du développement et avec Mr. Alan Kyerematen, ministre du commerce et de l’industrie.

Intra-Africa Trade Fair

proforamah.jpg Afreximbank has identified that one of the main obstacles to growing intra-African trade, is not necessarily a lack of
infrastructure, as one may think, but rather a lack of relevant trade information. Historically, African countries are more familiar with markets in Europe and America than they are with neighboring countries, resulting in the all too common phenomenon, of
manufacturers sourcing materials from abroad, when they could access the same materials from within Africa, more cheaply. Afreximbank President, Professor Benedict Oramah points out that this is a result of the legacy of colonialism on the Continent, and needs
to be redressed through initiatives like the Intra-African Trade Fair. One of the key objectives of the Intra-African Trade Fair (IATF), is to provide a platform for the exchange of information. To this end, a Trade Finance Conference will run parallel to
the trade fair. Experts from across the continent and abroad, will be speaking at the conference, which will bring stakeholders from industry and government agencies together to find solutions to the obstacles hampering regional trade. Visitors to the IATF
can attend both the fair itself and the conference, free of charge. You can register as a visitor/delegate on our

website
We look forward to seeing you in Cairo.
Sponsors.png
sponsor.jpg The Loukil Group, which is among the 5 leading companies in Tunisia, is taking up a Gold Sponsorship Package,
which will entitle them to prime advertising space at the trade fair, as well as other branding opportunities. The Loukil Group has interests in a variety of strategic sectors, ranging from agriculture to heavy industry, information and communication technologies,
the environment, international trade, engineering, consulting and more. Through a network of thirty companies, the Holding currently boasts around 4500 employees. The range of its business scope has gone well beyond Tunisian borders to include Europe, Morocco,
Libya, Ivory Coast and Togo. Visit our website to find out more about the sponsorship packages we have on offer, and secure premium visibility for your company amongst the 70 000 anticipated visitors.
event_head.png
moroc.jpg

IATF Engagement Session, Morocco

Afreximbank, the International Islamic Trade Finance Corporation and Maroc Export, will be jointly hosting an IATF 2018 Engagement Session in Morocco this week. The event is aimed at promoting what the trade fair has to offer local businesses. Key players from
various sectors will be attendance as well as members of the local media. The Engagement Session will take place against the backdrop of the first Governing Board Meeting of the Arab Africa Trade Bridges Programme (AATB). A signing ceremony is scheduled to
take place with the Moroccan Government and the OCP Group, Morocco.
mipad_follow.png

htown.jpg

IATF 2018 Stakeholder Engagement, Harare

Afreximbank and the Zimbabwean Ministry of Industry and Commerce, co-hosted an IATF Stakeholder Engagement in Harare this week. The event was attended by IATF 2018 Active Ambassador, Mr. Lance Jena, and was themed “Strategy to Deepen Zimbabwe – Africa Trade”.
Key players from the region were in attendance. The purpose of the Engagement was to increase awareness of the trade fair and what it has to offer to both visitors and exhibitors, as well as the investment opportunities it presents.

mipad_follow.png

news_head.png
carol.jpg

Carol Pineau appointed as an IATF 2018 Active Ambassador

Afreximbank is delighted to announce the appointment of Ms. Carol Pineau, award-winning filmmaker and journalist with more than 20 years experience reporting on Africa, as an IATF 2018 Active Ambassador, based in Washington DC. Ms Pineau is the producer and
host of a new current events talk show, Africa-USA Now, on the intersection of Africa and the US. Her work helped changed the U.S. media’s narrative on Africa to create an unbiased, more accurate view of the Continent. Her first documentary, Africa Open for
Business, was voted BBC Documentary of the Year and won a CINE Golden Eagle Award. Throughout two postings in Africa, as well as several assignments worldwide, Ms. Pineau has interviewed Heads of State, rebel leaders, and numerous other newsmakers. She has
reported and produced numerous television news stories for major international media, including CNN, VOA, NPR, RFI, and AP. She is the host of the 10-part series, Africa and the Trump Administration, airing on Africa Today TV and is the author of numerous
articles and a book. Her writing on Africa has appeared in major publications throughout the world.

event_reg.png

lance.jpg

Mr. Lance Jena appointed as an IATF 2018 Active Ambassador

Afreximbank is proud to announce the appointment of Mr. Lance Jena as an IATF2018 Active Ambassador, based in Zimbabwe. Mr Jena has been the Chairman of the ZimTrade Board since October 2014. Mr. Jena is President and Fellow of the Southern Africa Institute
of Marketing (SAIM) and was the Chairman of the Zimbabwe Advertising Research Foundation from 2000-2007. After establishing a marketing company which focused on supporting brands particularly in the Fast Moving Consumer Goods (FMCG) sector, he proceeded to
be active in supporting the development of the marketing profession for the benefit of aspiring young and upcoming marketers.

event_reg.png

loukil.jpg

Mr Bassem Loukil, IATF 2018 Goodwill Ambassador

Afreximbank is excited to announce that Mr. Bassem Loukil, is an IATF 2018 Goodwill Ambassador. Mr. Loukil has been the Chief Executive Officer of the Loukil Group since 1998, an enterprise which is made up of 35 subsidiaries employing more than 4,500 people
in various sectors including automotive, agribusiness, construction and public works, trade and services, ICT, and renewable energy. In addition to his extensive business achievements, Mr. Loukil is also actively engaged in Tunisia’s economic development.
He has served as the Executive Director of The US Tunisian Business Council, established the Tunisian-American Chamber of Commerce with a group of businessmen in Tunisa. He was a member of the Executive Board of the Arab Institute of Business Leaders and he
also served as a member of the Tunisian-Italian Chamber of Commerce and Industry. Since 2015 he has been the President of the Tunisia Africa Business Council.

event_reg.png

updates.png
Cairo.jpg

What our host city, Cairo has to offer

Did you know that our host city, Cairo Cairo is home to one of the oldest universities in the world, Al-Azhar University, which was founded in 975 CE. This is one of the many interesting sites to see when you attend the IATF 2018. Visit our website to find
out more about what this bustling metropolis has to offer visitors.

Hotels.jpg

Travel

To make your travel arrangements easier, we have set up an airline booking system on our website, which will allow you to search for the best fares for your trip to Cairo and book your flights. Type in your departure and return dates and within seconds the
system will call up a range of fare options from a number of airlines, allowing you the convenience of finding the cheapest rates without having to visit multiple websites. Visit

website
to book now.

Bassem Loukil Rêve D’un Erasmus Africain

Bassem Loukil fondateur et président de Tunisia Africa Business Council (TABC) est revenu, entre autres sujets pertinents, lors de son mot d’ouverture de la deuxième édition du forum Tunisian African empowerment forum, sur les problèmes rencontrés par les étudiants africains en Tunisie.

Bassem Loukil a affirmé lors de son intervention que plusieurs questions se posent pour la jeunesse africaine, notamment en matière d’emploi, d’employabilité, de formation professionnelle.

Pour lui, les jeunes du continent africain nécessitent une bonne formation pour une meilleure employabilité. Pour cette raison éduquer les jeunes n’est pas suffisant pour qu’ils accèdent à un emploi décent : « Eduquer ces jeunes ne suffit pas, encore faut-il les éduquer intelligemment. Axer leur formation sur des qualifications opportunes, qui leur permettent de trouver des emplois intéressants mais aussi lucratifs.

Et pour ce faire, les offres de formations universitaires et techniques doivent être pertinentes, adaptées et constructives », soutient-il.

Bassem Loukil a affirmé, par ailleurs, que les étudiantes subsahariens sont encore confrontés au problème de l’obtention de la carte de séjour, sans parler du nombre de places limitées dans les universités tunisiennes, ce qui les oblige à s’inscrire dans des universités privées.

Dans le même contexte, l’intervenant a rappelé que suite à la première édition du forum, le constat des problèmes a été communiqué aux services compétents, notamment le ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique et le ministère des Affaires étrangères.

Le président du TABC ne manque pas d’affirmer sa confiance en l’expertise tunisienne : « La Tunisie bénéficie d’une expertise éducationnelle et universitaire de plus d’un demi-siècle, et elle est en mesure de former un grand nombre d’étudiants subsahariens dont le chiffre reste actuellement en deçà de ses possibilités : 6500 contre 12 000 en 2010.

A ce propos, au cours de l’année universitaire 2017/2018, 544 inscriptions universitaires à 35 pays africains dont 306 inscriptions dotées de bourses, soit une augmentation de 272% par rapport à l’année universitaire 2009-2010. ».

Par ailleurs, il a rappelé que « l’UNESCO informe que les dépenses de l’Afrique subsaharienne en matière d’éducation, au cours de la dernière décennie, ont augmenté de 6% chaque année, grâce aux efforts concertés des gouvernements nationaux. Le nombre d’étudiants en Afrique inscrits à l’enseignement supérieur a doublé de 6 millions à plus de 12 millions au cours des 15 dernières années ».

En conclusion, il a formulé le souhait de voir émerger « un Erasmus africain, pour reprendre l’exemple européen, un programme intercontinental, pluridisciplinaire, d’échanges estudiantins pour un semestre ou plusieurs, et qui permettraient à nos enfants de réaliser, en parcourant l’Afrique, leurs rêves d’ailleurs. »

مجلس الاعمال التونسي الافريقي ينظم الدورة الثانية لمنتدى ”التمكين التونسي الإفريقي” بمشاركة 15 دولة

افتتحت اليوم اشغال الدورة الثانية لمنتدى ”التمكين التونسي الإفريقي” الذي ينظمه مجلس الاعمال التونسي الافريقي بهدف تدعيم مكانة تونس في التعليم العالي بافريقيا وتطوير عدد الطلبة الافارقة الدارسين في الجامعات الخاصة والعامة التونسية.

وقال رئيس مجلس الأعمال التونسي الافريقي بسام الوكيل في تصريح لتونيفيزيون إنّ الهدف من تنظيم الدورة الثانية لأشغال منتدى ”التمكين التونسي الإفريقي” هو تطوير عدد الأفارقة في تونس الذين يبلغ عددهم نحو 6500 طالبا إفريقيا إلى جانب متابعة تنفيذ 8 إتفاقيات مزدوجة تم امضاؤها مع بلدان إفريقية في الدورة الاولى للمنتدى سنة 2017 من أجل تطوير عدد طلبتهم المتواجدين في تونس.

وأكد الوكيل أنه من الضروري رفع كل المعيقات لتطوير تواجد الطلبة الافارقة في تونس وخاصة بالجامعات العمومية في مجالات منها الطب والهندسة والصيدلة بإعتبار أن القطاع الخاص نجح في إستقطاب الطلبة الأفارقة.

وكشف أنّ مجلس الأعمال التونسي الافريقي يهدف بالتعاون مع رئاسة الحكومة ووزارات التعليم العالي والداخلية والتكوين المهني والتشغيل إلى إقرار إجراءات تطبيقية لتسهيل إدماج الطلبة الأفارق في السوق التونسية .

وأشار بسام الوكيل إلى أن المنتدى يشهد مشاركة 15 دولة و160 إفريقيا مشاركين على مستوى وزارتي التعليم العالي والتكوين المهني ليكون العدد الجملي للمشاريكين 1500 مشارك بين تونسيين وطلبة أفارقة، موضّحا أنّ ما يميز الدورة الثانية للمنتدى هو مشاركة مكثفة من دولتي ليبيا والحزائر .

Ouverture du deuxième Forum tuniso-africain pour l’enseignement supérieur et la formation professionnelle

Tunis, Tunisie, 17  juillet (Infosplusgabon) – La deuxième édition du Forum tuniso-africain pour l’enseignement supérieur et la formation professionnelle (TAEF2018) a démarré ce mardi à Tunis avec la participation de 15 pays et en présence du ministre tunisien de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique, Slim Khalbous.

Ce Forum de deux jours s’articule autour du concept  »Tunisian African Empowerment », avec comme objectifs stratégiques d’internationaliser le savoir-faire tunisien en matière d’enseignement supérieur et de formation professionnelle, de développer une confiance mutuelle entre la Tunisie et ses confrères subsahariens dans les domaines de l’enseignement supérieur et la formation professionnelle, a expliqué Bassem Loukil, président du conseil d’affaires tuniso-africain.

Pour sa part, le ministre tunisien de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique a affirmé que  »son pays œuvre pour accueillir des étudiants étrangers en général et en particulier des étudiants africains qui ne dépassent aujourd’hui 3% de la totalité des étudiants.

Le ministère de l’Enseignement supérieur travaille pour améliorer ce chiffre et le porter à 10% dont les trois tiers seront africains à l’horizon 2020.

Les universités tunisiennes seront ouvertes aux étudiants étrangers à travers d’un mécanisme qui assure la gratuité des inscriptions afin de renforcer les relations tuniso-africaines, a indiqué M. Khalbous, annonçant la création d’une agence tunisienne pour l’accueil des étudiants étrangers et assurer des conditions favorables pour le séjour et les études notamment avec le grand projet tuniso-français  »l’université tunisienne pour l’Afrique et la Méditerranée ».

Pour sa part, le ministre tunisien de l’Emploi et de la Formation professionnelle, Faouzi Abderrahmane, a affirmé que la Tunisie a un prolongement stratégique dans ses relations avec le reste des pays africains, indiquant que ce forum sera une opportunité pour discuter les moyens de renforcer les secteurs de formation professionnelle et de l’enseignement supérieur.

Il a indiqué que le nombre d’Africains dans le secteur de la formation professionnelle en Tunisie a atteint 500 personnes de différentes nationalités sur un total de 55.000.

Il a affirmé que leurs conditions de séjour ne sont pas très différentes de celles des Tunisiens. Ils bénéficient de stages dans des structures tunisiennes pendant les vacances car la plupart d’entre eux n’ont pas les moyens de passer leurs vacances dans leurs pays.

منتدى التمكين التونسي الإفريقي … نحو إحداث جامعة تونسية فرنسية لترفيع الطلبة الأفارقة

منتدى التمكين التونسي الإفريقي … نحو إحداث جامعة تونسية فرنسية لترفيع الطلبة الأفارقة.

Doit-on nécessairement être entrepreneur pour enseigner l’entrepreneuriat ?

C’était lors de la cinquième plénière fort intéressante, du Tunisian African Empowerment Forum 2018 (TAEF) organisée par TABC, sur le thème du “renforcement de l’enseignement de la culture entrepreneuriale chez les jeunes Africains”, qui a mobilisé un parterre d’experts autour de la question centrale: comment instaurer une culture entrepreneuriale chez nos jeunes ? Une question qui a fait jaillir des opinions et des expériences diverses, non des moins enrichissantes, mais qui nous ont toutefois laissés sur notre faim.

Une jeunesse en mal de vivre, en quête de sens et de vérité, l’entrepreneuriat serait-il le remède? Bien évidemment, nous sommes tentés de dire oui, mais quelle complexe mission d’arriver à ancrer la valeur de la culture de l’entrepreneuriat dans l’esprit de nos jeunes et de les amener à créer leur avenir et à être acteurs de leur destin. Incontestablement, toute question d’ordre culturel, ne peut passer que par le chemin de l’éducation.

D’où puiser cette culture ?

Un module de “culture entrepreneuriale”, ou encore de “création d’entreprise”, ou de “gestion de projet” suffit-il à ancrer cette culture dans les universités ? Intervenant lors de cette plénière, Lotfi Saibi, président 4LDH et membre de CAVIE Tunisie explique que la culture entrepreneuriale ne s’inculque pas du jour au lendemain, bien qu’un gain d’intérêt pour l’entrepreneuriat est aujourd’hui manifeste, du fait de la mondialisation et de l’envahissement des nouvelles technologies.

Pour l’expert, la culture entrepreneuriale doit inclure tout un écosystème composé d’un ensemble de parties prenantes, et doit tenir compte du contexte. En somme, l’éducation fournit des outils, toutefois, c’est le terrain qui apprend à devenir entrepreneur. “C’est un état d’esprit, un environnement qui doit se créer, impliquant l’ensemble des intervenants” précise Lotfi Saibi.

Pour Maher Kallel, fondateur Carthage Angels, le modèle de la Silicon Valley, première machine à startups au monde est bien le modèle qui révèle tous les handicaps du continent et de la Tunisie plus particulièrement. En Tunisie, avoir l’idée du siècle ne donne droit qu’à 20% des gains ! Alors qu’ailleurs dans le monde “l’idée est mille fois plus importante que l’argent” déplore l’expert.

“Le système éducatif doit être repensé selon la valeur ajoutée créée” préconise Maher Kallel.

Lassad Mezghani, expert ETF, est plutôt d’avis qu’il est tout à fait possible de développer l’enseignement de la culture entrepreneuriale. Preuve à l’appui entre les mains, un projet actuellement en cours, visant à ’intégrer l’apprentissage de l’esprit et des compétences entrepreneuriales avant l’obtention du diplôme. Ce projet serait basé sur une démarche pédagogique à travers l’instauration de modules de projets entrepreneuriaux, alliant l’apprentissage à l’expérimentation. Les premiers résultats de cette initiative ont révélé une nette augmentation de l’intention entrepreneuriale des diplômés de l’université de Sfax, passant de 3,8% en 2004 à 46% aujourd’hui.

Il est temps de capitaliser sur l’échec

Nous entendons parler des mythiques mais non moins nombreuses success stories venues d’outre-atlantique et d’ailleurs, révélant les succès d’entrepreneurs qui marqueront sans doute et à jamais le 21ème siècle.

Des personnages presque légendaires, mais dont les expériences mettant en scène leurs échecs n’en sont pas moins véridiques et inspirantes.

Un Walt Disney qui fut licencié par son éditeur car il manquait d’imagination, un Jack Ma qui a échoué aux examens d’entrée à l’université de Chine quatre ans de suite, et n’a jamais été le numéro un à l’école; un Steve Jobs, un Mark Zuckerberg et un Bill Gates qui ne sont pas allés jusqu’au bout de leur cursus universitaire.

En effet nous ne les connaissons que trop bien, toutefois comprenons-nous réellement l’enseignement se profilant derrière ces expériences? Et le comprendre amènera-t-il les changements qui s’imposent ? Lotfi Saibi pointe du doigt cet élément essentiel qui est la culture de l’échec, déplorant : “un des plus gros freins à l’entrepreneuriat est le système d’éducation francophone, duquel nous sommes imprégnés et qui rémunère les premiers de l’école et sanctionne les derniers de la classe.

Savez-vous que 72% des fondateurs et CEO de la Silicon Valley avaient des moyennes médiocres dans les universités? Chez nous, ces personnes ne sont pas valorisées”. Il faudrait donc revoir le système d’éducation, bannir la culture de la peur, fortement ancrée chez les jeunes, revoir les modèles de mentoring, et de financement, qui ne s’orientent que vers les plus brillants. “ Mais les décideurs d’aujourd’hui n’ont pas forcément l’expérience de l’entrepreneuriat”.

On est aussi dépassé parce que la culture s’inculque dès l’enfance !

Faisant partie de l’audience et intervenant lors de la séance des questions-réponses, une enseignante universitaire venue tout droit du Canada n’a pas manqué de souligner un fait majeur: la culture entrepreneuriale, ça s’inculque dès le plus jeune âge ! Prenant pour exemple le système d’éducation canadien qui enseigne à l’enfant comment vendre son chocolat à ses camarades…

انطلاق اشغال الدورة 2 للمنتدى الافريقي للتعليم العالي والتكوين المهني

أفاد رئيس مجلس الاعمال التونسي الافريقي بسام الوكيل أن الدورة الثانية للمنتدى الافريقي للتعليم العالي والتكوين المهني (التمكين)، التي تنعقد بداية من اليوم الثلاثاء بتونس، وعلى مدى يومين، تهدف إلى تطويرالاتفاقيات المبرمة السنة الماضية خلال الدورة الاولى للمنتدى.

واضاف اليوم الثلاثاء بالعاصمة في افتتاح الدورة الثانية للمنتدى الذي ينظمه مجلس الاعمال التونس الافريقي بالشراكة مع وزارتي التعليم العالي والبحث العلمي والتكوين المهني والتشغيل وجمعية الطلبة والمتربصين الافارقة، أن الهدف من هذا اللقاء تحديد المواد والمجالات التي يمكن تطويرها في مجال التعليم العالي والتكوين المهني والتعرف على خصوصيات السوق الافريقية وسبل الاستجابة لها فضلا عن تداول حول المشاكل التي يتعرض لها الطلبة الافارقة في تونس وتقديم الحلول التي تم تركيزها من طرف وزارتي التعليم العالي والبحث العلمي والتكوين المهني والتشغيل.

ويناقش المشاركون (1500 مشارك) القادمون من 15 دولة افريقية بالإضافة إلى تونس، امكانية تطوير عدد الطلبة الافارقة الذي يبلغ حاليا 6500 طالب افريقي، كما سيعملون على الخروج من هذا المنتدى باجراءات عملية وباتفاقيات جديدة، بعد أن تم التوصل خلال النسخة الأولى لهذا المنتدى إلى امضاء 8 اتفاقيات مزدوجة بين تونس وعدد من البلدان الافريقية.

ويسلط المنتدى في هذه الدورة الضوء على أهم المجالات التي يجب التركيز عليها والتعريف بالاتفاقيات المفعلة وغيرها التي لم يتم تفعيلها بعد وأسباب ذلك فضلا عن أسباب عدم تطور عدد الطلبة الافارقة في تونس وكيفية الترفيع فيها والاجراءات التي يجب أن تتقيد بها وزارتي التعليم العالي والبحث العلمي والتكوين المهني والتشغيل.

وللإشارة فإن مجلس الأعمال التونسي الافريقي يسعى منذ الدورة الأولى للمنتدى لابراز انفتاحه على الفضاء الطبيعي لتونس ألا وهو القارة الافريقية، بهدف جعل تونس وهذا المنتدى على المديين القصير والمتوسط موعدا إفريقيا سنويا بامتياز للتعليم العالي والتكوين المهني.

كما ويرمي المنتدى الافريقي للتعليم العالي والتكوين المهني (التمكين) إلى تحقيق جملة من الاهداف الاستراتيجية ومنها بالخصوص تدويل الخبرات والمعارف في مجالي التعليم العالي والتكوين المهني وتطوير الثقة المتبادلة بين تونس وأصدقائها من بلدان جنوبي الصحراء وتحسين التعاون والتبادل بين الجامعات ومراكز التكوين الإفريقية وتطوير تبادل الجامعيين والباحثين والمتربصين بين البلدان الافريقية.

Pour faire de l’éducation le cheval de bataille de l’Afrique

Abraham Lincoln, 16ème président des Etats-Unis, qui a dirigé le pays lors de la pire crise constitutionnelle et militaire de son histoire, disait: “Si vous trouvez que l’éducation coûte cher, essayez l’ignorance !”.

C’était à l’occasion de la deuxième édition du Tunisian African Empowerment Forum, organisé par le TABC, les 17 et 18 juillet 2018, que se sont réunis un parterre de ministres, représentants des secteurs public et privé, société civile, directeurs de centres de formation et universités, venus des quatre coins du continent, autour d’un objectif: échanger et débattre pour faire de la Tunisie et de l’Afrique un hub de l’enseignement supérieur et de la formation et hisser le continent sur la route des puissances mondiales.

Cette deuxième édition vise en priorité à internationaliser le savoir-faire tunisien en matière d’enseignement supérieur et de formation professionnelle, orienter le choix des étudiants vers la Tunisie et développer la coopération Sud-Sud.

La Tunisie, terre d’expertise mais aussi d’obstacles

En ouverture du Forum, Bassem Loukil, président et fondateur de TABC a exprimé son souhait de voir émerger un Erasmus africain, à l’image de l’excellence des pays européens, “un programme intercontinental et pluridisciplinaire d’échanges estudiantins pour un semestre ou plusieurs, qui permettrait à nos enfants de réaliser, en parcourant l’Afrique, leurs rêves d’ailleurs”.

Bassem Loukil pointe du doigt un élément fondamental: “éduquer ces jeunes ne suffit pas, encore faut-il les éduquer intelligemment”. Par- là se pose indubitablement la question de l’adéquation des formations aux réalités du marché du travail, que ce soit au niveau du pays, du continent, mais aussi et surtout du monde. Pour le responsable, il s’agit d’“axer leur formation sur des qualifications opportunes, qui leur permettront de trouver des emplois intéressants mais aussi lucratifs. Et pour ce faire, les offres de formations universitaires et techniques doivent être pertinentes, adaptées et constructives.” Rappelant que les moins de 25 ans représentent près de 65% de la population du continent africain, et que les défis ne pourront être relevés qu’à travers une vision commune et globale.

Bassem Loukil rappelle que “la Tunisie bénéficie d’une expertise éducationnelle et universitaire de plus d’un demi-siècle, et elle est en mesure de former un grand nombre d’étudiants sub-sahariens dont le chiffre reste actuellement en deçà de ses possibilités: 6500 contre 12 000 en 2010 .A noter que la Tunisie, pour commencer à y remédier, a accordé, au cours de l’année universitaire 2017/2018, 544 inscriptions universitaires à 35 pays africains dont 306 inscriptions dotées de bourses, soit une augmentation de 272% par rapport à l’année universitaire 2009–2010”.

Le responsable déplore néanmoins les obstacles persistants et freinant l’arrivée d’étudiants étrangers, citant notamment la longueur et la difficulté de la procédure d’obtention d’une carte de séjour, les quotas restrictifs imposés quant à l’accès aux institutions d’enseignement public et qui freinent les possibilités d’inscription d’étudiants qui ne souhaitent pas ou n’ont pas les moyens de s’orienter vers les établissements privés.

Mark Arthur, président de l’Association des étudiants et stagiaires africains en Tunisie (AESAT) a informé que l’association travaille en étroite collaboration avec TABC pour lever les barrières auxquelles sont confrontés les étudiants africains. Il a par ailleurs soulevé la nécessité d’encourager les étudiants à s’orienter vers des initiatives entrepreneuriales.

“En Tunisie, la formation professionnelle est de nos jours synonyme d’emploi et d’employabilité. Son adéquation au marché du travail permet l’intégration professionnelle de 60 à 70% des diplômés, et ce, dès la première année” précise d’emblée Faouzi Abderrahman, ministre de la l’Emploi et de la Formation professionnelle.

La mise à niveau des centres et la création d’autres spécialités telles les TIC, les métiers de la mer et l’économie bleue, font partie des priorités du ministère ainsi que l’augmentation de la capacité d’accueil de 25 000 apprenants. “Nous avons décidé dans ce sens la création d’un office des œuvres de la formation professionnelle, qui représenterait l’un des projets phares de la valorisation de la formation professionnelle. Un décret a par ailleurs été déposé auprès du Premier ministère. Cet office a pour objectifs l’amélioration des conditions de vie afin d’obéir aux normes internationales, ainsi que de permettre aux directeurs des centres de se concentrer sur le côté technique et pédagogique.” informe le ministre.

Dans le cadre de l’ouverture vers le continent, Faouzi Abderrahman a déclaré que “le ministère s’est engagé au développement et à la mise en œuvre de différents types de programmes de coopération bilatérale ou multilatérale. “En matière de collaboration nous réservons un nombre de postes de formation aux jeunes stagiaires dans des spécialités très demandées par le marché de l’emploi africain.

Nous comptons des jumelages avec un certain nombre de centres de pays frères et amis. Nous fournissons également des stages de perfectionnement technique et pédagogique avec des pays du nord et les pays du sud dans les secteurs et les spécialités qui ne sont pas dispensés dans les pays d’origine en ce qui concerne la formation et le perfectionnement des formateurs et des tuteurs.

Nous travaillons aussi, en coopération triangulaire avec nos partenaires. Cette coopération se rapporte à la programmation de formation de formateurs dans les domaines de l’électricité, du bois, de l’habillement et de l’hôtellerie, à la formation des jeunes dans les domaines de l’industrie agroalimentaire, de la maintenance industrielle, du forage, de la soudure et de l’Informatique industrielle. Je cite également la coopération triangulaire dans les secteurs du bâtiment et travaux publics, tourisme et hôtellerie et cuir et chaussures”

Des ambitions qui prennent forme

Slim Khalbous, ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique a vanté les avancées de la Tunisie en matière d’enseignement supérieur et d’ouverture sur le continent africain. Rappelant au passage que le pays est un pionnier en la matière avec la Zitouna, fondée en l’an 737, première université du monde arabe. Actuellement dotée de 750 structures de recherches, près de 22 000 enseignants et de 300 000 étudiants, la Tunisie a été classée première en Afrique en nombre de recherches. Le ministre évoque la quarantaine de nationalités présentes dans l’effectif des étudiants, dont 75% sont des Africains, et informe que l’ambition du ministère est d’atteindre 10% d’étudiants étrangers dans l’effectif total d’ici 2 ans. L’accréditation internationale fait également partie des priorités actuelles sur lesquelles travaille le ministère.

Deux axes majeurs guident l’ouverture vers l’Afrique selon Slim Khalbous: le partage du savoir entre la Tunisie et l’Afrique et l’amélioration de l’attractivité de la Tunisie en tant que destination pour l’enseignement supérieur et la formation professionnelle. Mentionnant au passage que la machine de l’ouverture vers l’Afrique est déjà en marche, avec, à son actif, un arsenal d’accords de coopération d’ores et déjà conclus avec plusieurs pays d’Afrique (la Mauritanie, avec la délocalisation des concours de prépa, le Mali avec la coopération dans la formation des formateurs, le Tchad, l’Algérie, le Gabon, Djibouti, et bien d’autres). Le ministre précise que pour chaque pays, la Tunisie a adopté un système de coopération spécifique.

Création d’une nouvelle agence pour l’accueil des étrangers en Tunisie

Les paroles sont toujours mieux perçues, lorsqu’elles s’accompagnent d’actes. Dans son allocution, Slim Khalbous a annoncé une série de décisions non des moins enthousiasmantes. “Depuis l’année dernière, nous avons élargi l’ouverture des universités publiques aux étrangers, 75% des bourses sont accordées aux pays africains. La deuxième décision est relative à la création d’une agence d’accueil des étrangers en Tunisie pour les accompagner dans les démarches d’installation: procédures administratives, octroi de logements, etc. En troisième lieu, le lancement de l’université franco-tunisienne, qui permettra aux étudiants de bénéficier d’un double diplôme tunisien et européen.” Mais tout cela n’a de sens que dans le cadre du développement Sud-Sud, conclut le ministre.

Enseignement supérieur: Khalbous annonce une série de réformes structurelles

Le ministre de l’enseignement supérieur Slim Khalbous a annoncé ce mardi 17 juillet 2018 que l’ensemble des crises et conflits opposant son département aux syndicats de l’enseignement supérieur ont été résolus suite à la conclusion de plusieurs importants accords avec les différentes parties sociales.

Slim Khalbous qui s’exprimait dans une déclaration accordée à Mosaïque Fm a ajouté qu’il comprend parfaitement la série de mouvement protestataires ayant coïncidé avec l’année universitaire précédente, ajoutant que ces mouvements ont été observés dans l’objectif d’inciter le ministère a décider les réformes structurelles dans ce secteur qui souffre de problèmes structuraux et institutionnels depuis près de 20 ans.

Il a précisé que son département cherche actuellement à intensifier le rythme des rencontres avec les parties sociales et syndicales pendant le mois de juillet en cours ainsi que durant le mois de septembre prochain dans l’objectif d’examiner les dossiers prioritaires dont particulièrement celui de l’application des réformes du système de base des enseignants universitaires pour améliorer leurs conditions professionnelles ajoutant qu’un accord a été trouvé dans ce sens.

Par ailleurs, le ministre de l’enseignement supérieur a ajouté que d’autres réformes et propositions sont en train d’être exécutées à long terme et ce, suite à l’achèvement des textes de loi liés à la question de l’équivalence afin que les diplômes tunisiens soient désormais reconnus à l’échelle internationales.

Il a précisé que d’autres dossiers de réformes entreront en vigueur à partir de cette année universitaire. Il s’agit notamment du changement radical du  système LMD ainsi que le changement de la branche commune entre le master de recherche et celui professionnel. Le nombre des stages à effectuer et les matières optionnelles seront quant à eux revus à la hausse.

Formation professionnelle : une opportunité pour l’Afrique

Faouzi Abderrahmane, ministre de la Formation professionnelle et de l’emploi, a présenté les opportunités qu’offre la Tunisie en matière de formation professionnelle aux étudiants subsahariens, lors de l’ouverture de la deuxième édition du forum « Tunisian African Empowerment Forum », qui se tient les 17 et 18 juillet, à Tunis.

Pour le ministre, il est impératif d’augmenter le nombre de jeunes disposant de compétences techniques et professionnelles leur permettant de se lancer dans l’entrepreneuriat ou d’avoir un emploi décent sur le continent africain. Selon les chiffres évoqués par le ministre, la jeunesse africaine a besoin d’une formation et d’une éducation de qualité. « En 2014, on a recensé 200 millions de jeunes âgés de 15 à 24 ans, ce qui représente 60% de la population africaine. En 2016, les chiffres indiquent que 41% de la population africaine ont moins de 15 ans. Ils seront un milliard âgés de moins de 18 ans en 2050 et constitueront 40% des jeunes à l’échelle mondiale. Notons qu’environ 11 millions de jeunes africains arrivent chaque année sur le marché du travail », affirme-t-il; en soulignant l’importance de ce potentiel.

Faouzi Abderrahmane a affirmé dans le même contexte qu’en Tunisie la formation professionnelle rime avec emploi et employabilité. « Son adéquation au marché du travail permet l’intégration professionnelle de 60 à 70% des diplômés et ce dès la première année », argumente-t-il; avant d’inciter les jeunes et leur famille à changer de mentalité et à considérer la formation professionnelle comme une opportunité de travail à l’échelle individuelle et de progrès à l’échelle nationale.  Le ministre a indiqué  que les tunisiens en formation pourront suivre des stages de perfectionnement dans des pays européens, et ce à partir du mois de septembre 2018,  selon  le programme d’échange entre la Tunisie et des pays européens dédié à la formation professionnelle.

De la nécessité de valoriser la formation professionnelle

Revenant sur l’infrastructure de la formation professionnelle en Tunisie, le ministre a rappelé que le pays compte 200 centres publics de formation professionnelle. L’effectif total de l’Agence tunisienne de la formation professionnelle (ATFP) est de 8000 personnes, dont 3000 ingénieurs et techniciens et 4000 cadres pédagogiques, formateurs et conseillers d’apprentissage et assure à ce titre la formation initiale de 70.000 apprenants, avec un flux annuel de plus de 20.000 diplômés. Par ailleurs, le ministre a révélé que l’ATFP assure des formations à 500 apprenants de différentes nationalités, spécialement africaines.

Le ministre a indiqué que la mise à niveau de la formation professionnelle est un axe stratégique à travers la création d’autres spécialités, telles les TIC, les métiers de la mer et l’économie bleue, ainsi qu’avec l’augmentation de la capacité d’accueil de 25000 apprenants. Dans les objectifs du ministère figurent l’augmentation du nombre d’apprentis subsahariens dans les centres de formation professionnelle et l’amélioration de leurs conditions d’hébergement. Et d’affirmer que la Tunisie est prête à travailler en étroite collaboration avec plusieurs pays du continent africain.

إجراءات جديدة للترفيع في عدد الطلبة الأجانب في تونس

أفاد وزير التعليم العالي سليم خلبوس، اليوم الثلاثاء 17 جويلية، بأن تونس تريد استقطاب الطلبة الأجانب خاصة الأفارقة والترفيع في عددهم من 3 بالمائة إلى 10 بالمائة سنة 2020، ضيفا أن نسبة الطلبة الأفارقة تقدر بـ 75 بالمائة من مجموع الطلبة الأجانب.

في هذا الخصوص أكد خلبوس، خلال اليوم الأول من الدورة الثانية لأشغال منتدى « التمكين التونسي الإفريقي  » أن الوزارة أقرت إجراءات جديدة على غرار فتح الجامعات العمومية أكثر على الطلبة الأجانب مع منحهم امتياز التسجيل المجاني، مع وجود طلب عالي على الجامعات العمومية ذات طراز رفيع كالطب والهندسة التي ستكون بمقابل.

كما أقرت الوزارة بعث « الوكالة التونسية لاستقبال الطلبة الأجانب » لمساعدتهم في كل الأمور الادارية بهدف توفير ظروف مناسبة لإقامتهم، وإحداث جامعة تونسية فرنسية لإفريقيا والبحر الأبيض المتوسط ستكون فريدة من نوعها، وفق ما نقلته مبعوثة IFM إلى المنتدى.

من جهته أكد بسام الوكيل رئيس مجلس الاعمال التونسي الافريقي أنه سيتم هذه السنة تقديم الحلول التي تم وضعها من قبل وزارة التعليم العالي ووزارة التكوين المهني والتشغيل، لتطوير تواجد عدد الطلبة الأفارقة في تونس.

وبين الوكيل أن هناك 15 دولة ممثلة و160 افريقي من مختلف هذه البلدان إضافة إلى و1500 مشاركين في المنتدى.

من جهة أخرى أكد وزير التكوين المهني والتشغيل فوزي عبد الرحمان أن تونس لديها عمق إستراتيجي في علاقاتها مع باقي دول القارّة الإفريقية، مضيفا أن التظاهرة ستكون فرصة لمناقشة تدعيم التعاون في مجالي التكوين المهني والتعليم العالي.

وأفاد فوزي عبد الرحمان بأن عدد المتكوّنين الأفارقة في مجال التّكوين المهني في تونس يبلغ حوالي 500 متكون من جنسيات مختلفة من جملة 55 ألفا، مشيرا إلى أن ظروف إقامتهم لا تختلف كثيرا عن ظروف إقامة المتكونين التونسيين، مع بعض الإمتيازات من خلال توفير تربصات ليهم بالمؤسسات التونسية خلال فترة العطلة خصوصا مع عدم قدرة أغلبهم على العودة إلى بلدانهم خلال تلك الفترة.

بسام الوكيل : تركيا والمغرب تنافسان تونس في الأسواق الافريقية

أكد رئيس مجلس الأعمال التونسي الافريقي، بسّام الوكيل أهمية التوجه إلى الأسواق الافريقية و تعزيز الحضور التونسي في تلك البلدان.

ودعا في مداخلة له اليوم في برنامج « بوليتيكا » إلى ضرورة دعم الاستثمارات في هذه البلدان الواعدة و مضاعفة مجالات التعاون معها في مختلف المجالات.

واعتبر الوكيل أن تركيا والمغرب المنافسين الأكثر شراسة لتونس، حيث تسعى كل منهما إلى تكثيف أعمالها وتمثيلها في السوق الافريقية.

TABC donne le coup d’envoi de Tunisian African Empowerment Forum « TAEF 2018»

L’ouverture officielle de la deuxième édition du forum Africain pour l’enseignement supérieur et la formation professionnelle,  a eu lieu ce mardi 17 juillet 2018 à l’hôtel Laico Tunis.

Le coup d’envoi de cette seconde édition de « Tunisian African Empowerment a été donné par les interventions de Mrs Bassem Loukil, Président de TABC, Anis Jaziri, secrétaire général de TABC sans oublier les officiels, M. Faouzi Ben Abderrahmen, Ministre Tunisien de la Formation Professionnelle et de l’Emploi et M. Slim Khalbous, Ministre Tunisien de l’Enseignement Supérieur et la recherche scientifique.

M.Bassem Loukil a précisé que « L’instruction de la jeunesse représente un enjeu crucial pour l’Afrique de demain. C’est elle qui aiguillera notre développement, notre place dans le monde. C’est pourquoi le Tunisia Africa Business Council, en marge de sa vocation classique de catalyseur d’échanges interafricains sur le plan économique, s’engage de nouveau cette année pour mobiliser les esprits autour de la valeur « éducation », en Tunisie et dans toute l’Afrique ».

Ce forum s’articule autour du concept « Tunisian African Empowerment», avec comme objectifs stratégiques :

– Internationaliser le savoir-faire Tunisien en matière d’enseignement supérieur et de formation professionnelle.

– Développer une réciprocité de confiance entre la Tunisie et ses confrères  subsahariens dans les domaines de l’enseignement supérieur et la formation professionnelle.

– Améliorer la coopération et les échanges entre les universités et les centres de formation Africains.

– Développer les échanges d’universitaires, chercheurs et stagiaires entre les pays Africains.

De tels objectifs et une telle démarche concordent parfaitement avec l’un des axes que nous préconisons, à savoir « accentuer notre ouverture à l’espace naturel de notre pays c’est-à-dire le continent Africain ».

Bassem Loukil : « Eduquer les jeunes ne suffit pas, encore faut-il les éduquer intelligemment »

L’ouverture officielle de la deuxième édition du forum Africain pour l’enseignement supérieur et la formation professionnelle,  a eu lieu ce mardi 17 juillet 2018 à l’hôtel Laico de Tunis. A cette occasion Espace Manager a interviewé Mr Bassem Loukil,le Président du Tunisia Africa Business Council, organisateur de ce Forum :

Espace Manager : L’organisation de la deuxième  du forum Africain pour l’enseignement supérieur et la formation professionnelle prouve l’intérêt que vous accordez à ces secteurs ?

Bassem Loukil : Les moins de 25 ans représentent près de 65% de la population de notre continent et la démographie de nos pays continue de croître. Ces jeunes sont l’avenir de l’Afrique et il est de notre devoir de leur paver la route, dès à présent, vers le savoir et la connaissance ; pour leur offrir les moyens de se faire une place, demain, dans une économie mondialisée où la concurrence est impitoyable.

Cependant, éduquer ces jeunes ne suffit pas, encore faut-il les éduquer intelligemment. Axer leur formation sur des qualifications opportunes, qui leur permettront de trouver des emplois intéressants mais aussi lucratifs. Et pour se faire, les offres de formations universitaires et techniques doivent être pertinentes, adaptées et constructives.

EM : L’instruction de la jeunesse représente un enjeu crucial pour l’Afrique de demain.

B L : Justement nous estimons que l’instruction de la jeunesse aiguillera notre développement, notre place dans le monde. C’est pourquoi le Tunisia Africa Business Council, en marge de sa vocation classique de catalyseur d’échanges interafricains sur le plan économique, s’engage de nouveau cette année pour mobiliser les esprits autour de la valeur « éducation », en Tunisie et dans toute l’Afrique.

L’enjeu cardinal est donc de raisonner puis de construire une offre de formation intelligente, à l’échelle du continent africain. Aussi, la vue de la prestigieuse assemblée réunie à Tunis aujourd’hui me réjouit, avec tous ces  éminents responsables, venus de toute l’Afrique et qui nous font l’honneur de leur présence en vue de débattre des besoins et des opportunités à mettre en exergue, ainsi que des obstacles à surmonter, afin de parvenir aux objectifs que nous nous serons fixés tous ensemble à l’issue de ce forum qui, je l’espère, deviendra une pierre fondatrice de l’édifice éducationnel africain.

EM : Le problème est que le nombre des étudiants africains en Tunisie ne cesse de diminuer ? A quoi cela est-il dû ?

B L : Si la Tunisie se veut, depuis longtemps, une terre d’accueil pour les étudiants africains, il faut admettre que certaines difficultés parsèment le chemin. Je pense notamment à la longueur et la difficulté de la procédure d’obtention d’une carte de séjour, qui ont pu en décourager plus d’un. De même, les quotas restrictifs imposés quant à l’accès aux institutions d’enseignement public freinent les possibilités d’inscriptions d’étudiants qui ne souhaitent pas ou n’ont pas les moyens de s’orienter vers les établissements privés. 

Heureusement, suite à la première édition de notre forum, des réformes structurelles ont été engagées par les pouvoirs publics tunisiens pour juguler ces complications administratives en facilitant les conditions d’accès à l’enseignement du plus grand nombre d’étudiants étrangers et il est important de continuer en ce sens.
 
 Aujourd’hui, la Tunisie, bénéficie d’une expertise éducationnelle et universitaire de plus d’un demi-siècle, et elle est en mesure de former un grand nombre d’étudiants sub-sahariens dont le chiffre reste actuellement en-deçà de ses possibilités 6500 contre 12 000 en 2010. Il est à noter que la Tunisie, pour commencer à y remédier, a accordé, au cours de l’année universitaire 2017/2018, 544 inscriptions universitaires à 35 pays africains dont 306 inscriptions dotées de bourses, soit une augmentation de 272% par rapport à l’année universitaire 2009-2010. 

E M : Avec plus de 200 organismes d’enseignement supérieurs publics et plusieurs centaines d’établissements privés, la Tunisie se veut être un pôle de savoir, moderne et attractif, pour des étudiants de toutes nationalités. 

 B L : Tout à fait, notre pays est un pole de savoir et nous savons tous l’importance de développer les opportunités d’instruction de haut niveau et la formation des leaders africains de demain en Tunisie.

En plus la Tunisie est convaincue que son avenir n’est pas seulement tourné vers sa propre jeunesse mais également vers la jeunesse africaine qu’elle accueille sur son sol. Nous sommes  à-même d’offrir à plusieurs milliers d’étudiants volontaires et persévérants une éducation plurielle et adaptée aux réalités d’un marché du travail multiplié par autant de débouchés qu’il y a de pays africains, avec une mobilité de l’employabilité inépuisable.

E M : Vous donnez aussi une grande importance à la formation professionnelle?

B L : Pour offrir à nos jeunes les meilleures perspectives de carrière, il faut sortir du carcan strictement académique, certes indispensable mais rarement en parfaite adéquation avec les besoins des employeurs. Ainsi, nous devons donner une importance accrue à la formation professionnelle en alternance, qui pourrait ouvrir sur des échanges à l’échelle du continent, ce qui constituerait  à la fois des ressources inépuisables de compétences et une diversité unique d’expériences formatrices et de débouchés. La clé de notre succès à tous sera la coopération multilatérale, en favorisant la circulation des étudiants mais aussi des enseignants et des chercheurs.

Enfin, pour une adéquation toujours accrue entre l’offre et la demande de compétences, le partage des informations à l’échelle continentale dans le cadre de l’orientation des filières académiques et scientifiques devient une nécessité de premier ordre. Et là, ce sont encore les pouvoirs publics de chacun de nos pays, auxquels  incombe la lourde tâche de mettre en œuvre les moyens et les outils nécessaires à la gestion de ces données et à leur mise en relief, dans un effort d’harmonisation et de coordination, pour un maximum d’efficience dans le choix des politiques d’éducation supérieure.

E M : Quels sont les objectifs de ce Forum ?

BL : Les  objectifs stratégiques sont de :

-Internationaliser le savoir-faire Tunisien en matière d’enseignement supérieur et de formation professionnelle,

-Développer une réciprocité de confiance entre la Tunisie et ses confrères  subsahariens dans les domaines de l’enseignement supérieur et la formation professionnelle

-Améliorer la coopération et les échanges entre les universités et les centres de formation Africains,

-Développer les échanges d’universitaires, chercheurs et stagiaires entre les pays Africains.

Propos recueillis par S E A

العاصمة : انعقاد الدورة الثانية لمنتدى التمكين التونسي الافريقي.. لحث مجالات التعاون بين الجانبين

افتتحت صباح اليوم بالعاصمة الدورة الثانية لمنتدى التمكين التونسي الافريقي الذي يهدف الى تطوير الاتفاقيات التي تم امضاؤها السنة الماضية والتي قدر عددها ب 8 مع البلدان الافريقية وتحديد المجالات التي يمكن تطويرها في مجال التعليم العالي وخصوصيات السوق الافريقية وطرق الاستجابة لهذه الخصوصية وفق بسام لوكيل مدير مجلس الاعمال التونسي الافريقي الذي اكد انه هذه السنة سيتم تقديم الحلول التي تم وضعها من قبل وزارة التعليم العالي ووزارة التكوين المهني والتشغيل بناء على المستجدات، وكذلك لتطوير تواجد عدد الطلبة الافارقة بتونس الذي بقي في نفس المستوى ولم يرتفع و معرفة أسباب ذلك، اضافة الى امكانية ادراج الجامعات العمومية في القارة الافريقية سيما الاختصاصات كالطب والصيدلة و الهندسة ، وتسهيل دخول القطاع الخاص الى القارة الافريقية والإجراءات الممكن القيام بها في هذا الصدد.

وبين بسام الوكيل انه هناك 15دولة ممثلة و 160 افريقي من مختلف هذه البلدان مشاركين و 1500 مشارك بين تونسيين و طلبة افارقة .

منتدى التمكين التونسي الإفريقي : نحو تطوير عدد الطلبة الأفارقة بتونس

أكد رئيس مجلس الأعمال التونسي الافريقي بسام الوكيل في تصريح لمراسلة الجوهرة « اف ام » أن الهدف من منتدى التمكين التونسي الإفريقي هو تطوير الاتفاقيات التي تم توقيعها خلال السنة الماضية والدخول.

وأوضح أنه سيتم تقديم الحلول للإشكاليات المطروحة والتي وضعتها وزارة التعليم العالي ووزارة التكوين المهني والتشغيل لفائدة الطلبة الأفارقة بناء على المستجدات من أجل تطوير وجود عدد الطلبة الأفارقة بتونس الذي بقي في نفس المستوى و لم يرتفع و معرفة أسباب ذلك.

كما سيتم العمل على امكانية ادراج الجامعات العمومية في القارة الافريقية سيما الاختصاصات كالطب الصيدلة و الهندسة ، وتسهيل دخول القطاع الخاص الى القارة الافريقية والاجراءات الممكن القيام بعها في هذا الصدد.

وبين بسام الوكيل أن هناك 15دولة ممثلة في المنتدى أضافة إلى 1500 مشارك بين تونسيين و طلبة أفارقة حسب قوله.

بسام الوكيل: نعمل على استقطاب الطلبة الأفارقة في الجامعات العمومية

قال رئيس مجلس الأعمال التونسي الافريقي بسام الوكيل إنّ الهدف من تنظيم الدورة الثانية لأشغال منتدى  »التمكين التونسي الإفريقي » هو تطوير عدد الأفارقة في تونس الذين يبلغ عددهم نحو 6500 طالبا إفريقيا إلى جانب متابعة تنفيذ 8 إتفاقيات مزدوجة تم امضاؤها مع بلدان إفريقية في الدورة الاولى للمنتدى سنة 2017 من أجل تطوير عدد طلبتهم المتواجدين في تونس.

وأكد الوكيل اليوم الثلاثاء 17 جويلية 2018 أنه من الضروري رفع كل المعيقات لتطوير تواجد الطلبة الافارقة في تونس وخاصة بالجامعات العمومية في مجالات منها الطب والهندسة والصيدلة بإعتبار أن القطاع الخاص نجح في إستقطاب الطلبة الأفارقة.

وكشف أنّ مجلس الأعمال التونسي الافريقي يهدف بالتعاون مع رئاسة الحكومة ووزارات التعليم العالي والداخلية والتكوين المهني والتشغيل إلى إقرار إجراءات تطبيقية لتسهيل إدماج الطلبة الأفارق في السوق التونسية .

وأشار بسام الوكيل إلى أن المنتدى يشهد مشاركة 15 دولة و160 إفريقيا مشاركين على مستوى وزارتي التعليم العالي والتكوين المهني ليكون العدد الجملي للمشاريكين 1500 مشارك بين تونسيين وطلبة أفارقة، موضّحا أنّ ما يميز الدورة الثانية للمنتدى هو مشاركة مكثفة من دولتي ليبيا والحزائر .

Faouzi Abderrahmane : « Nos centres et nos cœurs sont ouverts à nos amis africains »

La deuxième édition du forum Africain pour l’Enseignement Supérieur et la Formation Professionnelle « TAEF 2018 » se tient les 17 et 18 juillet à l’hôtel Laico à Tunis.

Prenant la parole, Faouzi Abderrahmane, ministre de la Formation Professionnelle et de l’Emploi, a insisté sur l’importance de ce forum qui, selon lui, touche à un domaine stratégique et qui nous concerne tous.

Pour le ministre, l’Afrique doit prendre sa place dans le domaine de la formation professionnelle. Il a affirmé, dans ce sens, que la formation professionnelle est synonyme d’emploi et d’employabilité, précisant que les mentalités doivent changer pour faire de la formation une source de progrès.

Le ministre a indiqué, à cette occasion, que son ministère mise sur le marché africain. Et d’ajouter que 500 jeunes des pays africains sont inscrits dans les centres de formation professionnelle en Tunisie. Nos centres et nos cœurs sont ouverts à nos amis africains, conclut le ministre.

الجامعات التونسية تشرع في قبول الطلبة الافارقة في اختصاصات جديدة خلال السنة الجامعية القادمة

ستشرع الجامعات العمومية التونسية في قبول الطلبة الأفارقة في اختصاصات جديدة بداية من السنة الجامعية 2018/2019 ، وفق وزير التعليم العالي والبحث العلمي سليم خلبوس الذي أعلن اليوم الثلاثاء أيضا عن إحداث الوكالة التونسية لاستقبال الطلبة الأجانب.

وقال الوزير في تصريح إعلامي على هامش افتتاح المنتدى الافريقي للتعليم العالي والتكوين المهني (التمكين) في دورته الثانية المنعقد بالعاصمة إن  » الجامعات العمومية التونسية ستنطلق ابتداءا من السنة الجامعية القادمة في قبول الطلبة الافارقة أكثر فأكثر وفي اختصاصات جديدة على غرار الطب والصيدلة والهندسة وذلك بعد وضع جميع النصوص القانونية ذات العلاقة والقيام بمختلف الدراسات ».

كما سيتم إحداث الوكالة التونسية لاستقبال الطلبة الأجانب على اعتبار أن الترفيع في عدد هؤلاء الطلبة يتطلب هيكل منظما حسب تفسير خلبوس في تصريحه على هامش المنتدى المنعقد، على مدى يومين، ببادرة من مجلس الأعمال التونس الافريقي بالشراكة مع وزارتي التعليم العالي والبحث العلمي والتكوين المهني والتشغيل وجمعية الطلبة والمتربصين الأفارقة.

وأضاف الوزير أن من بين أهم القرارات الجديدة المتعلقة بالطلبة الأجانب بصفة عامة والافارقة بصفة خاصة التي اتخذتها الوزراة لهذه السنة، أحداثها الجامعة التونسية الفرنسية بافريقيا والبحر الأبيض المتوسط التي تقرر بعثها إثر الزيارة الأخيرة للرئيس الفرنسي ايمانويل ماكرون إلى تونس ومن مهامها الأساسية استقطاب الطلبة الافارقة في تونس الذين سيتمكنون من الحصول على شهادة تونسية وأخرى أوروبية.

وأبرز الوزير أهمية السوق الافريقية بالنسبة إلى تونس إذا تتيح لها تصدير المهارات والمعارف التونسية واستقطاب أكبر عدد من الطلبة الافارقة مبينا ان وزارة التعليم العالي والبحث العلمي تعمل على أن تبلغ نسبة الطلبة الأجانب في غضون سنة 2020، ال10 بالمائة مقابل 3 بالمائة حاليا.

ويمثل الطلبة الأفارقة نسبة 75 بالمائة من مجموع الطلبة الأجانب.

من جهته أفاد وزير التكوين المهني والتشغيل فوزي بن عبد الرحمان في افتتاح هذا المنتدى، أنه سيكون بامكان المتدربين صلب مدارس التكوين المهني، انطلاقا من شهر سبتمبر القادم، تطوير خبراتهم ومزيد التكون صلب مدارس التكوين المهني في أوروبا وذلك في اطار برنامج تبادل المتكونين مع البلدان الاوروبية (ايراسموس) مبينا أن تونس ستكون البلد الانموذج في هذا المشروع.

وذكر فوزي عبد الرحمان أن عدد المتكوين في مجال التكوين المهني قد بلغ 55 الف متكون من بينهم 500 متكون افريقي وذلك في اطار التعاون بين تونس وعدد من البلدان الافريقية باعتبار التجربة التي تمتلكها تونس في مجال التكوين المهني التي يتجاوز عمرها 30 سنة الى جانب التجارب الدولية التي تمتلكها مؤسساتها.

وأكد الوزير أن المتكون القادم من إحدى البلدان الافريقية يتمتع بنفس ظروف الاقامة والتكوين المتوفرة للمتكون التونسي مضيفا أن وزارة التكوين المهني والتشغيل تعمل على مزيد تحسين ظروف اقامتهم عبر فتح باب التربصات خلال العطلة الصيفية وتشريكهم في مختلف الانشطة على غرار مهرجان التكوين المهني.

TAEF 2018 : La Tunisie est la destination préférée pour les étudiants africains, affirme Loukil

La deuxième édition du forum Africain pour l’enseignement Supérieur et la formation professionnelle “TAEF 2018″ a débuté aujourd’hui  17 juillet 2018 à Tunis. Ce grand rendez-vous qui s’articule autour du concept ” Tunisian African Empowerment”, a pour objectif  de mettre en place des stratégies de l’internationalisation du savoir-faire  tunisien en matière d’enseignement supérieur et de formation professionnelle, ainsi que le développement de la réciprocité de confiance entre la Tunisie et les pays subsahariens dans les domaines de l’enseignement supérieur et la formation professionnelle.

Il permettra aussi de développer les échanges entre les universités et les centres de formation africains ainsi que les échanges d’universitaires, chercheurs et stagiaires entre les pays africains.

Lors de son intervention, le ministre de la Formation Professionnelle et de l’Emploi, Faouzi Abderrahmane, a affirmé qu’il s’agit d’un forum très important eu égard à la participation de nombreux hauts cadres de différents pays africains, signalant que l’Afrique devra tenir sa place dans le secteur de la formation professionnelle.

Il a souligné que la formation professionnelle est une source de création d’emploi pour les jeunes. Et d’affirmer que son département accorde la priorité au contient africain d’autant que   500 jeunes originaires  des pays africains sont inscrits dans les centres de formation professionnelle en Tunisie.

Bassem Loukil président du Conseil des Affaires tuniso-africain, a affirmé, pour sa part,  que la Tunisie est la première destination des étudiants africains au niveau de l’enseignement supérieur,  ajoutant, cependant, que ces derniers sont confrontés à de nombreuses problématiques à l’instar de l’hébergement, le transport… Il  a réaffirmé que des solutions seront mises en place afin de mettre fin à ses obstacles.

Il a, dans ce contexte rappelé qu’environ 6500 étudiants africains poursuivent leurs études universitaires en Tunisie et que 432 mille étudiants africains se trouvent en dehors du continent africain.

Loukil a fait savoir que l’objectif escompté est de récupérer 12 mille étudiants africains qu’on avait enregistrés auparavant et de  porter ce  nombre de 20 mille étudiants d’ici 2020.

A noter que de nombreux hauts responsables étrangers et tunisiens ont pris part à ce forum, des associations des anciens diplômés de Tunisie, des représentants des secteurs public et privé, des directeurs de centres de formations et universités venant de 20 pays africains à l’instar du Mali, le Cameroun, le Togo, le Bénin, la Côte d’Ivoire…De même un riche programme a été élaboré pour  ces deux journées, comprenant plusieurs panels de haut niveau et des workshops  avec des keySpeakers qui viendront de l’Europe et d’Afrique subsaharienne.

Coup d’envoi de la 2e édition du forum Africain “TAEF” 2018

La deuxième édition du forum Africain pour l’enseignement Supérieur et la formation professionnelle “TAEF 2018″ a débuté aujourd’hui‘hui 17 juillet 2018 à Tunis.

Ce grand rendez-vous qui s’articule autour du concept ” Tunisian African Empowerment”, a pour objectif de mettre en place des stratégies de l’internationalisation du savoir-faire tunisien en matière d’enseignement supérieur et de formation professionnelle, ainsi que le développement de la réciprocité de confiance entre la Tunisie et les pays subsahariens dans les domaines de l’enseignement supérieur et la formation professionnelle.

Il permettra aussi de développer les échanges entre les universités et les centres de formation africains ainsi que les échanges d’universitaires, chercheurs et stagiaires entre les pays africains.

Slim Khalbous : « TAEF 2018 est une occasion pour se connaître »

Rencontré lors du forum Africain pour l’Enseignement Supérieur et la Formation Professionnelle « TAEF 2018 », Slim Khalbous, ministre de l’Enseignement supérieur et de la recherche scientifique, a indiqué que ce forum représente une belle occasion pour mieux se connaitre.

Slim Khalbous annonce la création de l’Agence d’accueil des étudiants africains

Prenant part au forum Africain pour l’Enseignement Supérieur et la Formation Professionnelle « TAEF 2018 » qui se tient les 17 et 18 juillet à l’hôtel Laico à Tunis, Slim Khalbous, ministre de l’Enseignement supérieur et de la recherche scientifique, a indiqué que ce forum représente une belle occasion pour mieux se connaître et développer une véritable stratégie sud-sud.

Il a, par ailleurs, saisi l’occasion pour annoncer la création de l’Agence d’accueil des étudiants africains. Le but de cette agence, selon le ministre, est d’améliorer les conditions d’accueil et d’intégration des étudiants subsahariens en Tunisie.

TABC : Deuxième édition du «Tunisian African Empowerment Forum»

Le Conseil d’Affaires Tunisie-Afrique (TABC) organise la deuxième édition du Forum Africain de l’Enseignement Supérieur et de la Formation Professionnelle « TAEF2018 » les 17 et 18 juillet à l’Hôtel Laico de Tunis.

Le Forum se tient sous le Haut Patronage du Premier Ministre, en partenariat avec le Ministère de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique, le Ministère de la Formation Professionnelle et de l’Emploi et l’AESAT (Société des Etudiants et Stagiaires Africains en Tunisie).

Il s’articule autour du concept «Tunisian African Empowerment», avec comme objectifs stratégiques :

– Internationalisation du savoir-faire tunisien dans l’enseignement supérieur et la formation professionnelle,

– Développer une réciprocité de confiance entre la Tunisie et ses collègues subsahariens dans les domaines de l’enseignement supérieur et de la formation professionnelle,

– Améliorer la coopération et les échanges entre les universités africaines et les centres de formation,

– Développer des échanges d’universitaires, de chercheurs et de stagiaires entre les pays africains.

بسام الوكيل: الدبلوماسية التونسية في افريقيا ضعيفة… ولا أفكر حاليا في رئاسة الـسي أس أس

حـاوره: بسام حمدي

بدأت الحكومة التونسية وعدة هياكل مختصة في الأعمال في التوجه للاستثمار والتصدير للأسواق الاقتصادية الافريقية خاصة بعد التفطن الى تسجيل تأخير في تطوير المعاملات الاقتصادية والمبادلات التجارية بين تونس مع السوق الافريقية مقابل اقتصارها على التعامل مع دول الاتحاد الأوروبي.

وفس هذا الشأن، أقر رئيس مجلس الأعمال التونسي الافريقي ورئيس مجمع الوكيل، بسام الوكيل، بأن تونس قد تأخرت كثيرا في انتهاج سياسة واستراتيجية تيسر لمؤسساتها ولرجال الأعمال التونسيين التوجه الى هذه القارة العذراء اقتصاديا.

وفي مقابلة صحفية لنا معه جرت بمكتبه بالعاصمة، استعرض بسام الوكيل جملة العوائق التي تعترض المؤسسات والمستثمرين التونسيين في تصدير المنتوجات والخدمات الى القارة الافريقية مقترحا عدة حلول ومبرزا رأيه في الإجراء الذي اتخذته الحكومة حول منظومة الـFCR  في الحوار التالي:

-نجحت تونس خلال هذه الفترة في اجراء انتخابات بلدية لتعزيز الحكم المحلي، حسب رأيك كمستثمر وكرجل أعمال تونسي، ما مدى أهمية الحكم المحلي والنظام اللامركزي في التشجيع على الاستثمار؟

مؤكد أن الحكم المحلي سيمنح مزيدا من الثقة للمستثمرين المحليين وكذلك النجاح في تنظيم الانتخابات مهم على المستوى الدولي من خلال التأكيد على أن تونس دولة قانون ودولة لامركزية، وأرى كذلك أن النجاح في تركيز الحكم المحلي تأكيد على أن تونس تمنح حقوق المستثمرين طبقا للقانون.

و نود أن نؤكد كذلك أن تركيز الحكم المحلي واعتماد نظام اللامركزية يستوجب توسيع برامج لتحسين البنية التحتية في الجهات وانشاء مناطق صناعية في المناطق المحرومة والمهمشة، وبالحكم المحلي تصبح المسؤولية على عاتق المجالس البلدية للتشجيع على الاستثمار في الجهة من خلال اعداد برامج لجذب المستثمرين.

-هل تعتقد أن اجراء الانتخابات البلدية وتركيز الحكم المحلي جاء متأخرا وخاصة اذا ما تعلقت المسألة بمنح امتيازات وبنية تحتية للتشجيع على الاستثمار؟

المسألة هي مسألة نضج وليست مسألة تأخر اجراء انتخابات بلدية وكنا نفتقر لمجلة جماعات محلية، و في الحقيقة ليس مؤكدا أنه سيتم في النظام اللامركزي تخصيص ميزانيات كبرى للبلديات اثر تركيزها نظرا للوضع الاقتصادي العسير الذي تشهده البلاد في هذه الفترة.

-مؤخرا تم اختيارك من طرف مجلة jeune afrique  ضمن قائمة رجال الأعمال الأفارقة الناشطين في القارة الافريقية، برأيك لماذا تم اختيار رجل أعمال تونسي وحيد ضمن هذه القائمة؟

السبب واضح في هذه المسألة وهو غياب رجال الأعمال التونسيين عن السوق الافريقية، أضف الى ذلك هناك رجال أعمال تونسيين يتوجهون الى السوق الافريقية دون تسليط الضوء على أعمالهم وأنشطتهم في وسائل الإعلام ودون  المشاركة في المنتديات الدولية، ومعظم رجال الأعمال الذين يتوجهون الى افريقيا  لا يتطرقون في أنشطتهم الى صورة تونس كما لا يعملون على خلق ديناميكية بين تونس وافريقيا، وكذلك أريد أن أشير هنا الى عدم عمل شراكة بين رجال الأعمال التونسيين في التوجه الى السوق الافريقية والى عدم وجود ترويج حقيقي لصورة تونس في افريقيا.

ومنذ 2011 والى حدود 2017، شاركت في عديد المنتديات الافريقية وقلما نجد أكثر من 5 رجال أعمال تونسيين متواجدين في هذه المنتديات، واليوم أصبحنا في مجلس الأعمال التونسي الافريقي نعمل على الدفع بالعمل في اطار الشراكة للتوجه بكثافة الى الاسواق الافريقية لمنافسة رجال الأعمال الصينيين والمغاربة والأتراك الذين يسافرون باستمرار وبكثافة الى الأسواق الافريقية.

-هل تعتبر أن الدولة تتحمل مسؤولية في غياب الاستثمار التونسي عن الأسواق الافريقية أو مقصرة الى حد ما؟

الدولة مقصرة في قسط معين في الغياب عن السوق الافريقية الناتج  في الحقيقة عن تراكمات تعود لسنوات عديدة، الدولة مقصرة في احداث خطوط جوية جديدة وفي احداث خط بحري مباشر لنقل البضائع الى بلدان غرب افريقيا بأسعار تفاضلية أو بأسعار منافسة، والدولة مقصرة من حيث ضعف تركيز التمثيليات الدبلوماسية في الدول الافريقية فتونس اليوم لها 7 تمثيليات دبلوماسية فقط في الدول الافريقية وعلاقاتنا الدبلوماسية مع القادة الأفارقة ضعيفة جدا وأؤكد أن علاقات رجال الأعمال مع الزعماء الأفارقة لا تعوض العلاقات الرسمية، وتحركات ملك المغرب الدبلوماسية في الدول الافريقية خير دليل على أهمية العلاقات الرسمية بين الدول وتعطي الأفضلية لرجال الأعمال الأفارقة لأن السند السياسي يمثل نسبة 40 بالمائة من أسباب نجاح استثمارات رجال الأعمال في الخارج.

-هل تعتقد أن تونس في حاجة الى شخصية دبلوماسية نشيطة مثل شخصية ملك المغرب؟

المغرب تحتكم الى منظومة حكم تختلف عن منظومة حكمنا، والملك الذي يسيرها اختار منهجا معينا، في تونس يكفي أن يقوم رئيس الجمهورية باجراء تنقلات الى بلدان افريقية أو يستضيف 3 أو 4 رؤساء دول افريقية لتوطيد العلاقات الدبلوماسية وكذلك يجب أن يقوم رئيس الحكومة كل فترة بزيارة بلد أو بلدين افريقيين رفقة رجال أعمال تونسيين لبلورة تمهيد للتوجه الى هذه البلدان.

-وماهي أكبر الصعوبات التي تعرقل توجه رجال الأعمال التونسيين الى الدول الافريقية؟

الصعوبات كثيرة وأولها وأكبرها عدم توفر التمويل وعدم وجود بنوك تونسية في الأسواق الافريقية ولا بد من ايجاد حلول بديلة على غرار التعامل مع بنوك افريقية تكون مستعدة لتمويل التجارة بين البلدان الافريقية دون ضمانات و لابد من البحث عن صناديق استثمار تمول رجال الأعمال التونسيين في افريقيا دون ضمانات ونحن نعمل في مجلس الأعمال التونسي الافريقي على هذا الملف  وتم توقيع عدة اتفاقيات على غرار توقيع اتفاقية مع البنك الاسلامي أو مع أجهزة البنك الاسلامي التي تضمن التمويل والتجارة البينية بين البلدان الافريقية، ولا بد للبنك المركزي التونسي أن يقوم باجراءات استثنائية ويمنح للبنوك التونسية الحق في شراء بنوك افريقية والاستثمار في السوق المالية في افريقيا.

وفي الحقيقة أريد أن أؤكد أنه قد تمت حلحلة بعض العوائق مثل فتح خطوط جوية جديدة الى الدول الافريقية على غرار الخطوط التي افتتحتها الخطوط التونسية مع كوتونو، نجامينا  ودوالا والسودان اضافة الى فتح خط بحري ملاحي جديد يربط بين تونس وداكار وأبيدجان وأكرا في شهر جوان المقبل لكن بقي لدينا تأخير كبير في التمثيليات الدبلوماسية ويمكن تعويضها بالزيارات الرسمية لرئيسي الحكومة ورئيس الجمهورية.

-وماهي البرامج المستقبلية لمجلس الأعمال التونسي الافريقي التي تخص التوجه نحو الأسواق الافريقية؟

سنتوجه الى غانا كأول بلد أنغلوفوني علما وأنها حققت نسبة نمو تقدر بـ10.5 بالمائة وتعيش نهضة اقتصادية كبيرة وتشهد تنمية اجتماعية كبيرة ومتنوعة وهي تطلب نوعية خدمات ومنتوجات تتماشى مع الانتاج التونسي وخاصة في مجال مواد البناء، والمواد الطبية والمواد الكهربائية.

وهل سيساهم الانفتاح على غانا، في تقليص نسبة العجز التجاري وتطوير نسبة النمو الاقتصادي في تونس؟

الانفتاح على غانا والكوت ديفوار والسنغال قد يحقق ارتفاعا في نسبة نمو وانضمامنا الى الكوميزا سيحقق مكاسب اقتصادية جديدة لتونس.

هل تأخرنا في الانضمام الى الكوميزا؟

نعم تأخرنا كثيرا وبدأنا المفاوضات منذ سنة 2004 وأفضل امتياز في هذه الاتفاقية هو أن المنتوجات التونسية لا تسدد ضرائب عند تصديرها لأسواق الدول الأعضاء في الكوميزا ولكن هذه الامتيازات لا يمكن الاستفادة منها الا في صورة فتح خط بحري جديد لاسيما وأن هناك السنغال وغانا لديهما طلبات تجارية كبيرة، ولدينا اتفاقيات اقتصادية وتجارية  تفاضلية مع الكوت ديفوار ، السنغال والكاميرون لم تُفعل بسبب عدم وجود خط بحري يربط بين تونس وهذه الدول ونطالب بتفعيلها.

هناك من يعتبر أن التوجه الى السوق الافريقية لا يمكن أن يعوّض السوق الأوروبية، فما رأيكم؟

الانفتاح على افريقيا لن يعوض مبادلاتنا التجارية مع الاتحاد الأوروبي التي تصل نسبتها الى حدود 85 بالمائة من الحجم الجملي لمبادلاتنا التجارية، الانفتاح على السوق الافريقية يمنحنا المجال للتصدير لسوق اضافية جديدة تخول لنا تصدير مواد ومنتوجات لا نقدر على تصديرها لأوروبا ولا بد من الانفتاح على الأسواق الافريقية قبل أن تصبح هذه السوق مغزوة من طرف دول أخرى، ومثلا تصدير الخدمات الصحية لا يكون موجها لأوروبا وإنما لفائدة افريقيا وكذلك الخدمات الجامعية.

-في مناسبات عديدة انتقدت أداء الحكومة وخاصة وزارة التعليم العالي في مجال استقطاب الطلبة الأفارقة، هل ترى أن تونس عاجزة عن توفير الأرضية الملائمة لاستقطاب الطلبة الأفارقة ؟ وماهي مقترحات مجلس الأعمال الافريقي التونسي في هذه المسألة؟

عقدنا في اطار أعمال مجلس الأعمال التونسي الافريقي منتدى حول التعليم العالي والتكوين وأعددنا جملة من المقترحات لكن لم تُفعّل رغم أن وزارتي التعليم العالي والتكوين المهني كانتا شريكتين في تنظيم هذا المنتدى علما وأن رئاسة الحكومة ووزارات الخارجية وحقوق الانسان والداخلية على علم بكافة المشاكل التي تعترض الطلبة الأفارقة في تونس، ونعمل بقوة على  تحسين مدة انفتاح تونس على استقبال الطلبة الأفارقة في تونس.

-على غرار مجلس الأعمال التونسي الافريقي، أحدثتم مؤخرا مجلس أعمال تونسيا ليبيا. ماهي برامج هذا المجلس وخاصة في المبادلات التجارية والاستثمارية بين تونس وليبيا؟

تم احداث مجلس الأعمال التونسي الليبي بعد ملاحظة عدم وجود اتصال بين رجال الأعمال التونسيين والليبين ولاسيما بعد عزوف رجال الأعمال التونسيين عن السوق الليبية لأسباب أمنية. لقد لاحظنا أن ليبيا طورت مبادلاتها التجارية مع الأردن وتركيا ومع ايطاليا وروسيا ومصر في حين غابت تونس خلال السنوات الأخيرة عن السوق الليبية ومجلس الأعمال التونسي الليبي تم احداثه بهدف خلق هيكل غير مسيّس لتطوير العلاقات بين رجال الأعمال التونسيين والليبيين ولإعادة تموقع تونس في الساحة الليبية خاصة أننا لاحظنا أن رجال الأعمال الليبيين يتوجهون اليوم الى تركيا لعقد شراكات معها وهذا المجلس هو بمثابة انذار لرجال السياسة في تونس وتنبيه الى كوننا متغيبين عن السوق الليبية.

وقد بدأنا في الاعداد لعقد مؤتمر الاقتصاد التونسي الليبي الذي سينعقد يوم 28 جوان القادم وسيشارك فيه رجال أعمال من البلدين اضافة الى مسؤولين ووزراء من البلدين وبمشاركة رئيس الحكومة.

-ألا ترى أنكم تقمصتم دور الحكومة في العمل على تعزيز تواجدنا بالأسواق الافريقية؟

الحكومة منشغلة بحل ملفات سياسية ومطالب اجتماعية ودورنا كرجال أعمال ومجتمع مدني العمل على حل أزمة تقلص المبادلات التجارية مع الدول الافريقية وعملنا يأتي بعد أن لاحظنا ضعفا في العمل الدبلوماسي كأن نرى كاتب الدولة المكلف بالشؤون الاقتصادية يسافر الى البيرو والبرازيل دون أن يولى اهتماما بالسوق الليبية.

-كيف تقيم الجولة الافريقية التي قام بها رئيس الحكومة خلال السنة الماضية، ألا ترى أنها مجرد جولة شكلية بروتوكولية؟؟

هذه الجولة كانت جولة افتتاحية لجولة ثانية كان مبرمجا انجازها قبل موفى السنة الماضية وكنا سنقوم بجولة في اكتوبر أو نوفمبر وأخرى كانت مبرمجة في شهر نحو الكاميرون وغانا ونأمل أن تتم برمجة جولات افريقية في سبتمبر وأكتوبر لزيارة الكاميرون ونيجيريا.

-في سياق آخر وباعتباركم الرئيس المدير العام لشركة سيتروان تونس بسام الوكيل، ما رأيكم في الاجراء المتخذ من طرف الحكومة الذي يخص منظومة الـFCR؟

اجراء منع بيع السيارات المستوردة عبر منظومة الـFCR  قبل انقضاء سنة من مدة استيرادها قرار جريء يهدف للتصدي لاستغلال هذه المنظومة في الأسواق الموازية ونحيي وزارة التجارة ورئاسة الحكومة على هذا القرار.

-هل هناك وكلاء بيع سيارات استفادوا من نظام الـFCR  لاستيراد سيارات وبيعها؟

مؤكد، لكن لا بد وخلال هذه الفترة من مراقبة ترقيم السيارات بعد دخول القرار حيز التنفيذ، هذا الاجراء لن تتجلى فاعليته خلال الأشهر الأولى من مدة تفعيله باعتبار أن هناك اطرافا استوردت سيارات وخبأتها قبل اعلان الحكومة عن تفعيل الاجراء وفعالية الاجراء في سوق السيارات التونسية ستتضح  بداية من شهر أفريل وكانت هناك استفادة كبيرة في مجال استيراد السيارات  الفخمة من هذه المنظومة والدولة اليوم وبعد اعلان الاجراء الجديد ستستفيد من الضرائب التي يتم استخلاصها من استيراد هذه السيارات، وكل السيارات الفخمة التي يتم استيرادها عن طريق السوق السوداء ليست ذات مواصفات تونسية وانما ذات مواصفات أوروبية وكل من يستعملها في المناخ التونسي يتعرض لمشاكل.

-شركة سيتروان كانت تعتزم سنة 2012 افتتاح مصنع تابع لها بتونس، هل نية انشاء مصنع لصناعة السيارات بتونس مازالت قائمة؟

في هذه الفترة لا وجود لأي نية لافتتاح مصنع لصناعة سيارات سيتروان بتونس فالمؤسسة أنشأت  مصنعا تابعا لها في المملكة المغربية كما ستنشئ مصنعا آخر في الجزائر، تونس متخصصة في صناعة مكونات السيارات ولا بد أن نتطور وتصبح لدينا جاذبية في قطاع صناعة السيارات .

-باعتبارك رجل أعمال أصيل صفاقس ومحبا للنادي الرياضي الصفاقسي، هل تفكر في ترؤس النادي الصفاقسي؟

في الوقت الحالي لا أفكر في رئاسة النادي الصفاقسي والسيد المنصف خماخم أكد استعداده لمواصلة هذه المهمة.

وهل تفكر مستقبلا في رئاسة النادي الصفاقسي؟

لم لا، أفكر في ترؤس النادي الصفاقسي وهو فريقي واذا رأيت أن فريقي احتاج الي في وقت ما لأترأس الجمعية فسألبي هذا الواجب.

مجلس الأعمال التونسي الإفريقي ينظّم منتدى إقتصادي في داكار

انتظم يوم الاربعاء 2 ماي 2018 بالعاصمة السينغالية  » داكار  » أشغال المنتدى الاقتصادي التونسي السينغالي تحت عنوان :  » من أجل شراكة دائمة  » وبتنظيم من مجلس الاعمال التونسي الافريقي بالتعاون مع الغرفة التونسية السينغالية للتجارة .

ويهدف المنتدى الى تمتين العلاقات الاقتصادية بين تونس والسينغال في عديد القطاعات سواء العمومية أو الخاصة وإلى تعزيز التعاون والتبادل في مجال الخبرات بين الصناعيين والمستثمرين في البلدين .

TABC Organise Le Forum Économique Tuniso-Sénégalais Sur Le Thème « Vers Un Partenariat Durable », À Dakar

Les travaux du forum économique Tuniso-Sénégalais sur le thème ‘’vers un partenariat durable’’ ont démarré, mercredi 2 mai 2018, à Dakar (Sénégal) avec la participation d’environ 40 entreprises opérant dans divers secteurs d’activités (agroalimentaire, mécanique et électrique, santé, enseignement, l’infrastructure, formation professionnelle, technologies de communication….), et de hauts responsables du gouvernement sénégalaise, selon un communiqué du ministère de l’Industrie et des petites et moyennes entreprises (PME).

Cette manifestation organisée par le Conseil d’affaires tuniso-africain (TABC) en collaboration avec la Chambre tuniso-sénégalaise de Commerce et d’Industrie (CTSCI) vise à rapprocher les milieux économiques tunisiens et sénégalais dans les secteurs publics et privés et à renforcer la coopération et l’échange d’expertise entre les industriels et les investisseurs des deux pays.

21ème session du Forum international de Réalités: un nouveau cadre pour le partenariat Euro-Méditerranéen

La deuxième session de la 21ème édition du Forum international de Réalités, a été consacrée à un panel dédié à débattre des perspectives et des enjeux d’un partenariat tripartite, Tunisie, Europe et Afrique dans un nouveau cadre garant des intérêts communs.

Ont pris part à cette séance, Afif Chelbi, ancien ministre de l’Industrie, président du Conseil des Analyses Economiques, Bassem Loukil, président-directeur général du groupe Loukil, Hatem Attallah, ancien Ambassadeur et ancien directeur exécutif de la Fondation Anna Lindh, Ramzi Sandi, président-directeur général de SAIPH, Aziz M’barek, associé fondateur et directeur général du groupe Africinvest et Laurent Viguié, chargé d’affaires a.i ambassade de France en Tunisie .

Les opportunités qui s’offrent à la Tunisie en s’ouvrant et ou en investissant en Afrique étaient au centre de ce panel.

Afif Chelbi, premier à prendre la parole, a, dans ce contexte, indiqué qu’en 2017 la Tunisie a exporté pour 34 milliards de dinars de biens dont 0,6 milliards de dinars environ, soit 2% des exportations en Afrique Subsaharienne, selon certaines projections, la Tunisie devrait doubler ses exportations globales en 2025, soit une augmentation de l’ordre de 4% ce qui veut dire que les exportations globales passeraient de 34 milliards à 62 milliards de dinars dont la majorité resterait toujours dédiées à l’Europe, a-t-il précisé.

Bassem Loukil, président-directeur général du groupe Loukil, n’était pas tout à fait d’accord avec les prévisions de Afif Chelbi. Le président de TABC a précisé que l’Afrique représente un énorme potentiel, non pas uniquement en ce qui concerne l’exportation des produits mais aussi dans le secteur des services, et que le volume des exportations dépasserait celui de l’Europe.

Il a dans ce contexte, indiqué que la Tunisie pourrait développer dans ce sens un partenariat commun avec la France, « il est possible de passer par des pays partenaires tel que la France, pour pénétrer le marché Africain. En Pays ami du continent, la France reste une excellente porte d’entrée en Afrique« , a-t-il expliqué.
Dans une déclaration accordée à Réalités Online, Bassem Loukil a indiqué que la Tunisie s’est prise malheureusement en retard et a été devancée par le Maroc et la Turquie et ce, à cause de la politique de l’ancien président, Ben Ali, qui ne croyait pas en lepotentiel et l’importance du marché africain, a-t-il fait savoir.

Hatem Atallah, ancien Ambassadeur et ancien directeur exécutif de la Fondation Anna Lindh a, lors de son intervention, indiqué qu’aujourd’hui les dirigeants africains, favorisent les partenaires qui répondent mieux à leurs propres décisions et aux choix qu’ils ont fait. La Tunisie, dans ce contexte-là, est un pays extrêmement bien placé pour servir de « plaque tournante » et notamment pour répondre aux besoins des Africains.

« Elle peut servir de hub pour cette nouvelle coopération entrel’Europe et l’Afrique », a-t-il précisé. Ramzi Sandi, président-directeur général de SAIPH a, lui aussi, affirmé qu’investir en Afrique est une opportunité. Il a dans ce contexte donné l’exemple du secteur de la pharmacie, soulignant que la fabrication des médicaments en Afrique ne représente même pas 3%. « La couverture du marché en Afrique du Nord, elle tourne autour de 10%, » a-t-il déclaré précisant que la Tunisie pourrait y aller et s’implanter pour combler un besoin et ce, rapidement. D’ailleurs, Ramzi Sandi a investi sur un projet industriel de 20 millions d’euros pour créer une deuxième plateforme dans la région de l’Afrique Subsaharienne.

Aziz M’barek, associé fondateur et directeur général du groupe Africinvest a rejoint la réflexion de Ramzi Sandi et a affirmé avec conviction que la Tunisie peut absolument conquérir l’Afrique et que la filière pharmacie, est l’un des secteurs clés qui pourrait ouvrir les portes de l’Afrique à la Tunisie.

Laurent Viguié, chargé d’affaires à l’ambassade de France en Tunisie, a, quant à lui, indiqué que la francophonie représente un atout important capable d’aider la Tunisie et la France à conquérir le marché africain.

« La capacité à interagir avec les Africains est une chance qui permet aux deux parties de réussir » a-t-il déclaré. Ainsi, il a insisté sur le fait que la France et la Tunisie devraient travailler ensemble afin de renforcer encore plus ce lien.

Honoré et fier d’être parmi les 50 Africains les plus influents selon le classement de Jeune Afrique. Le plus important est que cette influence contribue encore à apporter une valeur ajoutée à notre pays

Depuis 2015 , Le PDG du groupe Loukil (automobile,agroalimentaire,immobilier,BTP,etc.) joue les lobbyistes au sein de Tunisia-Africa Business Counsil (TABC).Objectif : plaider auprés des autorités tunisiennes la cause d´un rapprochement avec les économies subsahariennes.

Loukil accompagne donc les patrons tunisiens dans leurs démarches,organise des missions de propection et conclut des partenariats,comme ce fut le cas avec Attijari Bank Tunisie.

Le savoir-faire de l´homme d´affaires dont le groupe compte, en 2018 ,réalisé 40% de son chiffre d´affaires en Afrique subsaharienne lui ouvre les portes des ministéres et des grandes entreprises publiques.

Et il n´est pas pour rien dans l´ouverture prochaine, par la Compagnie tunisienne de navigation,de nouvelles lignes maritimes commerciales vers les ports ouest-africains.

50 Africains les plus influents
50 Africains les plus influents
50 Africains les plus influents

Le groupe Loukil accélère son déploiement au sud du Sahara

Calendrier chargé pour les frères Bassem et Walid Loukil, respectivement directeur général et directeur général adjoint du groupe familial tunisien éponyme, l’un des plus importants groupes diversifié du pays, qui a fortement renforcé ces dernières années sa présence au sud du Sahara.

Début avril, ils participeront au forum sur le financement intra-africain organisé à Tunis en marge de la 32e Assemblée générale annuelle de la Banque islamique de développement, à laquelle sont également conviés une cinquantaine de ministres des Finances africains.

Et le 30 avril, ils sont attendus au Sénégal pour une mission économique du Tunisia-Africa Business Council (TABC), qui organise régulièrement des sessions marathons de rencontres entre entrepreneurs tunisiens et leurs homologues au sud du Sahara.

Le pari résolument africain fait par Loukil ces dernières années s’est accentué l’an dernier.

Ses dirigeants s’enorgueillissent d’avoir été de toutes les tables-rondes avec les investisseurs organisées à Paris l’an dernier (Guinée, Niger Tchad) et d’avoir participé au Forum International des Investissements au Mali. Une assiduité qui porte ses fruits.

Durant le Africa CEO Forum 2018, organisé les 26 et 27 mars 2018 à Abidjan, ils ont ainsi rencontré des représentants du gouvernement nigérien pour discuter du développement de projets dans l’agriculture, l’énergie et le stockage de carburant.

Des chantiers qui viennent s’ajouter aux multiples projets lancés l’an dernier par le groupe en Afrique subsaharienne francophone : l’outil industriel clé-en-main pour une exploitation agricole de 3000 hectares au Mali, ainsi que des contrats signés dans les télécoms et le transport au Cameroun, l’agro-industrie et le matériel de construction en Guinée et aussi le marché d’une valeur de 140 millions euros remporté en mai 2017 par sa filiale de concession automobile UADH à Djibouti.

L’ambition africaine se reflète également dans les projets menés en Tunisie.

Aussi, la production de l’usine d’assemblage (CKD) de pick-up , lancée en juin 2017 en partenariat avec le géant chinois FotFotonon, cible l’ensemble du continent.

Les premières unités sont attendues fin avril. Durant la première phase de production, environ 35 millions de dollars d’investissements sont attendus durant la première phase (2017-2019).

Selon l’ampleur de la demande, deux ou trois chaînes de production supplémentaires peuvent être ajoutées durant la deuxième phase (2019-2022), pour au moins 30 millions dollars d’investissements.

Forum sur le financement de investissement et le commerce en Afrique

La première édition du forum sur le financement de l´investissement et le commerce en Afrique “FITA 2018” ou “Financing Investment & Trade in Africa”, se tient à Gammarth, une banlieue de Tunis, les 6 et 7 février 2018.

Au cours de cette rencontre organisée par le Tunisia-Africa Business Council (TABC), sont présentés les offres et mécanismes de financement sur le continent africain. Pour ce faire, il regroupe plusieurs cadres et décideurs africains.

Leurs débats portent sur les meilleurs moyens d´enrichir les dispositifs et techniques de financement à même de soutenir le développement attendu du commerce et de l´investissement intra-africain.

Quelque 500 cadres et décideurs africains, plusieurs ministres d´investissement, de coopération internationale et de commerce africain, ainsi que les patrons des institutions financières panafricaines et internationales, des CEO et des experts, pour réfléchir ensemble sur les meilleurs moyens d´enrichir les dispositifs et techniques de financement à même de soutenir le développement attendu du commerce et de l´investissement intra-Africain.

Selon les organisateurs, l´Afrique peut créer une économie de 2000 milliards de dollars en simplifiant les règles du commerce et de l´investissement intérieur, ce qui prouve l´importance du commerce intra-africain

Pendant deux jours, plusieurs ministres d´investissement, de coopération internationale et de commerce africains ainsi que les patrons des institutions financières panafricaines et internationales et des experts, se penchent sur les meilleurs moyens d´enrichir les dispositifs et techniques de financement à même de soutenir le développement attendu du commerce et de l´investissement intra-Africain.

Source : berimediaplus

Signature De Convention De Partenariat Entre TABC et ITFC

Tunisia-Africa Business Council (TABC) et International Islamic Trade Finance Corporation (ITFC) ont signé un accord de partenariat, en marge des travaux de la première édition de la conférence de Financing Investment & Trade in Africa, aujourd´hui, 6 février, en présence de Bassem Loukil, président de TABC et Hani Sunbol, CEO de IFTC.

Le partenariat envisage de remplir deux objectifs : promouvoir l´ITFC auprès des hommes d´affaires tunisiens et accorder la priorité aux entreprises tunisiennes voulant investir en Afrique, en utilisant les mécanismes de financement mis à leur disposition par ITFC.

Source : histoiredesfax

Macron veut redynamiser la francophonie en Tunisie

Le chef de l’État a inauguré une antenne de l’Alliance française à Tunis, la première depuis 60 ans. Un symbole censé signifier le retour de la francophonie dans le pays.

Au début de la deuxième journée de sa visite d’État, Emmanuel Macron a inauguré l’Alliance française de l’Ariana, un quartier résidentiel de Tunis. Cinq autres de ces institutions privées dédiées au rayonnement de la langue doivent ouvrir en 2018 dans le pays, notamment à Gabès (sud) et Kairouan (centre).

Je souhaite que la francophonie vive davantage en Tunisie, a déclaré le chef de l’État en s’exprimant devant le Parlement tunisien, fixant comme objectif de doubler le nombre d’apprenants en français en deux ans, soit d’ici le sommet de la francophonie que la Tunisie doit accueillir en 2020.

Cinq sites dédiés à la francophonie

Au début de la deuxième journée de sa visite d’État, Emmanuel Macron a inauguré l’Alliance française de l’Ariana, un quartier résidentiel de Tunis. Cinq autres de ces institutions privées dédiées au rayonnement de la langue doivent ouvrir en 2018 dans le pays, notamment à Gabès (sud) et Kairouan (centre).

Depuis 1948, il n’y avait plus d’Alliance française en Tunisie, a rappelé le président. La décision d’en rouvrir a été prise par des Tunisiens, qui ont monté et financé les projets, avec l’appui de l’ambassade et de l’Institut français.

Cela correspond à une forte demande de la population pour la culture française » mais aussi de parents de jeunes enfants qui veulent qu’ils deviennent vraiment bilingues », a expliqué la directrice de l’Alliance de l’Ariana, Meriem Abdelmalek.

Journée école morte

Même s’il y a eu une politique d’arabisation, les dirigeants tunisiens comme marocains se sont rendus compte que le bilinguisme arabe-français était une immense chance dans un monde globalisé », a estimé la romancière Leïla Slimani, présente à Tunis comme représentante personnelle d’Emmanuel Macron pour la francophonie. L’enjeu c’est de lutter contre la monoculture […]. Il y a un grand poète marocain qui dit qu’avoir une seule langue, c’est comme vivre dans une maison avec une seule fenêtre et regarder continuellement le même paysage.

La francophonie est en recul dans le sud de la Tunisie, en raison notamment de l’affaiblissement de l’enseignement de la langue, a pour sa part dit le ministre tunisien de l’Enseignement supérieur Slim Khalbous. Paris va participer à un programme pour améliorer la formation des professeurs de français.
M. Macron a annoncé lors de sa visite la création d’une Université franco-tunisienne pour l’Afrique et la Méditerranée (Uftam), qui devrait délivrer à Tunis des diplômes de niveau français d’ici deux ans.
À l’occasion de cette visite, les parents d’élèves et enseignants des 10 écoles françaises de Tunisie ont de leur côté décrété une journée école morte pour protester contre le désengagement de l’État français dans le plus grand vivier de la francophonie.

Plus de 90 % des 6 000 élèves étaient absents selon l’Association des parents d’élèves. M. Macron a assuré mercredi que l’enseignement dans les lycées français restait une priorité. Le gouvernement a décidé en fin d’année dernière une diminution de 33 millions d’euros du budget de l’Agence pour l’enseignement du français à l’étranger (AEFE), organisme public chapeautant près de 500 établissements dans le monde.

Source : Ouest France

Macron veut redynamiser la francophonie en Tunisie

Le président français a exprimé jeudi sa volonté de redynamiser l’enseignement du français en Tunisie, où il a inauguré une antenne de l’Alliance française, la première depuis 60 ans.

« Je souhaite que la francophonie vive davantage en Tunisie », a déclaré le chef de l’Etat en s’exprimant devant le Parlement tunisien. Avec comme objectif de « doubler le nombre d’apprenants en français en deux ans », d’ici au sommet de la francophonie que la Tunisie doit accueillir en 2020.

Au début de la deuxième journée de sa visite d’Etat, Emmanuel Macron a inauguré l’Alliance française de l’Ariana, un quartier résidentiel de Tunis. Cinq autres Alliances françaises, des institutions privées dédiées au rayonnement de la langue, doivent ouvrir cette année dans le reste du pays, notamment à Gabès (sud) et Kairouan (centre).

« Depuis 1948, il n’y avait plus d’Alliance française » en Tunisie, a rappelé le président. La décision d’en rouvrir a été prise par « des Tunisiens », qui ont monté et financé les projets, avec l’appui de l’ambassade et de l’Institut français.

Cela « correspond à une forte demande de la population pour la culture française » mais aussi « de parents de jeunes enfants qui veulent qu’ils deviennent vraiment bilingues », a expliqué la directrice de l’Alliance de l’Ariana, Meriem Abdelmalek.

« Même s’il y a eu une politique d’arabisation, les dirigeants tunisiens comme marocains se sont rendus compte que le bilinguisme arabe-français était une immense chance dans un monde globalisé », a estimé la romancière Leïla Slimani, présente à Tunis comme représentante personnelle d’Emmanuel Macron pour la francophonie.

« L’enjeu c’est de lutter contre la monoculture (…) Il y a un grand poète marocain qui dit qu’avoir une seule langue, c’est comme de vivre dans une maison avec une seule fenêtre et de regarder continuellement le même paysage »

La francophonie est « en recul dans le sud » de la Tunisie, en raison notamment de l’affaiblissement de l’enseignement de la langue, a précisé le ministre tunisien de l’Enseignement supérieur Slim Khalbous. La France va participer à un programme pour améliorer la formation des professeurs de français.

Source : Voaafrique

Source : Afrique.tv5monde

Macron veut redynamiser la francophonie en Tunisie

Le président français a exprimé jeudi sa volonté de redynamiser l’enseignement du français en Tunisie, où il a inauguré une antenne de l’Alliance française, la première depuis 60 ans.

« Je souhaite que la francophonie vive davantage en Tunisie », a déclaré le chef de l’Etat en s’exprimant devant le Parlement tunisien. Avec comme objectif de « doubler le nombre d’apprenants en français en deux ans », d’ici au sommet de la francophonie que la Tunisie doit accueillir en 2020.

Au début de la deuxième journée de sa visite d’Etat, Emmanuel Macron a inauguré l’Alliance française de l’Ariana, un quartier résidentiel de Tunis. Cinq autres Alliances françaises, des institutions privées dédiées au rayonnement de la langue, doivent ouvrir cette année dans le reste du pays, notamment à Gabès (sud) et Kairouan (centre).

« Depuis 1948, il n’y avait plus d’Alliance française » en Tunisie, a rappelé le président. La décision d’en rouvrir a été prise par « des Tunisiens », qui ont monté et financé les projets, avec l’appui de l’ambassade et de l’Institut français.

Cela « correspond à une forte demande de la population pour la culture française » mais aussi « de parents de jeunes enfants qui veulent qu’ils deviennent vraiment bilingues », a expliqué la directrice de l’Alliance de l’Ariana, Meriem Abdelmalek.

« Même s’il y a eu une politique d’arabisation, les dirigeants tunisiens comme marocains se sont rendus compte que le bilinguisme arabe-français était une immense chance dans un monde globalisé », a estimé la romancière Leïla Slimani, présente à Tunis comme représentante personnelle d’Emmanuel Macron pour la francophonie.

« L’enjeu c’est de lutter contre la monoculture (…) Il y a un grand poète marocain qui dit qu’avoir une seule langue, c’est comme de vivre dans une maison avec une seule fenêtre et de regarder continuellement le même paysage »

La francophonie est « en recul dans le sud » de la Tunisie, en raison notamment de l’affaiblissement de l’enseignement de la langue, a précisé le ministre tunisien de l’Enseignement supérieur Slim Khalbous. La France va participer à un programme pour améliorer la formation des professeurs de français.

Source : Voaafrique

Source : Voaafrique

بسام الوكيل : حوالي 200 مليار دولار في منتدى فيتا 2018 لتمويل التجارة الخارجية والاستثمار

كشف رئيس مجلس الاعمال التونسي الافريقي، بسام لوكيل، ان منتدى تمويل الاستثمار والتجارة في افريقيا فيتا 2018 الذي سينظمه المجلس يومي 06 و07 فيفري 2018 سيوفر 200 مليار دينار لتمويل التجارة الخارجية والاستثمار.

بسام الوكيل : حوالي 200 مليار دولار في منتدى فيتا 2018 لتمويل التجارة الخارجية والاستثمار

Source : Alhasri

فيتا 2018 : نحو توفير 200 مليار دينار لتمويل التجارة الخارجية

سيوفّر منتدى تمويل الاستثمار والتجارة في إفريقيا ‘فيتا 2018’ الذي سينتظم يومي 6 و7 فيفري الجاري، 200 مليار دينار لتمويل التجارة الخارجية والاستثمار.

ودعا رئيس مجلس الأعمال التونسي الإفريقي بسام الوكيل خلال مؤتمر صحفي بالعاصمة كل المستثمرين والمصدرين التونسيين لتقديم مشاريعهم وبرامجهم خلال المنتدى قصد إيجاد التمويلات اللازمة لتفعيل مشاريعهم.

Source : Mosaique FM

فيتا 2018”: منتدى لبحث آليات تمويل الاستثمار والتجارة في إفريقيا“

أكد رئيس مجلس الأعمال التونسي الإفريقي بسام لوكيل، أنّ مسألة التمويل من أبرز إشكاليات وعوائق تطوير الاستثمار التونسي في القارة الإفريقية.

“فيتا 2018”: منتدى لبحث آليات تمويل الاستثمار والتجارة في إفريقيا

Source : African Manager

حوالي 200 مليار دولار في منتدى فيتا 2018 لتمويل التجارة الخارجية والاستثمار

كشف رئيس مجلس الاعمال التونسي الافريقي، بسام لوكيل، ان منتدى تمويل الاستثمار والتجارة في افريقيا « فيتا 2018 » الذي سينظمه المجلس يومي 06 و07 فيفري 2018 سيوفر 200 مليار دينار لتمويل التجارة الخارجية والاستثمار

منتدى فيتا 2018 لتمويل التجارة الخارجية والاستثمار

Source : BABNET

حوالي 200 مليار دولار في منتدى فيتا 2018 لتمويل التجارة الخارجية والاستثمار

كشف رئيس مجلس الاعمال التونسي الافريقي، بسام لوكيل، ان منتدى تمويل الاستثمار والتجارة في افريقيا « فيتا 2018 » الذي سينظمه المجلس يومي 06 و07 فيفري 2018 سيوفر 200 مليار دينار لتمويل التجارة الخارجية والاستثمار.

ودعا خلال ندوة صحفية عقدها المجلس، اليوم الجمعة 2 فيفري 2018، بمقر وكالة النهوض بالاستثمار الخارجي، كل المستثمرين والمصدرين التونسيين لتقديم مشاريعهم وبرامجهم خلال المنتدى قصد ايجاد التمويلات اللازمة لتفعيل مشاريعهم.

 منتدى فيتا 2018 لتمويل التجارة الخارجية والاستثمار

Tuniscope

منتدى “فيتا 2018” يوفر 200 مليار دينار لتمويل التجارة الخارجية والاستثمار

كشف رئيس مجلس الاعمال التونسي الافريقي، بسام لوكيل، ان منتدى تمويل الاستثمار والتجارة في افريقيا “فيتا 2018” الذي سينظمه المجلس يومي 06 و07 فيفري 2018 سيوفر 200 مليار دينار لتمويل التجارة الخارجية والاستثمار.

منتدى “فيتا 2018” يوفر 200 مليار دينار لتمويل التجارة الخارجية والاستثمار

Avant Premiere

Taoufik Wannes et Bassem Loukil invités de Midi Show

Midi Show reçoit ce jeudi 1er février l’avocat et le diplomate Tunisien Taoufik Wannes pour parler de la visite du président Français Emmanuel Macron en Tunisie et les principaux accords entre les deux pays.

Boubaker recevra également Bassem Loukil, président du comité d’affaires Tuniso-Africain pour revenir sur le Forum d’investissement et du commerce en Afrique « Financing Investment et Trade in Africa », qui aura lieu les 6 et 7 février.

حوالي 200 مليار دولار في منتدى فيتا 2018 لتمويل التجارة الخارجية والاستثمار

كشف رئيس مجلس الاعمال التونسي الافريقي، بسام لوكيل، ان منتدى تمويل الاستثمار والتجارة في افريقيا « فيتا 2018 » الذي سينظمه المجلس يومي 06 و07 فيفري 2018 سيوفر 200 مليار دينار لتمويل التجارة الخارجية والاستثمار.

حوالي 200 مليار دولار في منتدى فيتا 2018 لتمويل التجارة الخارجية والاستثمار

Source : NESSMA

Loukil: Les montants des accords Tunisio-Français ne sont pas énormes (Vidéos)

Midi Show a reçu ce jeudi 1er février Bassem Loukil, le président de Tunisia-Africa Business Council (TABC) pour parler du Forum d’Investissement et du Commerce « Financing Investment & trade In Africa », qui se déroulera les 6 et 7 février.

Bassem Loukil a estimé que les montants des accords signés entre la Tunisie et la France, hier et aujourd’hui à l’occasion de la visite d’Etat du président Emmanuel Macron, ne sont pas énormes et bénéficient spécialement aux startups.

L’homme d’affaires a également noté que la France a exprimé son intention de soutenir la Tunisie financièrement afin de relever l’économie mais qu’en contre partie, le pays doit tenir ses engagements.

« La France attend des investissements des Tunisiens afin que d’autres étrangers suivent, a-t-il noté.
Il a également ajouté que les entreprises Françaises visent de nouveaux marchés afin de réaliser plus de croissance, en particulier la Libye.

Pour Bassem Loukil, la France veut faire son retour en Tunisie pour que le pays soit une ouverture vers le continent Africain.

D’autre part, Bassem Loukil a assuré que le plus grand frein des Européens pour investir en Tunisie est le changement des lois, notamment celles des finances et du change.

Concernant le Forum de l’investissement et du commerce en Afrique, Loukil a souligné que la Tunisie peut répondre aux marchés africains, de part les compétences et la bonne réputation relative aux services et aux produits.

En revanche, il a indiqué que les lignes maritimes sont un obstacle pour ces marchés, en plus d’un problème majeur dans le financement des exportateurs tunisiens des marchés africains.

Pour Bassem Loukil, cet obstacle nécessite l’organisation d’un Forum similaire afin de discuter des solutions et des alternatives.

تونس تحتضن منتدى تمويل الاستثمار والتجارة في إفريقيا

ينظم مجلس رجال الأعمال الافريقي بالتعاون مع وزارة التنمية والاستثمار والتعاون الدولي ووزارة التجارة ووزارة الشؤون الخارجية « منتدى تمويل الاستثمار والتجارة في إفريقيا » وذلك يومي 5 و6 فيفري الجاري بهدف إيجاد حلول ووضع استراتيجية كاملة لتمويل المشاريع التونسية والتجارة بالقارة الإفريقية.

تونس تحتضن منتدى تمويل الاستثمار والتجارة في إفريقيا

Source : Radio Express FM

حوالي 200 مليار دولار في منتدى فيتا 2018 لتمويل التجارة الخارجية والاستثمار

كشف رئيس مجلس الاعمال التونسي الافريقي، بسام لوكيل، ان منتدى تمويل الاستثمار والتجارة في افريقيا “فيتا 2018” الذي سينظمه المجلس يومي 06 و07 فيفري 2018 سيوفر 200 مليار دينار لتمويل التجارة الخارجية والاستثمار.

منتدى فيتا 2018 لتمويل التجارة الخارجية والاستثمار

Source : WEB Manager Center

بسام الوكيل : رجال الأعمال يجدون مشكلة في تمويل عقودهم مع دول افريقية

قال رجل الأعمال ورئيس مجلس أعمال تونس افريقيا بسام الوكيل، خلال حضوره في برنامج « هنا تونس » بـ »ديوان اف ام »، إن شركات تونسية تجد صعوبة في تمويل مشاريع في عديد الدول الافريقية رغم أنها وقعت معها عقودا.

Bassem Loukil

Source : Diwan FM

Forum économique Tunisie-Bénin: 60 investisseurs tunisiens en prospection à Cotonou

La capitale économique du Bénin, Cotonou abrite depuis hier, un forum économique entre la Tunisie et le Bénin. Organisée par Tunisia-Africa Business Council (TABC) pour durer du 13 au 15 décembre 2017, cette mission de prospection multisectorielle qui a le soutien du ministère du transport tunisien et l’agence Tunisair, a été entamée par un vol inaugural Tunis-Cotonou.

Reçue par la Chambre de commerce et d’industrie du Bénin (Ccib), la délégation est composée de 60 hommes d’affaires, représentant des entreprises leaders en Tunisie. Forum pour l’investissement et le commerce, il a été lancé par une cérémonie officielle à l’hôtel Golden Tulipe, Le Diplomate de Cotonou.

Une série d’allocutions a permis aux opérateurs économiques béninois et chefs d’entreprises de mieux appréhender la vision de la Tunisie. Pour le Président de l’organisation TABC, Bassem Loukil, le but de l’organisation est de mettre l’Afrique au cœur des préoccupations du gouvernement tunisien ainsi que des opérateurs économiques et mener un travail de rapprochement et d’africanisation du continent.

Mais d’abord, c’est le premier vice-président de la chambre consulaire du Bénin, Soulé Mama Yacoubou qui a dit les assurances du Bénin en ce qui concerne l’environnement d’affaires au Bénin. A l’en croire, « Le Bénin dispose d’un environnement assaini et propice pour les affaires. Conscient donc de ce que le développement d’une Nation passe par les biens et services, de productions de compétences appropriées que partage la Tunisie, il a au nom du Président Jean-Baptiste Satchivi et de l’institution, invité la mission, à mettre ses qualités attractives et économiques au servie du Bénin. Une disponibilité que la Tunisie n’a d’ailleurs pas marchandée pour le renforcement de la coopération Sud-Sud.

Pour le Secrétaire d’État auprès du ministre des Affaires étrangères chargé de la diplomatie économique, Hatem Chahreddine Ferjeni, de la Tunisie, il s’agit d’un forum qui s’inscrit dans la dynamique d’améliorer les relations entre les deux pays avec le renforcement des investissements. « Le développement durable exige que la créativité du secteur privé se concentre sur la culture de l’économie, de l’agriculture, du transport, de la communication et autres ».

Le Visa d’entrée en Tunisie supprimé, la ligne Cotonou-Tunis renforcée

Au nom de la Tunisie, le Secrétaire d’État auprès du ministre des Affaires étrangères chargé de la diplomatie économique, Hatem Chahreddine Ferjeni, a saisi l’occasion pour annoncer aux autorités béninoises, opérateurs économiques et chefs d’entreprises, la suppression du visa d’entrée en Tunisie. Ceci à partir de ce 15 Décembre 2017. Pour la Tunisie, le forum de Cotonou doit aboutir à mettre le Bénin et la Tunisie dans un partenariat stratégique.

Pour sa part, le ministre tunisien du transport, Radhouane Ayara, est revenu sur la nouvelle ligne directe de la compagnie aérienne “Tunisair” reliant Tunis à Cotonou.

A l’en croire, le transporteur national a planifié deux vols par semaine entre Tunis et Cotonou, lesquels se dérouleront tous les mercredis et samedi, a-t-il précisé, ajoutant que cette nouvelle ligne aérienne s’inscrit dans le cadre de la politique commerciale de TUNISAIR visant à s’ouvrir davantage sur le marché africain. Au nom du ministère du commerce du Bénin, Jean-Marie Dandoga a rassuré de ce que le ministère travaillera à ce que le partenariat soit dynamique.

Transport aérien au Bénin: La ligne Tunis-Cotonou ouverte

La compagnie aérienne Tunis Air vient de s’installer au Bénin. Le vol inaugural s’est effectué, ce mercredi 13 décembre 2017, sur Cotonou suivi d’une conférence de presse où les responsables de la compagnie et les ministres des Transports béninois et tunisien ont apprécié l’ouverture de la ligne Tunis-Cotonou et signé un accord ralatif au transport aérien.

L’univers aérien béninois accueille une nouvelle compagnie. Tunis Air a opéré son vol inaugural à Cotonou, ce mercredi 13 décembre. Occasion pour les ministres des Transports tunisien et béninois de signer un accord en matière de transport aérien au nom des deux gouvernements.

L’objectif sur le plan fréquence des vols, selon Ali Miaoui, directeur général adjoint commercial de la compagnie Tunis Air, c’est d’arriver progressivement à un quotidien sur chaque destination en Afrique. Mais pour l’heure, deux vols seront assurés entre le Bénin et la Tunisie par semaine comme la compagnie en a l’habitude dans les nouveaux pays d’installation. En matière de coût, il assure que Tunis Air se positionne toujours sur les nouveaux marchés comme une référence sur le plan tarifaire. « Sur neuf mois au cours d’une année, vous aurez des tarifs préférentiels », informe Ali Miaoui.

La compagnie Tunis Air créée en 1948 dispose de huit filiales et appartient à l’Etat tunisien. Sa flotte diversifiée est forte de 32 appareils dont plus d’une dizaine d’Airbus et près d’une dizaine de Boeing. Cette flotte, annonce Ali Miaoui, sera renforcée avec de nouveaux appareils. Depuis sa création à ce jour, la compagnie a eu à transporter 117 millions de passagers.

Le président-directeur général de la compagnie, Ilyses Mnakbi, indique que Cotonou est la huitième desserte en Afrique au Sud du Sahara. La compagnie est au Bénin pour satisfaire aussi bien les étudiants, les hommes d’affaires que pour répondre aux besoins des touristes. Tunis Air ne compte pas s’arrêter au Bénin. Dès 2018, d’autres lignes sont annoncées par Ilyes Mnakbi, toujours en Afrique. Le réseau de Tunis Air compte cinquante-sept destinations dont quarante-huit en service régulier.

Pour sa part, Cyr Koty, ministre des Infrastructures et des Transports du Bénin, accueille avec joie la présence de Tunis Air dans le pays. Ce pont aérien entre les deux pays constitue un vecteur du tourisme, l’une des priorités du Programme d’action du gouvernement (Pag 2016-2021). Il vante les atouts du Bénin. Selon lui, de par sa position géographique, le Bénin dispose de nombreux atouts qui favorisent un accès à un marché régional ouest-africain de plus de 300 millions de consommateurs en plus de la construction de l’aéroport de Glo-Djigbé.

Il réaffirme l’engagement du gouvernement à accompagner toute initiative visant à assurer le développement du transport aérien.

Toutes choses qui réjouissent son homologue de la Tunisie, Radhouane Ayara pour qui l’installation de Tunis Air est un nouveau souffle pour la coopération entre les deux Etats. Cette initiative répond au vœu des Béninois résidant en Tunisie et des Tunisiens résidant au Bénin. Pour lui, la signature de l’accord bilatéral relatif au service du transport aérien est un pivot du développement et le fer de lance de l’économie.

La bonne nouvelle aura été la suppression du visa pour les ressortissants du Bénin pour la Tunisie à compter de ce vendredi 15 décembre 2017.

Forum Bénin-Tunisie : Les liens économiques entre les deux pays se solidifient…

Tunisia African Business Council (Tabc) organise du 13 au 15 décembre 2017, en partenariat avec la Chambre de commerce et d’industrie du Bénin (Ccib) et du ministère tunisien des transports, le Forum économique Bénin-Tunisie à GodenTulip hôtel à Cotonou. Ceci, à la suite du vol inaugural Tunis-Cotonou de la compagnie Tunis air. Cet évènement de grande portée économique devra permettre le renforcement des échanges commerciaux et de la coopération entre les deux pays…

La présente mission de prospection multisectorielle de la partie tunisienne au Bénin devra permettre d’impulser une nouvelle dynamique dans les relations bilatérales entre les deux pays.

En témoigne d’ailleurs, l’effectivité du vol inaugural Tunis-Cotonou. Ainsi, il est prévu dans le cadre dudit Forum qui se tient à Cotonou, des rencontres de haut niveau entre les autorités béninoises et tunisiennes, des rencontres Be to Be, des visites d’entreprises, des partenariats d’affaires. A en croire le premier vice-président de l’Institution consulaire du Bénin, Soulé Yacoubou, la présente assise témoigne de l’existence d’excellentes relations économiques entre les deux pays et il s’impose de créer une nouvelle dynamique de courants d’échanges commerciaux.

Tout en réitérant l’engagement de la Chambre de commerce et d’industrie du Bénin à œuvrer pour le renforcement de la coopération entre les communautés d’affaires, il a rassuré la délégation tunisienne des opportunités d’investissement qui s’offre à elle au Bénin.

« Le Bénin est un pays économiquement stable avec une croissance économique soutenue, une inflation maitrisée, un environnement des affaires assaini et propice aux investissements étrangers », a-t-il rassuré. Il a, par ailleurs, soutenu que le développement national passe par la production de biens et service : ce qui implique des partenariats internationaux pour renforcer les liens économiques. Quant au Consul honoraire de la Tunisie au Bénin, il s’est réjoui de la tenue du Forum et se dit convaincu que cela sera fructueux et stimulera davantage l’essor économique des deux pays. Pour le président de Tunisia African Business Council (Tabc), Boussem Loukil, il s’agit d’un grand évènement qui rapproche réellement deux pays dans l’optique de gagner la bataille du sous-développement. Il faut, selon lui, se donner les moyens de renforcer ce rapprochement à travers le transfert des compétences, la libre circulation des biens et services, la promotion des échanges commerciaux. « Le continent africain recèle potentiellement, à l’échelle planétaire, des gisements les plus importants de développement et de progrès pour les 50 prochaines années », a-t-il déclaré pour appeler les africains à se donner les moyens d’exploitation des ressources du continent. « Aucun de nous, en se battant seul, ne parviendra au succès. Réussissons ensemble » a-t-il lancé. Le ministre tunisien des affaires étrangères invite les deux pays à un partenariat exemplaire de coopération sud-sud. Son collègue des transports, Radhouane Ayara a présenté les grands projets lancés par le gouvernement tunisien ainsi que les opportunités d’affaires que pourraient saisir les opérateurs économiques béninois. Si pour le représentant du ministre béninois du commerce, Nicolas Dandoga, le vol inaugural Tunis-Cotonou est un acte fort du renforcement de la coopération, le Forum reste capital pour solidifier davantage les relations économiques. Soulignons que les travaux du Forum prennent fin ce jour, vendredi 15 décembre 2017.

Forum économique Tunisie-Bénin: 60 investisseurs tunisiens en prospection à Cotonou

La capitale économique du Bénin, Cotonou abrite depuis hier, un forum économique entre la Tunisie et le Bénin. Organisée par Tunisia-Africa Business Council (TABC) pour durer du 13 au 15 décembre 2017, cette mission de prospection multisectorielle qui a le soutien du ministère du transport tunisien et l’agence Tunisair, a été entamée par un vol inaugural Tunis-Cotonou.

Reçue par la Chambre de commerce et d’industrie du Bénin (Ccib), la délégation est composée de 60 hommes d’affaires, représentant des entreprises leaders en Tunisie. Forum pour l’investissement et le commerce, il a été lancé par une cérémonie officielle à l’hôtel Golden Tulipe, Le Diplomate de Cotonou.

Une série d’allocutions a permis aux opérateurs économiques béninois et chefs d’entreprises de mieux appréhender la vision de la Tunisie. Pour le Président de l’organisation TABC, Bassem Loukil, le but de l’organisation est de mettre l’Afrique au cœur des préoccupations du gouvernement tunisien ainsi que des opérateurs économiques et mener un travail de rapprochement et d’africanisation du continent. Mais d’abord, c’est le premier vice-président de la chambre consulaire du Bénin, Soulé Mama Yacoubou qui a dit les assurances du Bénin en ce qui concerne l’environnement d’affaires au Bénin. A l’en croire, « Le Bénin dispose d’un environnement assaini et propice pour les affaires. Conscient donc de ce que le développement d’une Nation passe par les biens et services, de productions de compétences appropriées que partage la Tunisie, il a au nom du Président Jean-Baptiste Satchivi et de l’institution, invité la mission, à mettre ses qualités attractives et économiques au servie du Bénin.

Une disponibilité que la Tunisie n’a d’ailleurs pas marchandée pour le renforcement de la coopération Sud-Sud. Pour le Secrétaire d’État auprès du ministre des Affaires étrangères chargé de la diplomatie économique, Hatem Chahreddine Ferjeni, de la Tunisie, il s’agit d’un forum qui s’inscrit dans la dynamique d’améliorer les relations entre les deux pays avec le renforcement des investissements. « Le développement durable exige que la créativité du secteur privé se concentre sur la culture de l’économie, de l’agriculture, du transport, de la communication et autres ».

Le Visa d’entrée en Tunisie supprimé, la ligne Cotonou-Tunis renforcée.

Au nom de la Tunisie, le Secrétaire d’État auprès du ministre des Affaires étrangères chargé de la diplomatie économique, Hatem Chahreddine Ferjeni, a saisi l’occasion pour annoncer aux autorités béninoises, opérateurs économiques et chefs d’entreprises, la suppression du visa d’entrée en Tunisie. Ceci à partir de ce 15 Décembre 2017.

Pour la Tunisie, le forum de Cotonou doit aboutir à mettre le Bénin et la Tunisie dans un partenariat stratégique. Pour sa part, le ministre tunisien du transport, Radhouane Ayara, est revenu sur la nouvelle ligne directe de la compagnie aérienne “Tunisair” reliant Tunis à Cotonou.

A l’en croire, le transporteur national a planifié deux vols par semaine entre Tunis et Cotonou, lesquels se dérouleront tous les mercredis et samedi, a-t-il précisé, ajoutant que cette nouvelle ligne aérienne s’inscrit dans le cadre de la politique commerciale de TUNISAIR visant à s’ouvrir davantage sur le marché africain. Au nom du ministère du commerce du Bénin, Jean-Marie Dandoga a rassuré de ce que le ministère travaillera à ce que le partenariat soit dynamique.

Signature d’accord bilatéral en matière de transport aérien : TUNISAIR atterrit au Bénin

Les avions de la compagnie aérienne TUNISAIR peuvent désormais atterrir sur le tarmac de l’aéroport international Cardinal Bernardin Gantin. C’est en substance ce qu’il faut retenir de la signature d’un accord relatif au transport aérien entre la Tunisie et le Bénin.

A ce sujet, le vol inaugural de cette compagnie aérienne a été effectué pour marquer le démarrage effectif des activités de ladite compagnie sur la ligne Tunis-Cotonou-Tunis. Pour le ministre des Infrastructures et des transports, Cyr Koty, cette cérémonie reste historique en matière de coopération entre les deux pays, parce qu’elle marque l’ouverture de l’exploitation d’une ligne aérienne directe entre le Bénin et la Tunisie.

« Je voudrais saisir cette occasion pour exprimer la profonde satisfaction et la gratitude du peuple béninois à votre endroit pour avoir choisi d’être les témoins des évènements aéronautiques majeurs de cette fin d’année 2017 pour nos deux pays », a-t-il dit.

La desserte du Bénin par la compagnie aérienne TUNISAIR contribuera à rehausser l’image du Bénin et à accroitre l’offre de transport aérien existante pour un marché dynamique dont le potentiel de développement est non négligeable.

Cette nouvelle desserte participe, selon le ministre tunisien des transports Radhouane Ayara, de la perspective du développement du secteur aérien. A cet égard, l’objectif à court terme est de faire de l’aviation civile l’un des principaux leviers du développement socio-économique du pays. La construction prochaine de l’aéroport international de Glo-Djigbé au Bénin, conformément aux normes et standards internationaux s’inscrit dans cette vision.

A en croire le Président directeur général Ilyes Mnakbi, Cotonou est la 8ème desserte de la compagnie aérienne TUNISAIR dans la région subsaharienne, même si sa présence sur le continent a été quelque peu tardive.

Selon le directeur commercial, cette compagnie créée en 1948 est en pleine restructuration. D’un capital social de 42 millions d’Euros, TUNISAIR dispose à ce jour de 8 filiales, de 28 appareils de dernière génération et emploie environ 7700 employés.

Aussi, a-t-il souligné, il y aura pour les débuts 2 vols par semaine.

Tunisie : Suppression du visa pour les Béninois

La Tunisie a annoncé la suppression du visa pour les Béninois, quel que soit l’objet de la visite en Tunisie. C’est ce qu’a annoncé mercredi 13 décembre 2017 à Cotonou le directeur général de l’Afrique au ministère tunisien des Affaires étrangères, Karim Benbecher.

Ce dernier a aussi indiqué que la Tunisie a déjà supprimé le visa pour 17 pays africains contre seulement 11 pays africains qui ont supprimé le visa pour la Tunisie. Il reste pourtant la suppression du visa sur le Cameroun, une desserte importante pour la Tunisie.

Karim Benbecher assistait à la cérémonie de lancement de la nouvelle desserte de Tunisair, deux fois par semaine sur la capitale béninoise, en présence du PDG de la compagnie, le ministre du Transport, le secrétaire d’État à la duplication économique et le président de la TABC.

Transport aérien au Bénin: La ligne Tunis-Cotonou ouverte

La compagnie aérienne Tunis Air vient de s’installer au Bénin. Le vol inaugural s’est effectué, ce mercredi 13 décembre 2017, sur Cotonou suivi d’une conférence de presse où les responsables de la compagnie et les ministres des Transports béninois et tunisien ont apprécié l’ouverture de la ligne Tunis-Cotonou et signé un accord ralatif au transport aérien.

L’univers aérien béninois accueille une nouvelle compagnie. Tunis Air a opéré son vol inaugural à Cotonou, ce mercredi 13 décembre. Occasion pour les ministres des Transports tunisien et béninois de signer un accord en matière de transport aérien au nom des deux gouvernements.

L’objectif sur le plan fréquence des vols, selon Ali Miaoui, directeur général adjoint commercial de la compagnie Tunis Air, c’est d’arriver progressivement à un quotidien sur chaque destination en Afrique. Mais pour l’heure, deux vols seront assurés entre le Bénin et la Tunisie par semaine comme la compagnie en a l’habitude dans les nouveaux pays d’installation. En matière de coût, il assure que Tunis Air se positionne toujours sur les nouveaux marchés comme une référence sur le plan tarifaire. « Sur neuf mois au cours d’une année, vous aurez des tarifs préférentiels », informe Ali Miaoui.

La compagnie Tunis Air créée en 1948 dispose de huit filiales et appartient à l’Etat tunisien. Sa flotte diversifiée est forte de 32 appareils dont plus d’une dizaine d’Airbus et près d’une dizaine de Boeing. Cette flotte, annonce Ali Miaoui, sera renforcée avec de nouveaux appareils. Depuis sa création à ce jour, la compagnie a eu à transporter 117 millions de passagers.

Le président-directeur général de la compagnie, Ilyses Mnakbi, indique que Cotonou est la huitième desserte en Afrique au Sud du Sahara. La compagnie est au Bénin pour satisfaire aussi bien les étudiants, les hommes d’affaires que pour répondre aux besoins des touristes. Tunis Air ne compte pas s’arrêter au Bénin. Dès 2018, d’autres lignes sont annoncées par Ilyes Mnakbi, toujours en Afrique. Le réseau de Tunis Air compte cinquante-sept destinations dont quarante-huit en service régulier.

Ce pont aérien entre les deux pays constitue un vecteur du tourisme, l’une des priorités du Programme d’action du gouvernement (Pag 2016-2021). Il vante les atouts du Bénin. Selon lui, de par sa position géographique, le Bénin dispose de nombreux atouts qui favorisent un accès à un marché régional ouest-africain de plus de 300 millions de consommateurs en plus de la construction de l’aéroport de Glo-Djigbé. Il réaffirme l’engagement du gouvernement à accompagner toute initiative visant à assurer le développement du transport aérien.

Toutes choses qui réjouissent son homologue de la Tunisie, Radhouane Ayara pour qui l’installation de Tunis Air est un nouveau souffle pour la coopération entre les deux Etats. Cette initiative répond au vœu des Béninois résidant en Tunisie et des Tunisiens résidant au Bénin. Pour lui, la signature de l’accord bilatéral relatif au service du transport aérien est un pivot du développement et le fer de lance de l’économie.

La bonne nouvelle aura été la suppression du visa pour les ressortissants du Bénin pour la Tunisie à compter de ce vendredi 15 décembre 2017.

Un 1er défilé « Fashion Africa » organisé à Tunis par Tunisia Africa Business Council (TABC) sous la direction de Aïda Mhadhbi

La-Femme (Fashion Africa) – Afin de mettre en valeur l’identité africaine de la Tunisie et cultiver davantage son rapprochement avec le continent africain à travers ses nombreux échanges et partenariats, TABC (Tunisia Africa Business Council) vient de franchir une toute nouvelle étape, voire l’organisation, ce samedi 2 décembre 2017 au Sheraton, son premier défilé de mode africain en Tunisie.

Cette initiative de TABC, dénommée “Fashion Africa”, vise à rapprocher et à faciliter l’intégration sociale et culturelle des Subsahariens en Tunisie. Elle a également pour objectif de présenter l’Afrique dans toute sa diversité ethnique et culturelle, à travers le langage de l’habillement.

La-femme publie ci-après une déclaration (en vidéo) de Aïda Mhedhbi de l’agence « Aïda & Adel Design hub » qui a imaginé, conçu dans un laps de temps assez court et dirigé de mains de maître ce défilé « Africa-Fashion » de la TABC :

Dans ce cadre, sept startups, fondées par deux Subsahariens et cinq Tunisiens, spécialisées dans la création, le design et la couture d’habillement subsaharien en Tunisie, ont assuré ce défilé qui s’annonce d’ores et déjà haut en couleur. Il s’agit de :

Nesrine : Une immersion dans la culture burkinabè a suffi à Nesrine pour s’envoler dans le monde du wax et de lancer sa marque très visible à Tunis depuis quelques mois. Une marque imbue par les ressources du pagne wax dans sa diversité et sa richesse. Pour ce soir, Nesrine défile pour la première fois avec une collection qui mélange imprimés et couleurs de manière élégante et innovante pour des silhouettes féminines et gracieuses.

Tri-Afrite : Il s’agit d’un tout nouveau label, issu d’une rencontre de trois étudiantes tunisiennes autour de l’amour pour la culture africaine. Siwar Cherni, Rania Ben Romdhane et Raoua Khayat présentent une collection qui exalte le corps féminin en s’appuyant sur des motifs afro-ethniques et en allant chercher très loin dans l’âme africaine pure, en son rapport à la terre pour l’exprimer par des volumes, des couleurs et des matières.

Liffers Clothing : Ils ne sont pas stylistes, ils n’ont pas de parents tailleurs, ils n’ont jamais reçu de cours de combinaison de couleurs mais ils savent dessiner et matérialiser leurs rêves. Il s’agit pour eux de “célébrer tout simplement la vie”. Ils tiennent à travers ce nom à montrer que la vie est un cadeau de Dieu qui vaut la peine d’être vécue.

Alors, qui dans ce monde n’aimerait pas porter la vie ? Leur rêve, c’est voir désormais le tissu africain autrefois oublié (voire minimisé) sous les lumières des projecteurs, sur les plus grandes scènes du monde et dans les endroits les plus insolites. Bref à travers Liffers Clothing, c’est l’Occident et l’Afrique qui se croisent en Tunisie pour donner naissance à un bébé.

Afrostyle Couture : Cet atelier a été fraîchement créé en plein centre-ville de Tunis, grâce à la rencontre de deux étudiants passionnés de mode, Ludo et Momo. Le créateur Moussa Bamba, de la Côte d’Ivoire, présente des silhouettes contemporaines racées et ancrées dans sa culture, aussi bien par les matières utilisées que par les imprimés discrets, avec un hommage à la Tunisie, son pays d’accueil.

Salah Barka : Avec sa griffe OSHY, Salah Barka est une fierté nationale qui nous livre, avec beaucoup d’amour, une nouvelle série de ses silhouettes hybrides qui mixent culture tunisienne et ethnique avec beaucoup d’élégance. Hommes et femmes se retrouvent scellés dans une identité absolument africaine, avec la “waxalisation” de pièces porteuses d’une histoire, d’un vécu…

La créatrice a toujours le souci du détail et met un point d’honneur au confort du chaussant. Ce que Rahma Nejah cherche à prouver, c’est qu’on peut faire de notre apparence un reflet subtil de nous-même, d’où son choix de pièces uniques et de création semi-mesure.

Zaier Emna : Après avoir eu son diplôme de master en Designer Produit à l’Institut Supérieur des Beaux-arts de Tunis, Zaier Emna a lancé, depuis avril 2017, sa marque de maroquinerie « ZE ». La créatrice crée et fabrique un produit contemporain en cuir véritable: Sacs, pochettes et accessoires de qualité. Minutieusement confectionné, chaque produit est une œuvre accomplie en son genre. Concept hors norme, originalité évidente, qualité des produits utilisés et finition impeccable…Voilà la fusion qui définit un Produit ZE, unique et moderne.

En véritable ambassadeur de la mode africaine à Tunis, TABC compte faire de cet événement un rendez-vous haut en couleur qui s’inscrira dans la durée et permettra autant que faire se peut de présenter le continent africain dans toute sa splendeur et dans toute sa beauté.

Source : La Femme

Fashion Africa 2017

Afin de se rapprocher encore du continent africain, TABC (Tunisia Africa Business Council) a organisé le premier défilé de mode africain en Tunisie. Le « Fashion Africa« , un show haut en couleur a été assuré par 7 startups, fondées par 2 Subsahariens et 5 Tunisiens, spécialisées dans la création, le design et la couture d’habillement subsaharien en Tunisie : Nesrine, Tri-Afrite, Liffers Clothing, Afrostyle Couture, Salah Barka, Rahma Nejah et Zaier Emna.

Déjà à l’origine de nombreux échanges et partenariats, cette nouvelle initiative du TABC vise à rapprocher et à faciliter l’intégration sociale et culturelle des Subsahariens en Tunisie. Elle a également pour objectif de présenter l’Afrique dans toute sa diversité ethnique et culturelle, à travers le langage de l’habillement.

Et pour en savoir plus sur les créateurs…

L’énorme travail qui a valu à UADH la 1e certification MSI 20 000 du secteur auto

Lors d’une cérémonie organisée récemment au showroom Citroën, Bassem Loukil, PDG d’UADH, a annoncé l’obtention par la holding de la certification MSI 20 000, accordée par SGS, leader mondial des activités de certification. C’était en présence des représentants de l’organisation MSI, venus spécialement de Londres. «Malgré les difficultés de la conjoncture, UADH a été considérée comme une société saine et transparente, grâce à la qualité de sa gouvernance et de son management financier. Et c’est pour nous c’est une réussite et une fierté», a affirmé Loukil.

A travers la certification MSI 20000, la société UADH ouvre la voie aux filiales du groupe, mais également au secteur de l’automobile en Tunisie, puisque la Holding devient la première entité certifiée du secteur. MSI 20000 est la norme internationale dédiée à la qualité financière des entreprises. Son cahier des charges donne les exigences relatives aux axes de solidité et de performance financière, selon une approche sectorielle. Par cette certification, le groupe Loukil marque sa volonté d’entrer dans un processus d’amélioration et de valorisation continu de sa gouvernance financière.

Une certification qui se présente, en externe, comme un repère mis à la disposition du marché et, en interne, comme un outil de pilotage orienté vers les bonnes pratiques financières.

Cette mission pilotée par les équipes de Maghreb Corporate et encadrée par SGS, aura duré près de 6 mois et permis de mesurer de manière mathématique et scientifique la qualité financière de la société UADH. Un travail dont les conclusions furent rendues via des rapports d’évaluation, présentés à la direction générale et financière de la holding, et révélant notamment une gestion efficiente des liquidités, marquée par une bonne maitrise de la rentabilité opérationnelle. La conformité au standard MSI 20000 est matérialisée officiellement par les certificats de conformité émis par SGS et remis à la société UADH auditée.

Fort de son expertise technique et commerciale reconnue à l’échelle nationale, sur le marché de l’automobile, le groupe Loukil a parallèlement fait le choix de mettre à l’épreuve l’activité financière des entités sous contrôle de la holding, en vue de valoriser la qualité de sa gestion et de son management financier, par l’intégration des systèmes de certification financière dans son schéma de développement.

Une nouvelle étape dans la politique du groupe, venant consolider une quête de perfectionnement et de transparence, initiée avec l’introduction en Bourse du titre UADH, en juin 2015. Une certification qui vient conforter les actionnaires de UADH dans la stratégie du groupe.

Bassem Loukil : Français et Tunisiens doivent mettre la main dans la main pour conquérir le marché africain

“Les Français et les Tunisiens ont, plus que jamais, intérêt à mettre la main dans la main pour conquérir ensemble le marché africain”, estime le président du Conseil d’affaires tuniso-africain (TABC), Bassem Loukil.

Contacté lors des Rencontres Africa 2017, où il participait à une conférence plénière sur la “Transformation de l’agriculture et développement rural : les clés d’une croissance pérenne”, il a souligné que “sur les 10 dernières années, les Français se sont un peu rétractés par rapport au marché africain, laissant ainsi la place aux Chinois, Turcs et d’autres pays. Mais pour nous Tunisiens, la France reste quand même une référence dans tout ce qui touche aux affaires africaines”.

Toujours selon lui, “l’Afrique est assez grande et présente tellement d’opportunités qu’il importe pour nous de mettre la main dans la main, avec des groupes français bien ancrés en Afrique ou qui veulent accéder au marché africain, pour lancer des projets de partenariats tripartites, afin de mieux cerner ce potentiel”.

“Les Français peuvent apporter des financements, ils ont beaucoup plus d’expérience que nous dans ce domaine. Nous Tunisiens, nous avons un savoir-faire africain, nous avons une crédibilité auprès de nos amis africains, nous connaissons mieux les cultures locales et nous avons une meilleure capacité d’adaptation aux conditions locales que nos amis français. Chaque partie a, donc, son plus à apporter à ce partenariat et c’est le moment ou jamais de s’y lancer”.

Loukil a aussi indiqué que “Pour TABC, nous avons été approchés par plusieurs pays pour créer des relations tripartites, la France en fait partie. Nous avons participé à la première édition des Rencontres Africa en 2016 à Paris avec une mission de 45 hommes d’affaires. Cette année, on a contribué à l’organisation d’une mission d’une délégation de 41 hommes d’affaires aux Rencontres Africa 2017 d’Abidjan, et aujourd’hui nous sommes co-sponsor de ce forum et nous y sommes présents en grand nombre”.

S’agissant de la transformation de l’agriculture, Loukil estime que “la Tunisie a vécu sa révolution agro-alimentaire durant les années 80 et 90, elle a donc acquis une expérience dans ce domaine. Nous avons aussi vécu l’expérience d’une classe moyenne assez forte qui est devenue avec le temps très exigeante et qui a, de ce fait, contribué à la création d’une agriculture moderne et compétitive. Ces expériences tunisiennes conjuguées au savoir-faire français dans tout ce qui industrie de transformation peut servir aujourd’hui pour répondre aux besoins d’une classe moyenne africaine croissante et exigeante, qui est passé de 150 à 300 millions d’habitants, sur les 10 dernières années”.

Et de préciser: “On s’attend à avoir une classe moyenne de 900 millions de personnes d’ici 2040 en Afrique. Toute ces personnes auront besoin de manger et seront exigeantes sur la qualité et je pense que nous avons, à ce titre, énormément à exporter en matière de savoir-faire sur le continent africain. Nos ingénieurs, agronomes, agro-industriels peuvent contribuer efficacement à mettre en place des plans de développement locaux et à développer les industries agro-alimentaires locales. Il suffit qu’ils aient la chance de le faire”.

French and Tunisians take interest in putting hand in hand to conquer African market » (Bassem Loukil)

(TAP) – « The French and the Tunisians are more than ever interested in joining forces to conquer the African market together, » said Tunisia-Africa Business Council (TABC) Chairman Bassem Loukil.

In a statement to TAP, at the Rencontres Africa 2017, where he attended a plenary conference on « the transformation of agriculture and rural development: the keys to sustainable growth », he added « it is true that over the last 10 years the French somewhat retracted, compared to the African market, and it was the Chinese, the Turks and other countries that took over. But for us Tunisians, France still remains a reference in all that affects African affairs.

According to him, « Africa is big enough and presents so many opportunities that it is important for us to get our hands together, with French groups well anchored in Africa or wanting to enter the African market, tripartite partnerships in order to better identify this potential « .

« The French can provide fund, they have much more experience than we do in this field. We Tunisians, we have African know-how, we have credibility with our African friends, we know better the local cultures and we have a better ability to adapt to local conditions than our French friends. Each party has, therefore, its most to bring to this partnership and it is the time or never to launch « .

Loukil also said that « For the TABC, we have been approached by several countries to create tripartite relations, France is one of them. We participated in the first Africa 2016 in Paris with a mission of 45 businessmen. This year, we helped organise a mission of a delegation of 41 businessmen to meetings in Abidjan and today we are co-sponsoring this forum and we are present in large numbers ».

As regards the transformation of agriculture, Loukil believes that « Tunisia lived its agro-food revolution during the 1980s and 1990s, so it gained experience in this field. We also experienced a relatively strong middle class, which in the course of time has become very demanding and has thus contributed to the creation of a modern and competitive agriculture.

These Tunisian experiences combined with French know-how in all the processing industries can be used today to meet the needs of a growing and demanding African middle class from 150 to 300 million inhabitants out of the last 10 years ».

He specified « It is expected to have an average class of 900 million people by 2040 in Africa. All these people will need to eat and will be demanding on quality and I think that we have, as such, a lot to export know-how on the African continent. Our engineers, agronomists, industrialists and agribusinesses can contribute effectively to the implementation of local development plans and the development of local agro-food industries. It is enough that they have the chance to do it. « 

Visite d’une délégation d’Hommes d’Affaires conduite par le TABC

La Chambre de Commerce de Djibouti a reçu la visite d’une forte délégation d’Hommes d’Affaires Tunisiens conduite par le Président du Tunisia-Africa-Business Council (TABC) qui a séjourné à Djibouti du 17 au 18 septembre 2017.

En collaboration avec le Ministère auprès de la Présidence chargé des Investissements et sous le Haut patronage du Premier Ministre, S.E.M. ABDOULKADER KAMIL ABDALLAH, la CCD a organisé Dimanche 17 septembre 2017, au sein du Djibouti Palace Kempinski , une Conférence sur l’investissement, axée sur la revitalisation du partenariat économique et commercial entre les deux pays.

Lors de cette Conférence, les membres de la délégation, composés de femmes et d’Hommes d’Affaires, ont pu longuement échanger avec leurs homologues Djiboutiens et nouer des nouvelles relations d’affaires.

Lundi 18 septembre 2017, les discussions se sont poursuivies à la Chambre de Commerce de Djibouti, entre la délégation tunisienne et les responsables des établissements publics et hauts cadres des ministères concernés, en présence du Président de la Chambre de Commerce de Djibouti, M. Youssouf Moussa Dawaleh et des membres du bureau dont la 1ère Vice-Présidente Mme Magda Rémon Coubeche.

Les travaux de la 1ère conférence mixte djibouto-tunisienne sur l’investissement se sont tenus à l’hôtel Kempinski dimanche 17 septembre 2017 .

Organisés conjointement par le ministère auprès de la Présidence chargé des Investissements et la Chambre de Commerce de Djibouti (CCD), les travaux de cette conférence ont, rappelons-le, été inaugurés hier par le Premier ministre, M. Abdoulkader Kamil Mohamed.

Notons la participation à ces assisses d’une importante délégation tunisienne qui comprend entre autres personnalités plusieurs hommes d’affaires ont en commun le désir de saisir les opportunités d’investissement immenses qu’offre la République de Djibouti et de profiter des facilités accordées aux investisseurs.

En prenant la parole lors de la cérémonie d’ouverture des travaux de cette conférence, M. Ali Guelleh Aboubaker, ministre auprès de la Présidence chargé des Investissements, a tenu à souligner le renforcement des liens de coopération entre notre pays et la Tunisie au cours de ces dernières années.

Le Premier ministre, M. Abdoulkader Kamil Mohamed, a abondé dans le même sens en affirmant que cette conférence sur l’investissement a pour objectif d’insuffler un certain dynamisme dans les échanges économiques entre la République de Djibouti et la Tunisie.

« De par sa situation stratégique, Djibouti est la porte d’entrée du marché de 475 millions de consommateurs que compte le COMESA. La Tunisie ayant ratifié le traité d’adhésion à cette organisation régionale de l’Afrique de l’Est (en novembre elle en deviendra le 20ème membre), cela représente une expansion des possibilités commerciales pour les investisseurs tunisiens », a-t-il déclaré en substance.

M. Abdoulkader Kamil Mohamed a rappelé dans la foulée que « depuis la création d’un ministère chargé des investissements, des réformes censées faciliter les démarches administratives de création d’entreprises ont été mises en place », avant d’ajouter que « le code d’investissement fait partie de ces leviers d’actions indispensables pour faire du secteur privé un acteur clé dans la création d’emplois. »

« Cette conférence, a-t-il fait savoir enfin, se veut être le prélude à la politique économique structurelle tant souhaitée et inscrite dans l’agenda « Djibouti 2035 ».

Source ADI

Loukil : On vise à multiplier le nombre d’étudiants africains en Tunisie

Bassem Loukil, patron du Groupe Loukil et président de Tunisian African Business Council (TABC), a déclaré que plusieurs parties ont fait savoir que les étudiants africains ne souhaitent plus venir étudier en Tunisie.

« Durant les 15 dernières années, le nombre d’étudiants en Afrique est passé de 6 millions à 15 millions mais on constate une nette diminution du nombre d’étudiants africains en Tunisie.

En revanche Bassem Loukil a déclaré que l’Enseignement Supérieur privé peut accueillir 30 mille étudiants.

Il a ajouté que les étudiants Africains rencontrent plusieurs problèmes en Tunisie, à savoir les cartes de séjour, les conditions d’hébergement et l’obtention de la carte d’étudiant.

Dans le même sens, Bassem Loukil a indiqué qu’une commission a été chargée d’étudier les différents problèmes des étudiants, qui seront exposés lors du forum « Tunisian African Empowerment Forum », organisée par le Tunisia Africa Business Council (TABC), les 22 et 23 août 2017 au Palais des Congrès.

« 12 ministres seront présents au Forum notamment (Mali, Gabon, Niger, Sénégal, Kenya, Maroc, Afrique du Sud, Soudan, Congo démocratique, la République de Guinée et l’Afrique centrale).

Bassem Loukil a déclaré que l’objectif est de rétablir le nombre d’étudiants africains en Tunisie à 12 mille et de le multiplier à 20 mille d’ici 2019.

UADH signe un Protocole d’accord avec l’Etat Djiboutien pour une vente globale de véhicules

Suite à des discussions entamées depuis plus de 8 mois entre le groupe Loukil et l’Etat Djiboutien, qui avaient débutées dans le cadre de l’évènement Tunisia 2020, un protocole d’accord vient d’être signé, pour la vente globale de véhicules, entre M. Bassem Loukil, PDG du Groupe Loukil et M. Ali Daoud Houmed, représentant du Fond de Développement Économique de Djibouti.

Lors de ses différentes visites à Djibouti, M. Walid Loukil, DGA du groupe, a renforcé les premiers contacts établis à Tunis, notamment par sa rencontre avec le Président de la République de Djibouti, M. Ismaïl Omar Guelleh.

En retour, les gouvernants Djiboutiens, ont visité les locaux du groupe Loukil à plusieurs reprises lors des derniers mois, ce qui leur a permis de témoigner du sérieux et de la performance des filiales d’UADH.

Accompagné de M. Bassem Loukil, M. Ali Guelleh Aboubaker, Ministre Djiboutien auprès de la Présidence chargé des investissements, présent actuellement en Tunisie, a rencontré M. Fadhel Abdelkafi, ministre du Développement, de l’Investissement et de la Coopération internationale, ainsi que M. Abdellatif Hmam, secrétaire d’Etat au commerce. Cette assurance a débouché sur la signature d’un accord de vente de 2000 Citroën C Elysées, ainsi que 600 tracteurs camions Renault Trucks, avec plateaux, pour un montant total de 140 Millions d’Euros, extensible sur une deuxième tranche pour un montant global de 300 millions d’Euros pour l’ensemble du contrat. Les premières livraisons sont prévues pour le dernier trimestre de l’exercice 2017 pour être clôturées au plus tard le 30 juin 2018.

Cet accord signé aujourd’hui est un accord tripartite entre l’Etat Djiboutien, le groupe Loukil mais également la Banque Africaine d’Import-Export (AFREXIMBANK), qui se propose de financer la totalité du dit marché rentrant dans le cadre du développement des secteurs de transport de l’Etat de Djibouti mais aussi dans le cadre de la promotion des échanges Interafricains dont ils sont aujourd’hui les leaders.

Le groupe Loukil continue ainsi d’appliquer sa stratégie, décidée depuis plusieurs années, de se concentrer sur le marché Africain, tout en se basant sur son savoir-faire et sur les compétences Tunisiennes, qu’il essaye de mettre continuellement en avant.

Que doit-on à nos jeunes ?

Que doit-on à nos jeunes ?
Retour sur une jeunesse qui a fait la révolution mais dont on a défait l’ambition.

En cette période critique d’une longue et pénible « transition démocratique », nos jeunes se sentent plus que jamais perdus, désespérés et sans espoir pour l’avenir.
Après sept gouvernements et deux élections pleines de « promesses de progrès et miracles économiques », nos jeunes entrepreneurs, fraichement diplômés ou même futurs diplômés, ne se sentent plus concernés par tout ce que la classe politique actuelle a à offrir et se sentent délaissés et trahis par un système en faillite d’idées et de moyens.
Il nous revient donc à nous, parents et société civile, de poser la question suivante : que doit-on à nos jeunes pour leur permettre de rêver à un lendemain meilleur ? Et que doit-on faire face à la menace grandissante de la fuite des cerveaux et la mise en danger de l’avenir économique et social de notre pays ?

Génération Y ou encore 2.0, cette nouvelle jeunesse connectée représente aujourd’hui le moteur de toutes les sociétés. Elle a renversé des régimes anciens, à l’image du printemps arabe, et en a porté de nouveaux, comme en France avec le président fraichement élu Emmanuel Macron. Si cela peut témoigner d’une chose, c’est que cette jeunesse a soif de changement et qu’elle a la volonté de le provoquer. Ce changement ne saurait aboutir et ce potentiel ne saurait être exploité sans une feuille de route, une vision et la mise en place de réformes pour accompagner nos jeunes dans la réalisation de leurs projets. Car des projets ils en ont, mais vers qui se tourner lorsqu’on a le sentiment que le système est, d’avance, contre nous ?

Le point de départ pour rompre ce cycle d’abattement et de défaitisme, serait de redonner confiance à ces jeunes en rétablissant le dialogue avec eux. Cette communication peut se faire à divers niveaux :
En mettant en place des incubateurs à travers toutes les régions pour les jeunes start-up. J’ai entamé cette initiative depuis plus d’un an, en partenariat avec le MDI au niveau de la technopole de Sfax, dans les nouveaux métiers (Gaming, Big Data, etc…), en espérant que d’autres privés suivent la démarche pour les autres régions du pays.
En accompagnant ceux ou celles qui cherchent à lever des fonds sur les marchés locaux et internationaux à travers des intermédiaires spécialisés dans l’accompagnement des start-up.
En négociant pour eux des crédits à taux préférentiels auprès d’un fonds à capital risque afin de les aider à démarrer leurs projets professionnels.
En créant une bourse de valeurs spéciale pour les startups et ouverte aux capitaux risques, investisseurs privés et fonds internationaux spécialisés dans les pays émergeants.
En mettant en place des centres de formation spécialisés pour faciliter la reconversion des jeunes chômeurs, voire même des jeunes diplômés, qui ne trouvent pas de travail correspondant à leurs qualifications.
En rendant plus effectif et plus rapide le travail de la justice et montrer qu’elle est garante de leurs droits et qu’elle est la même pour tous.
Et surtout en leur donnant leur chance. A mon niveau, et à travers mes entreprises, j’essaye d’encourager continuellement les jeunes esprits, comme nous l’avons fait dernièrement dans le cadre de l’AMS Challenge en permettant à des étudiants des écoles de beaux-arts du pays de proposer les designs et les produits de demain.

Si ces réformes sont réalisables et prometteuses, il n’existe pas aujourd’hui d’infrastructure propice à leur réalisation car, qui s’occupe des jeunes ? Est-ce le rôle du privé, de la société civile, du Ministère de la formation et de l’emploi ou encore du Ministère de la Jeunesse et des Sports ? Qui s’occupe de nos jeunes dans la définition du gouvernement telle qu’elle est aujourd’hui ?
L’avenir de notre pays réside dans l’avenir de nos jeunes ce qui devrait leur valoir une place bien plus importante et un encadrement bien plus efficace. Si c’est le rôle de tout un chacun, rien n’est possible sans un cadre institutionnel bien défini et dédié à ces problématiques.

Si nous devons aux jeunes des réformes et une vision, nous leur devons également la transparence. Ce désintérêt réciproque entre l’Etat et les jeunes doit cesser, cette dé-corrélation entre les jeunes de la société civile et leurs représentants politiques doit évoluer. Les jeunes doivent à nouveau se sentir concernés par l’avenir de ce pays qui leur appartient et dont ils ont l’impression d’en être les locataires. Nous devons à nos jeunes une réappropriation de leur pays, une ré-identification à leur nation. Redonnons leur foi en la justice et en nos institutions afin qu’ils se sentent à nouveau en sécurité et chez eux.

Nos jeunes nous ont montré qu’ils étaient prêts à partir pour réussir, retenons leur succès.
Notre jeunesse est notre vrai pétrole et le meilleur garant de l’avenir de ce pays.

« Le Hold Up de l’économie Tunisienne par la mafia de la contrebande…. »

Jamais à travers l’Histoire de la Tunisie le marché parallèle et la contrebande n’avaient occupé une place aussi importante dans l’économie nationale.

Il est désormais probable que la chute vertigineuse du dinar sous l’oeil passif des autorités et l’absence de tout soutien de l’Etat tunisien mènera rapidement à la perte de la majeure partie du tissu industriel national (notamment les PME).

Au-delà du marché parallèle et de la contrefaçon qui occupent une place sans précédent dans l’économie du pays, les entreprises tunisiennes doivent dorénavant faire face au dumping des exportateurs turcs, qui, bénéficiant d’accords mal négociés à l’époque de leur signature, et de subventions octroyées par leur Gouvernement pouvant aller jusqu’à 16% des prix des marchandises exportées, développent une stratégie féroce et grignotent toujours plus de parts de marché au détriment des acteurs locaux.

Pendant ce temps-là que fait l’administration fiscale tunisienne?

Elle malmène et torture ceux qui, à bout de souffle, continuent à prôner la transparence, travaillent en respectant les règles et osent résister à l’offensive des barons du marché parallèle!

La CNSS, quant à elle, harcèle les sociétés industrielles en y voyant un moyen de combler son déficit, alors même que le secteur informel continue son essor en toute impunité.

Enfin, et pour couronner le tout, les appels d’offres lancés par l’Etat sont systématiquement attribués à des sociétés étrangères, souvent par le biais de clauses éliminatoires pour les entreprises tunisiennes. Sociétés étrangères qui bien souvent, viendront sous-traiter ces mêmes marchés auprès d’acteurs locaux, écrasant les prix et faisant bénéficier leurs économies nationales des larges marges réalisées.

L’Heure est grave. C’est pourquoi je lance un cri d’alarme aux autorités de mon pays, la Tunisie, pour l’adoption de mesures concrètes visant à sauver notre Industrie, la vraie source de valeur ajoutée de notre économie et le fer de lance de nos exportations, cela en extrême urgence, sans quoi elle s’effondrera bien plus vite qu’on ne le pense.

Bassem Loukil

Passage de Bassem Loukil sur Jawhara Fm

Passage de Bassem Loukil sur Jawhara Fm

بسام الوكيل: الاتفاقيات الممضاة مع الدول الافريقية مكسب للدولة ولرجال الاعمال

بسام الوكيل: الاتفاقيات الممضاة مع الدول الافريقية مكسب للدولة ولرجال الاعمال

أكد رجل الأعمال ورئيس مجلس الأعمال التونسي الافريقي بسام الوكيل ان الجولة الافريقية التي يؤديها رئيس الحكومة صحبة رجال اعمال تونسيين خير دافع للاقتصاد الوطني ودعم القطاع الخاص التونسي وذلك عبر تعزيز العلاقات الاقتصادية والسياسية بين تونس وبين هذه البلدان الإفريقية.

وأشار الوكيل ان اليوم الثالث من هذه الجولة شهد امضاء 3 اتفاقيات بين اتحاد الصناعة والتجارة بتونس والقطاع الخاص بمالي في مجلات عديدة على غرار المالية والصناعية موضحا ان هذه الاتفاقيات اتفاقيات تهتم خاصة بتصدير البضائع التونسية الى مالي في مجال البلاستيك والتحلية والمواد الغذائية ومواد البناء
كما تم الاتفاق خلال المنتدى الاقتصادي التونسي المالي على استغلال أرض فلاحية بمالي لإنتاج بذور البطاطا والطماطم.

وشدد الوكيل في تصريح لديوان اف ام على أهمية العلاقات الديبلوماسية والاتفاقيات الممضاة لما له تأثير إيجابي على دعم رجال الاعمال في تركيز مشاريعهم الاستثمارية داخل هذه الدول وباعتبارها مكسب للدولة ولرجال الأعمال في نفس الوقت.

وفي نفس الاطار أكد الوكيل على اهمية الاتفاقيات الممضاة مع الجانب المالي اليوم والتي تندرج في اطار تعزيز العلاقات الثنائية بين البلدين على المستوى الأمني ومكافحة الإرهاب معربا عن امله في امتداد هذه الزيارات لبقية الدول الافريقية.

Source: diwanfm

La présence diplomatique Tunisienne en Afrique, sujet de mon passage sur Mosaique FM

La présence diplomatique Tunisienne en Afrique, sujet de mon passage sur Mosaique FM

Le Niger pourrait présenter de meilleurs taux de croissance sur les 5 prochaines années

Bassem Loukil, Président du Conseil d’affaires tuniso-africain : « Le Niger pourrait présenter de meilleurs taux de croissance sur les 5 prochaines années »

(Niamey et les 2 jours) – Les échanges commerciaux entre la Tunisie et le reste du continent ne dépassent pas 2% au moment où ils sont estimés à plus de 65% vis-à-vis de l’Europe. Pour rectifier cela, une centaine d’hommes d’affaires tunisiens ont participé mardi à un forum économique avec leurs pairs nigériens. Parmi eux, Bassem Loukil (photo), Président du Tunisian african business council (Conseil d’affaires tuniso-africain). L’opérateur économique tunisien, à la tête d’un groupe multisectoriel, parle de l’importance pour la Tunisie de s’ouvrir sur le marché nigérien, mais aussi des profits que le Niger pourrait tirer de la coopération bilatérale entre les deux pays.

Vous êtes à la tête du Groupe Loukil spécialisé dans les télécoms, l’automobile, la mécanique, etc. Pourquoi avez-vous décidé à prendre part à ce forum ?

Le Groupe Loukil est un groupe privé créé en 1976 et qui comporte aujourd’hui 37 filiales. Nous couvrons aussi tout ce qui est énergies renouvelables, construction dans le domaine pétrolier, les services.

Nous sommes là parce qu’on a vu, par le passé, pas mal d’opportunités passer sans les saisir, avec le Niger. Ceci, en raison de l’absence d’une relation directe entre nos deux pays, parfois l’absence de financement qui nous avait rendu la tâche difficile.

Aujourd’hui, le Niger est en train de se lancer dans une nouvelle aventure économique. Vous avez le sommet de l’Union africaine en 2019 ici, il y a une ouverture sur le monde extérieur et nous pensons que nous pouvons apporter notre expérience, expertise et aussi des financements dans pas mal de projets comme les infrastructures, le domaine du stockage pétrolier avec la réalisation de pipelines, des télécoms et du numérique.

Nous pensons que le Niger, c’est aujourd’hui qu’il faut y être et c’est le pays qui pourrait présenter de meilleurs taux de croissance sur les 5 prochaines années si tous ces projets trouvaient du financement et se concrétisaient.

En venant participer à ce forum, quels sont les domaines d’activité que vous avez ciblés ?

Les télécoms, le stockage pétrolier, tout ce qui se rattache au transfert et au traitement du carburant et tout ce qui est rattaché à la construction.

Vous avez une double casquette à ce rendez-vous économique puisque vous dirigez aussi le Tabc (Tunisian african business council). En quoi votre groupe pourrait-il être profitable au Niger et au reste des pays du continent ?

Le Tabc en français (Conseil d’affaires tuniso-africain) est créé par un groupe d’hommes d’affaires spécialisés dans le commerce et l’investissement en Afrique pour essayer de convaincre les hommes d’affaires tunisiens à avoir une stratégie d’orientation africaine.

Nous avons pour mission de faire connaitre le marché africain à nos investisseurs, leur faire connaitre les produits et services qu’il faut cibler pour certains pays et économies, lier des ponts avec des confrères hommes d’affaires un peu partout sur le continent.

Le Tabc, c’est aussi une force de lobby près du gouvernement tunisien pour une plus forte représentation diplomatique en Afrique, pour que Tunisair (la compagnie aérienne nationale) ait plus de destinations vers les pays de l’Afrique et pour qu’il y ait plus de coopération bilatérale donnant un avantage gagnant gagnant entre la Tunisie et les pays frères de l’Afrique.

Interview réalisée par Guevanis DOH

Source: www.niameyetles2jours.com

Mon intervention sur Jawhara Fm concernant la tournée africaine : Niger, Mali, et Burkina Faso.

Mon intervention sur Jawhara Fm concernant la tournée africaine : Niger, Mali, et Burkina Faso.

De nombreux accords et débouchés en vue lors de cette tournée africaine.

Des accords dans divers secteurs seront paraphés au Niger

Des accords dans divers secteurs seront paraphés au Niger

Bassem Loukil, président du Groupe Loukil et de Tunisia-Africa Business Council (TABC), qui accompagne présentement le chef de gouvernement, Youssef Chahed, dans sa tournée en Afrique subsaharienne, s’est exprimé sur Express FM ce mardi 4 avril 2017. Il a fait savoir que la conférence économique a commencé aujourd’hui à 9h en présence de Chahed, de la présidente de l’UTICA, Wided Bouchamaoui, de la PDG du Centre de promotion des exportations (CEPEX), Aziza Htira ainsi que plus de 80 businessmen tunisiens opérant dans tous les secteurs.

Il a indiqué que les Tunisiens ont calé des rendez-vous avec leurs homologues nigériens pour plancher sur les niches d’investissement dans différents domaines.

Enfin il a confié que plusieurs accords commerciaux, sécuritaires ainsi que dans les secteurs de la santé, de l’assurance et de la construction des routes vont être paraphés dans les heures à venir.

Source: africanmanager

Bassem Loukil : « imposer au prochain gouvernement une stratégie africaine »

Bassem Loukil : « imposer au prochain gouvernement une stratégie africaine »

ENTRETIEN. Les patrons tunisiens ont désormais l’Afrique en tête, une nouveauté dans le paysage économique. Les explications de l’homme d’affaires Bassem Loukil.

Au premier étage d’un immeuble siglé Loukil, au cœur de Tunis, cet entrepreneur enrage du retard pris par les réformes, du succès croissant de la corruption et du manque de stratégie africaine de l’État. Avec des patrons et des personnalités tunisiens, il préside le TABC (Tunisia Africa Business Council), qui a pour objectif de mener un travail d’africanisation au sein du monde politique et économique tunisien. Après la visite d’affaires la semaine dernière en Côte d’Ivoire, le Premier ministre Youssef Chahed annonce la venue d’une délégation d’hommes d’affaires dans trois pays africains (Mali, Niger et Burkina Faso), à partir de ce lundi 3 avril. Objectif : examiner les opportunités d’investissement dans la région. Pour Le Point Afrique, Bassem Lakil revient sur la nouvelle stratégie africaine du pays et sur ses propositions.

Le Point Afrique : la Tunisie a-t-elle pris du retard sur le dossier Afrique ?

Bassem Loukil : le Maroc nous a devancés de quinze ans. Quand il a commencé à déployer sa stratégie africaine en encourageant Royal Air Maroc à développer des lignes pour faire de Casablanca un hub africain, nous, on pensait à autre chose. Quand le Maroc a poussé ses banques, notamment Attijari, à s’aventurer en Afrique, à racheter, à ouvrir, nous, on était sur une autre planète. Aujourd’hui, Attijari ou la BMCE sont devenues des banques panafricaines. Ça ne s’est pas fait en 24 heures. Ils ont développé une stratégie, en sont venus à bout, ça leur a pris dix à quinze ans.

Pourquoi la Tunisie n’a-t-elle pas développé la même stratégie ?

Le pouvoir de Ben Ali, dans ses dix dernières années, n’avait qu’un seul but : faire enrichir les membres de la famille. Le langage officiel était beau, mais, sur le terrain, il y avait quatre hommes d’affaires, liés à la famille de Ben Ali, mariés à ses filles, qui avaient le droit de s’occuper de ce dossier. Si ces quatre hommes d’affaires corrompus n’étaient pas intéressés, ça n’intéressait pas l’État.

En 2014, le candidat Essebsi mettait l’accent sur les pays du Golfe, peu l’Afrique…

Le développement de l’Afrique, son taux de croissance, tout cela a échappé à presque tout le monde. Personne n’a vu venir l’Afrique. Pour la plupart, l’Afrique est synonyme d’instabilité, de coups d’État, de pays pauvres à la recherche de crédits. Alors qu’il y a des pays africains qui sont plus développés démocratiquement que nous. Il y a dix ans, le Rwanda était en guerre civile. Aujourd’hui, son économie est florissante. Nous n’avions ni politique ni stratégie de conquête de l’Afrique subsaharienne. Les Tunisiens ont toujours compté sur le marché libyen et donc n’ont jamais ressenti le besoin de s’aventurer en Afrique. D’autant plus que l’homme d’affaires tunisien est frileux, il n’aime pas l’aventure. Il a ses petits marchés méditerranéens, un peu sur l’Italie, sur la France et surtout l’Algérie et la Libye. Quand la Libye a fermé, les exportateurs tunisiens se sont rendu compte qu’il n’y avait pas beaucoup de choix. Que les Marocains, les Turcs et les Chinois se faisaient un régal de conquérir le marché africain alors que ne, nous, on ne pouvait pas. À cause du manque de destinations directes, de la complexité des transports maritimes et de la faiblesse de notre représentation diplomatique en Afrique. Résultat : pas de relations privilégiées avec la majeure partie des pays africains pour demander des faveurs, un flux d’échanges commerciaux plus important. Nous nous sommes rendu compte qu’aucun gouvernement tunisien n’avait prononcé le mot Afrique. Nous nous sommes alors organisés en groupe de travail afin de pratiquer du lobbying, des actions concrètes sur le terrain, d’imposer au prochain gouvernement une stratégie africaine, une vision. On a réussi parce que Tunisair ouvre des liaisons sur les trois prochaines années. Elle a une vision pour développer sept à dix destinations. Elle est en train de profiter de la rentabilité de ses lignes existantes pour investir. On travaille en amont pour créer un flux de courant d’affaires, de tourisme médical, pour justifier le remplissage de ces vols. On travaille sur Douala, Cotonou, N’Djamena pour créer un besoin de venir en Tunisie pour se soigner, pour étudier et pour que les hommes d’affaires tunisiens aillent sur le terrain. En attendant que la diplomatie tunisienne se déploie.

En janvier, le chef du gouvernement a annulé une visite dans trois pays africains, trois jours avant.

Visite annulée un jeudi pour un départ prévu le dimanche. La visite a été recadrée et reprogrammée du 4 au 7 avril. Il y avait une très mauvaise coordination entre la présidence du gouvernement, le ministère des Affaires étrangères et le Cepex. Tout le monde s’est mis à faire n’importe quoi. On ne pouvait pas emmener dans une délégation officielle 125 hommes d’affaires. C’est énorme en matière de logistique en faisant trois pays. On travaille sur une autre mission en Guinée-Conakry : on partait sur 35 hommes d’affaires, on est 48. Je crains le désordre. S’assurer que tout le monde à ce qu’il faut en matière de B to B, ça devient difficile. C’est une question d’image de marque aussi. Il faut assurer. Que dire de 125 ? Quand la liste est arrivée sur le bureau du chef du gouvernement, il était quasiment impossible de continuer la mission sous cette forme. D’où l’annulation.

Souvent, en Afrique, il faut que le président de la République se déplace…

Notre système parlementaire est assez compliqué. L’exécutif est séparé. Ce sera le chef du gouvernement qui se déplacera et, par la suite, je suggère que le président de la République puisse inviter les présidents des pays hôtes, car les Africains aiment visiter. Tout le monde entend parler du palais de Carthage, de Tunis, ce serait bien aussi que ces gens-là viennent chez nous.

Finalement, c’est votre conseil d’affaires qui impulse la conquête de l’Afrique…

Oui. Par conviction, par patriotisme, car on travaille déjà en Afrique, on n’a pas besoin de tout ça. À chacun de nous le rôle et le devoir de contribuer au développement. Si on a demandé la démocratie, il faut qu’on assume. On a tellement subi d’injustices du régime de Ben Ali qu’on s’est dit « on doit tous contribuer à la réussite de cette démocratie ». On ne peut pas lâcher nos armes pour qu’une nouvelle dictature revienne.

Y a-t-il un risque de nouvelle dictature ?

Quand on voit comment les Tunisiens sont en train de réagir, les commentaires, quand on voit les figures de l’ancien régime, corrompues majoritairement car on les a vues à l’œuvre, qui reviennent sur les plateaux télé aujourd’hui pour défendre les acquis de Ben Ali sans mentionner les erreurs, l’injustice et le banditisme de la famille de Ben Ali, ça fait mal et ça fait peur. Les gens apprécient cela aujourd’hui. La nostalgie du régime de Ben Ali prend de l’ampleur. C’est grave, alarmant. À nous de dire « il y a des alternatives, on va trouver le bon chemin, on va sortir de ce tunnel ».

Comment faire, très concrètement ?

Il faut une stratégie claire. Une liste des priorités ne sortant pas des bouquins des pseudo-économistes qui nous donnent des leçons tous les jours. Il faut une vraie évaluation de nos compétences, de nos potentialités, pour arrêter une stratégie pratique et pragmatique. Sur le court terme, car nous avons besoin de quelques signaux positifs. Sur le moyen terme, pour changer les priorités économiques car ce que nous avons aujourd’hui ne donne plus de résultats. Et sur le long terme, penser à la prochaine génération, ce qu’on doit lui préparer, ce qui conditionnera le système de l’éducation, des universités, des programmes. Ça se prépare maintenant. On ne peut plus faire sortir des philosophes en nombre. On a toujours les mêmes filières. Si vous avez le bac avec 10 de moyenne, vous partez dans telle filière. Je pense qu’on a trop d’avocats, mais on en met 3 000 nouveaux sur le marché chaque année contre 12 000 ingénieurs informaticiens. Je préférerais 500 avocats et que le reste parte vers les filières d’avenir. Qu’est-ce qu’on peut faire de 2 500 philosophes par an !

Quelles sont les filières d’avenir ?

Le domaine de la santé. Ses filières sont multiples. La médecine, ce n’est pas uniquement être médecin. Il y a énormément d’autres spécialités qui sont demandées en Afrique, en Europe. Cette dernière a besoin d’infirmiers, de paramédicaux… Pourquoi penser uniquement que médecine = médecin. Le secteur de la santé doit être étoffé et diversifié. Le secteur du numérique est une fenêtre d’opportunité en Afrique pour nous. Pour cela, il faut choisir dans ce théâtre numérique quelles filières, quelles tendances développer qui permettront à la Tunisie d’assurer une forte présence en Afrique. On avait jusque-là un avantage énorme dans ce domaine. Le e-learning, le e-gov, le e-santé… À chaque fois qu’on se rend dans un pays africain, on nous demande de la formation. On a tendance à oublier l’agriculture. Je ne parle pas de l’agriculture traditionnelle. Il faut penser aux besoins de l’Europe, un continent vieillissant – ce que l’Allemagne a compris en acceptant un million de migrants, elle a compris qu’elle avait besoin de sang neuf, d’un million de nouveaux consommateurs. L’Europe est une population vieillissante, mais à fort pouvoir d’achat. Quel genre de produits alimentaires proposer, une combinaison entre produits traditionnels et produits répondant à de nouveaux critères environnementaux. Ça, on n’y pense même pas. Si on a de la pluie, on produit ; si on n’en a pas, on produit moins. Il y a aussi les énergies renouvelables, la transformation alimentaire… L’Afrique va changer ses goûts, son pouvoir d’achat va lui permettre d’être plus exigeante, elle va apprendre le goût du luxe. Il faut anticiper les produits que les Africains vont demander en se projetant dans dix à quinze ans.

Quels sont les pays cibles en Afrique pour la Tunisie ?

Les pays prioritaires : la Côte d’Ivoire, évidemment, le Cameroun, le Mali, le Burkina Faso, le Togo, le Gabon, le Tchad. Des pays qui, traditionnellement, ont toujours eu recours à la Tunisie pour l’enseignement, la médecine. Ils apprécient les compétences tunisiennes. Ce sont des pays où on n’a pas besoin de faire de la publicité pour la qualité des produits tunisiens mais on a la nécessité de les rendre plus disponibles. Quand on les visite, pas besoin de nous introduire, on passe aux choses sérieuses : coûts, logistique, livraisons, partenariats, éventuelles implantations des sociétés tunisiennes, surtout dans le secteur médical et de l’enseignement supérieur. Ce sont des marchés ouverts à une coopération sud-sud. À nous d’intensifier notre présence, nos visites, à nous de nous diversifier. Dans un deuxième temps, on ira en Afrique de l’Est, anglophone. Il n’y a pas de vols directs pour le moment, ce qui rend la tâche plus difficile.

Quels sont les atouts économiques de la Tunisie ?

L’atout majeur : sa jeunesse. Et le niveau d’éducation de sa main-d’œuvre. Quand on visite le Maroc, l’Égypte, on voit la différence au niveau culturel, intellectuel. On peut facilement faire apprendre à un ouvrier tunisien l’utilisation d’une machine, d’un tableau de bord, d’un tableau électronique, lire des plans, beaucoup plus qu’à un Marocain ou à un Égyptien. Autre atout de la Tunisie : sur les quinze-vingt dernières années, malgré les dérapages de Ben Ali, il y a eu le développement de la petite et moyenne entreprise. Nous avions une classe moyenne qui a permis au pays d’échapper à l’extrémisme religieux, qui a permis à la nouvelle génération d’accéder à l’éducation, à l’enseignement supérieur. La Tunisie à l’avantage d’être multiculturelle : nous sommes à la fois maghrébins, arabo-musulmans, francophones et africains. Avec Bourguiba, l’émancipation de la femme a beaucoup aidé à avoir un foyer moderne. Si on n’arrive pas à préserver ces atouts, on effectuera une marche en arrière terrible. Si on ne renverse pas cette descente vers l’enfer, que va-t-on faire des centaines de milliers de diplômés qui sont au chômage, qui attendent un boulot depuis cinq-six ans ? L’immigration clandestine ? Le djihadisme ou l’extrémisme religieux, puisque certains de ces jeunes sont recrutés dans les mosquées ? Ou alors on offre une main-d’œuvre aux barons du marché parallèle. S’ils peuvent gagner deux sous en faisant un aller-retour en Algérie ou en Libye pour ramener de la marchandise de contrebande, gagner de quoi payer son café, ses cigarettes, son jean, ils le feront. On est en train de donner un message à la prochaine génération qui est : diplôme ou pas, y a pas de boulot.

Beaucoup de diplômés au chômage disent ne vouloir travailler que dans l’administration.

Parce que l’administration, c’est la sécurité de l’emploi. C’est beaucoup de flexibilité à ne rien foutre et ils peuvent faire deux ou trois autres activités en parallèle. Souvent, vous visitez des bureaux de fonctionnaires où vous trouvez la veste, un café de trois jours, un bout de cigarette comme s’ils venaient de quitter le lieu. Ils peuvent ne pas y mettre les pieds pendant quatre-cinq jours. Je connais des fonctionnaires qui n’ont pas pris un jour de congé depuis vingt ans, même pas un arrêt maladie. Mais, à chaque fois que vous les appelez, ils sont absents. Vous les retrouvez à la fin de leur carrière : s’ils partent à la retraite en 2018, ils doivent quitter leur poste en juin 2017 afin d’apurer leurs 360 jours de congé… Dans la fonction publique, que l’on travaille où que l’on ne travaille pas, on est traité de la même façon.

Quel est le rôle du syndicat UGTT au sein de ce tableau ?

La plus grande menace pour l’économie tunisienne, c’est le mélange entre la politique et la revendication des droits sociaux des travailleurs. On voit de plus en plus que l’UGTT est devenue un vrai parti politique. Et nous, entreprises, on paye les pots cassés. Sous le mandat d’Houcine Abassi, le précédent secrétaire général de l’UGTT, à chaque pas, c’était un bras de fer entre le syndicat et le gouvernement. Et ça retombait sur la tête du privé. C’est le secteur privé qui fournit des emplois, pas la fonction publique. Accepter en continu des augmentations depuis 2011 de 8 à 12 % c’est de la folie. D’autant que le rendement a baissé de 30 à 40 %. Augmenter sans cesse, ne pas exiger un rendement en contrepartie, s’opposer à toute sanction, c’est impossible. Beaucoup de sociétés sont en difficulté financière à la suite des multiples grèves de 2012 et 2013, parfois sans justification. Où l’UGTT est-elle quand une société ferme ?

Les professionnels du textile tirent la sonnette d’alarme.

Parce qu’on veut leur imposer une augmentation unilatérale de 12 % des salaires. Le secteur est K.-O. En 2005, le textile employait 600 000 personnes. En 2010, 200 000. Au profit de la Chine principalement. Aujourd’hui, les Turcs entrent dans ces marchés-là, dans le prêt-à-porter. Beaucoup de sociétés tunisiennes, dans le domaine du jean, des pulls, tout ce qui est simple, un travail de masse, souffrent.

Le Maroc pratique-t-il le dumping ?

Oui. Il se protège, donc il pratique le dumping pour mettre hors du coup tout concurrent potentiel. Nous sommes un petit marché. Dix millions de consommateurs contre quarante pour le Maroc. Pour produire, pour atteindre des tailles stratégiques sur leur propre marché, l’Égypte ou le Maroc ont un énorme avantage sur nous.

Tunisair connaît de gros problèmes ces temps-ci…

Elle en est consciente. Les syndicats sont tout sauf patriotes en laissant des étrangers dans des aéroports pendant des heures et des heures, ils savent que les conséquences sont graves. Tunisair, c’est 8 500 employés et elle a perdu 500 millions de dinars en 2016. Elle prépare un plan d’assainissement avec 1 000 départs volontaires et 2 000 à négocier. Dans une société étatique, on ne peut pas faire de licenciement abusif. Ce sont tous des fonctionnaires à la fin de la journée. Au total, ce sera 3 000 départs.

Souhaitez-vous vous lancer en politique pour mettre en œuvre vos propositions ?

Non. Je veux contribuer au débat en tant qu’homme d’affaires, par le biais de la société civile, mais pas au sein d’un parti politique. Si vous entrez dans la politique, vous êtes obligé d’être un médiocre, un hypocrite, et de parler le langage pour obtenir votre objectif. Je ne suis pas prêt à sacrifier mes principes. Tant qu’on est à l’extérieur du système, on peut critiquer, on peut suggérer, sans se demander « que va-t-on dire de moi ? », « Est-ce que je vais gagner les prochaines élections ? ». Là, avec vous, je peux parler franchement.

Source : Le Point Afrique

Expresso – Bassem Loukil président Tunisia – Africa Business Council

Expresso – Bassem Loukil président Tunisia – Africa Business Council

Une matinale au goût d’actualité et à la tonalité fraîche. Avec Wassim Ben Larbi, vous ne raterez rien des événements majeurs. Sujets politiques, économiques et sociaux, à l’antenne, les bons interlocuteurs s’invitent!

Source : radioexpressfm

Rencontre avec le ministre des Télécommunications de la Guinée Conakry

Rencontre avec le ministre des Télécommunications de la Guinée Conakry

Discussion sur les métiers de l’avenir et les progrès à faire en Afrique dans le domaine des TIC ainsi que sur la possibilité d’établir des passerelles intra-africaines pour réduire des communications sur le continent, avec Monsieur Moustapha Mamy Diaby, ministre des postes, des télécommunications et de l’économie numérique en Guinée Conakry.

Bassem Loukil en direct de Conakry

Bassem Loukil en direct de Conakry, pour le forum économique du TABC

Source : Radio Diwen Fm

L’avenir, c’est l’Afrique, pour l’Afrique

L’avenir, c’est l’Afrique, pour l’Afrique

Par Bassem Loukil, président du TABC – L’Afrique est une. Il n’existe pas une Afrique dite noire et l’autre qui serait blanche. Une Afrique du Nord et l’autre subsaharienne. Une Afrique musulmane et une Afrique chrétienne. Une Afrique anglophone ou francophone. L’Afrique est une. Et notre plus grand malheur a été que certains d’entre nous ont eu la naïveté d’adopter et d’assimiler des catégories artificielles inventées de toute pièce, par des négociants, des mercenaires et des missionnaires pour mieux nous affaiblir, nous exploiter et nous dominer.

Les artifices sont pratiques pour ceux qui les inventent. Mais ils ont cela de bon qu’ils finissent toujours par se détruire par eux-mêmes, et pour moi, c’est à ce niveau qu’on doit chercher la signification de ce vol inaugural Tunis-Conakry qui a fait que nous sommes tous réunis aujourd’hui.

Les lignes aériennes, la diplomatie, les forums économiques, les accords bilatéraux, les conventions entre pays et les marchés ne sont pas des artifices, mais des moyens nécessaires pour bâtir une relation solide entre pays, entre nations. C’est ce message que nous souhaitons véhiculer par l’intermédiaire de cette mission, renforcée par la présence de hauts dignitaires Tunisiens, M. Anis Ghedira, ministre du transport et M. Zied Laadhari, ministre de l’industrie et du commerce.

Notre délégation compte plus de 50 hommes d’affaires ayant traversé une partie de notre continent pour prendre contact et établir des relations durables avec leurs homologues Guinéens. Je suis convaincu que ce séjour sera une réelle réussite, et le forum d’aujourd’hui en sera un jalon important.

C’est dans cet esprit que nous sommes réunis aujourd’hui et c’est avec cette philosophie qu’a été lancé le Tunisia Africa Business Council, qui je le rappelle a été institué en 2015, et qui est une ONG qui aspire à devenir une passerelle entre la Tunisie et le reste du continent africain en fournissant des informations et conseils aux entreprises et groupes tunisiens désireux d’investir en Afrique tout en les accompagnant tout au long de ce processus, comme nous le faisons actuellement chez vous où nous découvrons ce pays magnifique qu’est la Guinée et côtoyons son peuple chaleureux.

Les femmes et les hommes africains ont toujours été des gens libres, pacifiques, honnêtes et fraternels. La liberté, la paix, l’honnêteté et la fraternité sont les plus belles qualités de l’humanité et aussi le socle le plus solide pour construire des relations pérennes et de partenariats où toutes les parties trouvent leur compte.

Guinéens et Tunisiens nous serons plus que des partenaires. Nos relations fraternelles ne datent pas d’aujourd’hui. La Guinée et la Tunisie modernes sont, en partie, l’œuvre de deux leaders visionnaires : Ahmed Sékou Touré et Habib Bourguiba. Deux grands hommes qui ont su avant tous les autres que l’avenir est en Afrique et qui ont œuvré avec l’énergie et la volonté infaillible qui les caractérisent à bâtir une union africaine forte qui synthétise politiquement et diplomatiquement notre communauté de destin. C’est ce chemin tracé par leurs prédécesseurs que suivent aujourd’hui M. Alpha Condé et M. Béji Caid Essebssi, en soutenant ce genre de missions qui rapprochent nos deux peuples, nos deux nations connues par leur poids géographique et historique sur le continent : La Tunisie qui a donné son nom au continent, et la Guinée, le château d’eau de l’Afrique de l’Ouest, d’où partent de nombreux fleuves tel que le Niger, le Sénégal, la Gambie pour arroser tous les pays voisins.

Les bouleversements internationaux nous ont séparés un moment. Faisons-en sorte de revenir aux valeurs fondatrices de nos pères pour qui amitié et fidélité priment sur tout. Et gageons aujourd’hui que nos retrouvailles fondent une nouvelle vision du monde et de coopération entre les nations.

L’Homme africain est éternel. Je le redis encore en précisant que je n’y vois aucun crédo suprématiste. Car toutes les femmes et les hommes de la Terre sont en partie Africains. Je le répète en rappelant que cela doit nous pousser à prendre une plus grande responsabilité dans la conduite des affaires du monde plutôt que de nous laisser aller au piège de l’orgueil.

Voyons grand. Réinventons la manière de considérer les relations et la coopération internationales, soyons les principaux acteurs pour une meilleure coopération Sud-Sud favorisant le développement durable et la prospérité partagée en faveur des populations Africaines.

Construisons un monde en paix, plus libre, plus honnête, plus fraternel…

Discours prononcé le mardi 28 mars 2017, à Conakry, lors de l’ouverture du Forum économique tuniso-guinéen

Bassem Loukil : « La Tunisie est accablée par l’administration et la mafia »

ENTRETIEN. Commerce parallèle, immobilisme, politique africaine… Le patron de Loukil reproche au gouvernement actuel son laxisme. Il répond au Point Afrique
PROPOS RECUEILLIS PAR NOTRE CORRESPONDANT À TUNIS, BENOÎT DELMAS

Il est une voix qui porte. Il n’élude pas les sujets qui fâchent, ne louvoie, dit son sentiment aux plus hautes autorités de l’État. Il, c’est Bassem Loukil. Il préside, avec son frère, le groupe Loukil, fondé par son père dans les années 70. Groupe qui emploie aujourd’hui plus de 4 500 salariés à travers une trentaine de sociétés réparties en Tunisie, au Moyen-Orient et en Afrique subsaharienne. Agriculture, communication, automobile, immobilier… le groupe Loukil représente également en Tunisie les marques Citroën, Mazda ou Samsung. Ce quinqua, à l’autorité naturelle, tient un discours très virulent à l’égard des gouvernements qui se succèdent depuis la révolution de 2011. Au premier étage d’un immeuble siglé Loukil, au cœur de Tunis, cet entrepreneur enrage du retard pris par les réformes, du succès croissant de la corruption et du manque de stratégie africaine de l’État. Avec des patrons et des personnalités tunisiennes, il préside la TABC (Tunisia Africa Business Council) qui a pour objectif de mener un travail d’africanisation au sein du monde politique et économique tunisien.

Le Point Afrique : quelle est votre perception de la situation économique ?

Bassem Loukil : il y a une certaine morosité qui dure depuis 2011 avec des hauts, des bas, des espoirs suscités par les changements de gouvernement. Malheureusement, la reprise se fait attendre. Parce que la restructuration de l’économie tunisienne n’a pas encore été mise en place. Depuis 2011, on entend parler des quatre/cinq priorités génériques que nous ne voyons pas venir. Nous sommes accablés par une administration qui résiste au changement, à la libéralisation de l’économie. De l’autre côté, nous avons la mafia du marché parallèle qui résiste aux réformes douanières, fiscales…

Une administration héritée de la France…

Oui. Mais entre-temps les choses ont évolué chez vous par le gouvernement, par certains allègements des formalités alors que nous, on ne fait qu’en rajouter. Vous avez aujourd’hui des fonctionnaires de l’État qui s’amusent – dans le vrai sens du mot – à multiplier les documents, les autorisations, les étapes pour obtenir ces autorisations. Dans le seul but de justifier les 860 000 emplois de la fonction publique. Si l’État était une entreprise, il serait en faillite. À chaque fois qu’un nouveau gouvernement se met en place, on entend toujours les mêmes promesses. Il y a de la volonté, mais pas assez pour vaincre et dépasser le blocage de l’administration. On a eu une révolution populaire en 2011, aujourd’hui il y a l’absolue nécessité d’une révolution administrative. On ne peut pas changer cette administration-là, c’est foutu. Il faut préparer la prochaine.

Qui bloque cette réforme ?

Elle ne peut pas être effectuée par des gens venus de l’extérieur. Ils mettront six mois, un an pour comprendre ce qui se passe en son sein. Et un nouveau gouvernement arrivera au moment où ils commenceront à comprendre les rouages de notre administration. Je peux vous confirmer que 70 à 80 % des ministres qui ont occupé des postes depuis 2011 ne sont venus que pour une seule chose : avoir le titre de « ex-ministre » sur leur carte de visite. Ils savent pertinemment lors de leur prise de fonction qu’ils vont sortir dans douze mois maximum. Certains d’entre eux provoquent même leurs départs, car un boulot les attend. Au maximum, 20 % des ministres qui ont occupé des postes dans les sept gouvernements qui se sont succédé depuis 2011 étaient patriotes. Les autres sont venus pour se faire connaître, gagner de la popularité, constituer des partis, devenir des stars de la télé en venant sur les plateaux… Ces gens-là n’ont aucun intérêt à se confronter avec l’administration. Et ils se méfient des compétences.

Dans votre emploi de temps de chef d’entreprise, combien de temps devez-vous consacrer à l’administration ?

Quarante pour cent. Il n’y a pas une formalité administrative en Tunisie qui ne se fait sans intervention. Pour conclure un marché, faire aboutir une demande, c’est trois, quatre relances, des contacts, des réunions qui prennent des heures, réunions dans lesquelles on nous donne des leçons. Il y a quelques administrations où la corruption est devenue la norme. C’est normal. On nous demande des bakchichs. Ça peut se faire dans l’heure si on donne, sinon ça prendra une semaine…

Et la justice ?

Auparavant, c’était la dictature. Les gens craignaient les représailles. On appliquait la loi à 90 % de la population, les 10 % restants y échappant. Aujourd’hui, il n’y a pas vraiment un État fort et donc pas une application de la justice au vrai sens du mot. La corruption aujourd’hui est pratiquée dans quasiment toute l’administration. Quand vous voyez au Lac 2 [zone de bureaux et d’ambassades au nord de Tunis, NDLR], des transactions parallèles s’effectuer en plein jour, devant tout le monde, des échanges de dinars contre devises, des transactions de terrains, et qu’il n’y a pas de poursuites fiscales contre ces mafieux, quel genre d’exemple donnez-vous au reste de la population ?

Qui a peur du marché parallèle ?

Une grande partie des partis politiques est financée par le marché parallèle. Chacun doit quelque chose à quelqu’un. Une attaque directe engendrerait des représailles, des scandales, une guerre entre les partis, dans les médias. À chaque fois qu’on arrête un des barons du marché parallèle, il y a une région qui rentre en émeutes. Grâce à l’argent sale, les gens sont motivés, on leur donne de l’argent pour descendre dans la rue, défier l’État.

Comment calculer le poids de la contrebande ?

En matière d’importation de véhicules d’occasion, le marché parallèle prend le dessus. Vous avez entre 25 et 28 000 véhicules qui entrent chaque année par ce biais. Ils viennent d’Europe, d’Italie. Ils arrivent à La Goulette. La Tunisie doit consommer 400 000 climatiseurs par an. Importation officielle : 170 000. D’où viennent les 230 000 restants ? Ça représente 60 % du marché ! En téléphonie mobile, l’importation officielle est de l’ordre de 1,6 million de portables. Alors que l’activation totale des trois opérateurs dépasse les 3 millions… Les exemples sont multiples. On a de quoi quantifier. Quand on compare ce qui est officiellement importé et ce qui devrait être réellement fait, les ventes qui devraient être réalisées sur le marché, on est à 55/60 % au profit du marché parallèle.

Qu’attend l’administration fiscale pour agir ?

Chaque fois qu’il y a un déficit budgétaire, l’État ne sait faire qu’une chose : intensifier les contrôles. Ils le font sur qui ? Sur ceux qui le déclarent : le secteur formel. L’informel n’est pas concerné… Depuis 2011, chaque société a dû subir trois à quatre contrôles fiscaux. À chaque dérapage du budget de l’État, allez on relance, personne morale, personne physique. J’en suis à mon quatrième contrôle fiscal à titre personnel en six ans. C’est général. Chaque homme d’affaires subit la même chose. On multiplie aussi les contrôles CNSS [Caisse nationale de Sécurité sociale, NDLR]. Contrôles qui ne concernent que ceux qui déclarent. Pas ceux qui travaillent au noir. On vous emmerde tout le temps avec les contrôles fiscaux, on vous emmerde tous les 6/9 mois avec les contrôles CNSS, on vous emmerde au niveau de l’importation, car on ne fait que compliquer les spécifications, les étapes à franchir pour importer, ce qui donne encore plus d’avantages au marché parallèle. Tout est orchestré pour avantager le marché parallèle. On le dit ouvertement, à chaque réunion avec l’administration, avec les responsables du gouvernement. Je leur dis la même chose. Vous faites tout pour décourager l’investissement. Vous faites tout pour décourager l’importation alors que les recettes de l’État proviennent, entre autres, des impôts et des droits de douane que vous prélevez sur les importations officielles. Vous ne prélevez rien sur ce qui est importé en parallèle ou en contrefaçon. Qu’attendez-vous pour bloquer tout ça ? « Ah, nous sommes en train de travailler sur un plan… »

L’ancien ministre des Finances Slim Chaker évoquait en 2015 une loi « guillotine » pour simplifier les textes administratifs…

C’est le pire des ministres des Finances que la Tunisie ait pu avoir. Il nous a fait travailler, nous chefs d’entreprises, pendant six mois, chaque samedi, pour proposer des réformes. Et cela a été jeté à la poubelle. Aucune des suggestions, aucune des recommandations de ce groupe de travail n’ont été présentées au Parlement dans le cadre des réformes fiscales de 2015. Son prétexte ? Que le chef du gouvernement, qui était alors Habib Essid, lui ait dit : « Ce n’est pas le moment. » Quand votre chef vous dit que ce n’est pas le moment, vous sortez, vous faites une déclaration comme cela vous avez le cœur net vis-à-vis de vos électeurs et du FMI. Sinon, vous êtes un lâche. Nous, en tant que privé, on connaît tous les barons de la contrebande. La brigade économique les connaît un par un. Les services de la Douane aussi. Tout le monde connaît tout le monde. Il suffit de donner le feu vert…

Qui peut donner ce feu vert pour poursuivre les barons de la mafia dont vous parlez ?

Une main de fer. Quelqu’un qui n’a jamais mis la main dans la poche de ces gens-là, seul critère pour pouvoir les regarder les yeux dans les yeux et leur dire : « Je vous attaque. » Pour cela, il faut une équipe. Il faut réformer pour que nous, en tant que secteur formel, on puisse travailler. Il faut donner la main à la justice, à l’administration fiscale, aux brigades anti-drogue, anti-blanchiment d’argent… pour attaquer ces gens-là. Cette morosité économique est tributaire des réformes et des messages positifs clés que doit lancer le gouvernement (on s’engage, on lance les investissements, on va privilégier le secteur formel).

Percevez-vous une volonté gouvernementale ?

Il y a de la volonté au niveau du chef du gouvernement. Je ne suis pas sûr que cette volonté soit partagée par l’ensemble de son équipe gouvernementale. Vous avez une équipe hétérogène, plusieurs partis politiques représentés, il y a de l’incompétence dans cette équipe, mais la coalition impose cette équipe. Il faudrait une équipe restreinte, choc, apolitique qui entoure le chef du gouvernement. Pas des technocrates, je n’aime pas trop ce mot, mais des gens pragmatiques qui ne pensent pas qu’à leur carrière politique, mais qui pensent au pays, qui sont là pour faire un travail qui va donner ses fruits dans cinq ans, dans sept ans… Le peuple leur en sera reconnaissant sans pour autant passer par les partis. Sans cela, on ne pourra pas le faire. On ne peut pas attendre les élections de 2019. Quelque chose doit changer, on doit choquer l’opinion pour faire bouger les choses.

Source : Le Point Afrique

Rencontre avec Monsieur Jean Christophe Quémard et Monsieur le ministre de l’industrie et du commerce

Rencontre avec Monsieur Jean Christophe Quémard, vice président de PSA et Monsieur le ministre de l’industrie et du commerce.

مكتب الإعلام/ 22-03-2017 / وزير الصناعة والتجارة يستقبل نائب رئيس #مجمع_بيجو_ستروان بإفريقيا والشرق الأوسط.

استقبل وزير الصناعة والتجارة السيد #زياد_العذاري السيد جون كريستوف كيمار (Jean Christophe Quémard) نائب رئيس مجمع بيجو- ستروان بإفريقيا والشرق الأوسط (PSA)المتخصصة في قطاع صناعة السيارات في إطار التباحث حول آفاق التعاون والشراكة بين الوزارة والمجمع للنهوض بقطاع صناعة السيارات بتونس واستقطاب كبار المستثمرين في هذا المجال وذلك مساء اليوم بمقر الوزارة.
وأكد السيد زياد العذاري ،خلال هذا اللقاء، على أن تونس تراهن على أن تصبح قطبا صناعيا في مجال صناعة مكونات السيارات في شمال إفريقيا وأن حكومة الوحدة الوطنية حريصة على تطوير هذا القطاع و تقديم المساندة و الإحاطة الضرورية لمختلف المستثمرين لتشجعيهم على بعث مشاريع جديدة في مختلف القطاعات.

Le groupe Loukil annonce le lancement d’UNIONAIRE en Tunisie

Le groupe Loukil annonce la création d’une usine de fabrication d’électroménagers UNIONAIRE en Tunisie

Le projet de création d’une unité industrielle de fabrication et de montage d’appareils électroménagers sous la marque UNIONAIRE à la zone industrielle Bouficha (Enfidha, gouvernorat de Sousse) a été annoncé ce jeudi 16 mars 2017.

2

Il s’agit d’un partenariat tuniso-égyptien entre le groupe Loukil et UNIONAIRE Group, pour la création d’une usine qui s’étendra sur 45.000 m2 (bâtiments de production, sous forme de chaîne de fabrication, de montage et de logistique) et emploiera pour son lancement environ 200 personnes. UNIONAIRE Tunisie, société fruit de cette association a été déjà constituée à parts égales entre les deux associés et pour un capital social de 5 millions de dinars (MD).
Le début de production est prévu pour fin 2017, pour une capacité de 100.000 produits au démarrage. On s’attend à ce que la production passe à 500.000 pièces en 5 ans avec la création de 400 emplois directs et 600 emplois indirects au bout des 3 premières années. Les deux partenaires tablent sur un chiffre d’affaires de 50 MD en 2018.
Cette usine se veut une plateforme pour la conquête des marchés africains, et à leur tête, la Libye. Elle vise en particulier les pays de l’Afrique du Nord, de l’Ouest et francophone. Ainsi, 80% de sa capacité de production sera destinée à l’export. Le groupe Loukil mise sur un taux d’intégration de plus de 70% et donc un certificat d’origine Tunisie qui facilitera l’export vers ces pays. Un prix compétitif, une qualité reconnue mondialement, avec une rationalisation des coûts et le raccourcissement des délais de livraison, faciliteront cette conquête.

Plus qu’une simple usine de montage, cette unité de fabrication ce veut un moyen de transfert technologique, avec un réel apport en valeur ajoutée. Elle recevra une assistance technique et des équipements de production. Elle comptera sur un sourcing tunisien (sous-traitants tunisiens) et des compétences tunisiennes (30% de taux d’encadrement). Des formateurs égyptiens viendront pour transférer leur savoir-faire.
Une panoplie complète de d’appareils électroménagers aux normes internationales sera fabriquée par les lignes tunisiennes (graduellement) : cuisinières à gaz, TV LCD et LED (curved, smart, etc.), machines à laver, climatiseurs Jet Cool et Inverter C/F, réfrigérateurs, congélateurs, chauffe-eaux et petits appareils électroménagers (ventilateurs, aspirateurs, fers à repasser, etc.) … .

4

3

Une cérémonie a été organisée pour célébrer cette importante annonce, en présence notamment du PDG du groupe Loukil Bassem Loukil, du PDG du groupe UNIONAIRE, Mohamed Fathy, du PDG de UNIONAIRE Tunisie, Walid Loukil.

Interrogé par les médias sur l’apport que peut faire le gouvernement à un tel projet, Bassem Loukil a appelé à ce que les investisseurs tunisiens et arabes soient traités comme tous les autres investisseurs et que leurs projets aient droit aux mêmes avantages. Il a également profité de cette occasion pour appeler à la mise en place d’une stratégie pour soutenir les exportations tunisiennes, comme le font des pays comme la Turquie et la Chine, qui non seulement protègent leurs industries mais les subventionnent pour qu’elles puissent conquérir des marchés à l’international.

5

UNIONAIRE est une marque d’origine américaine qui a été rachetée à 100% par Mohamed FATHY pour l’implanter en Egypte en 1995 et être aujourd’hui un leader dans la fabrication de climatiseurs et autres appareils électroménagers dans la zone MOA (Moyen-Orient/Afrique). Aujourd’hui, le groupe compte 17 usines (dont 12 en Egypte et 5 en zone MENA & Canada) et plus de 6 mille employés.
UNIONAIRE Group exporte directement ses produits vers plus de 61 pays à travers le monde, dont l’Arabie Saoudite, l’Iraq, la Jordanie, la France, la Turquie, le Liban, l’Allemagne, le Canada, Les Emirats, l’Australie…

Source : Business News

Dîner offert par le bureau régional de TABC Sfax

Medibat: Dîner offert par le bureau régional de #TABC Sfax, en l’honneur de la délégation de l’Afrique Subsaharienne.

Dîner offert par le bureau régional #TABC Sfax en l’honneur de la délégation de l’Afrique Subsaharienne, conduite par le ministre Camerounais de l’habitat et l’urbanisme, en marge du MEDIBAT.

17103244_757759081067881_8211036988196157361_n

17155244_757757721068017_7372456976772119171_n

17190446_757758314401291_4933550287215820741_n

17190984_757759454401177_982325004760997306_n

17191138_757759224401200_7629101051564181799_n

17191432_757758717734584_3600241754306302043_n

17191537_757759367734519_6233951726561745465_n

17201165_757759761067813_3765089405609547245_n

17201324_757759601067829_6818142721314166869_n

17264162_757758947734561_2183783470169766120_n

TUNISAIR et le TABC partent à la conquête de l’Afrique

TUNISAIR et le TABC partent à la conquête de l’Afrique

La compagnie nationale TUNISAIR et le Tunisia Africa Business Council (TABC) viennent de signer ce mardi 7 Mars 2017, une convention de partenariat. La cérémonie de signature de cette convention s’est déroulée au siège de la compagnie et l’accord a été paraphé par le PDG de TUNISAIR Elyes Mnakbi et le président du TABC Bassem Loukil.

Lors de cet événement, le PDG de TUNISAIR s’est félicité de cet accord et a souligné l’engagement de la compagnie nationale à continuer à œuvrer au rapprochement de la Tunisie avec l’Afrique, notamment Subsaharienne.

Pour ce faire, il a annoncé que TUNISAIR, dont le réseau africain actuel compte 10 villes, compte lancer plusieurs nouvelles dessertes afin de développer son trafic de connexion via son hub de Tunis.

Ainsi, à partir du 27 mars courant, la compagnie lancera son premier vol Tunis-Conakry avec une fréquence de deux vols hebdomadaires vers la capitale guinéenne. Par ailleurs, la ligne à destination de Cotonou (Bénin) sera lancée avant la fin de l’année en cours.

Cette liaison s’opérera sur une fréquence de deux vols par semaine via Abidjan (Côte d’Ivoire). Tunisair reliera également Tunis à Douala et N’Djamena grâce à un vol combiné à raison de 2 fréquences par semaine, et ce, dès l’été 2018. De même, et à partir de l’été 2019, Tunisair mettra le cap sur Libreville, capitale du Gabon, qui sera desservie à raison de 2 vols par semaine.

Outre ces nouveautés, la compagnie aérienne tunisienne compte renforcer certaines de ses liaisons phares en Afrique subsaharienne. Ainsi, la liaison Tunis-Abidjan sera désormais consolidée avec un vol quotidien durant l’été 2017.

Quant à la capitale sénégalaise, elle sera reliée à Tunis par 6 vols par semaine au lieu de 4 actuellement. A la fin de cette année, la compagnie pourra se prévaloir de desservir 13 destinations africaines à raison de 62 liaisons hebdomadaires. Ces liaisons ouvrent plus de 224 possibilités de connexions à son réseau au départ de Tunis, en faveur de sa clientèle.

Le président de TABC, Bassem Loukil, s’est félicité du renforcement du réseau africain de Tunisiar et a précisé que ces vols représentent une ouverture économique de la Tunisie vers le continent qui constitue pour elle le marché de l’avenir.

Il a ajouté que les opérateurs économiques compteront sur ces vols directs pour activer des stratégies ciblant le marché africain et dynamiser certains secteurs dans lesquels la Tunisie dispose d’une grande expérience et d’un savoir-faire couvrant les domaines de la santé, l’enseignement supérieur, les technologies de l’information, le tourisme et l’IME.

Il a ajouté qu’à travers ce partenariat, le TABC accompagnera le déploiement de TUNISAIR en Afrique, et programmera plusieurs actions, (missions, colloques, …) pour créer un flux important de voyageurs, participant ainsi à la rentabilité des destinations africaines de notre compagnie nationale.

Source: espacemanager

Une ligne directe «Tunis–guinée Conakry »

Lancement d’une ligne directe «Tunis–guinée Conakry » le 27 mars 2017

L’afrique demeure convoitée pour ses ressources (biodiversité, forêt, hydrocarbures, mines) et pour son marché de 900 millions de personnes actuellement et doit atteindre 2 milliards d’individus en 2050. Ce continent a tous les atouts pour se développer et promouvoir des partenariats économiques entre ses pays. La Tunisie doit rechercher de nouveaux débouchés pour exporter ses biens, ses services et son capital humain. Elle souhaite élargir son influence économique dans une demidouzaine de pays, au Sahel (Niger, Mali, Mauritanie), mais aussi au Burkina, au Cameroun ou au Sénégal et en Guinée. C’est dans ce cadre que le Président directeur général de Tunisair, Ilyes Mnakbi et le Directeur général adjoint commercial, Ali Miaoui, ont reçu hier matin au siège de la compagnie, une délégation de Tunisia Africa Business Council (TABC) le Conseil d’affaires Tunisie-afrique composée de. Bassem Loukil. Kamel Kamoun et Anis Jaziri. Le président de TABC a félicité le PDG de Tunisair pour le lancement de la ligne directe « Tunis–guinée Conakry », prévue le 27 Mars prochain, et il a exprimé l’engagement de TABC de faire réussir ce lancement à travers une mission de prospection multisectorielle du 27 au 30 Mars, pour mettre les jalons d’un flux d’hommes d’affaires entre la Tunisie et la Guinée, permettant à Tunis air de rentabiliser cette nouvelle destination. La vision de Tunisair en Afrique et les nouvelles destinations qu’elle va desservir ont été au coeur des discussions. Le secrétaire général de TABC, M. Anis Jaziri, a insisté sur le fait que Tunisair doit être au coeur de la stratégie globale de la Tunisie pour réussir notre positionnement en Afrique subsaharienne, l’ouverture de nouvelle ligne en Afrique est fondamentale pour développer les échanges, le commerce, le flux des étudiants et l’évacuation sanitaire vers la Tunisie.

Miser sur le tourisme de santé

Le tourisme médical se développe en Tunisie. Il attire plusieurs patients provenant des pays développés, qui recherchent des soins de qualité à moindre coût, tout comme ceux originaires des pays émergents (Maghreb et Afrique).la Tunisie compte 80 mille patients et se prépare à devenir un pôle de tourisme médical mondial. Elle a tous les atouts pour développer le tourisme médical. La création de cliniques off shore , l’exonération de TVA sur les soins des étrangers , le développement de l’infrastructure médicale et hôtelière, la technicité et le savoir-faire médical de très haut niveau, les tarifs très compétitifs, la transparence de la réglementation de la pratique médicale et la proximité de l’europe constituent de bons arguments pour drainer plus de touristes pour les soins en Tunis. Les professionnels de la santé parviennent à s’imposer dans tous les domaines où ils ont trouvé des accès. Ainsi, les africains, sont rentrés satisfaits après avoir subi des interventions en chirurgie esthétique en Tunisie. Les « mains » tunisiennes leur ont donné satisfaction et leurs concitoyens continuent d’affluer. De même pour les médicaments génériques tunisiens qui ont réussi à enlever des marchés publics en Afrique Occidentale. Tout comme l’évacuation médicale sur la Tunisie, à partir de la Libye, du Mali, du Burkinafaso, de la Côte d’ivoire et de la Mauritanie, qui continue à porter ses fruits. Le prix représente aux yeux de tous les africains la première motivation des patients . En effet, les coûts des interventions sont de 30 à 50% moins chers qu’en Europe . La Tunisie est la destination la plus prisée, c’est celle du « low cost » et celle des pourvoyeurs des moindres charges. Destination phare, elle accueille de plus en plus de patients africains .Au coeur de ce succès, la proximité et la langue mais surtout un cout de la main d’oeuvre clairement moindre qu’en France. Le coût d’une opération à coeur ouvert est réduit de moitié : 2500 euros (4500 dinars) en Tunisie contre 5500 euros (10000 dinars) en France. Un lifting cervico-facial coûte 3200 euros (5750 dinars) contre plus de 5000 euros (9000 dinars) en France. Pour leur part, les prothèses dentaires et la chirurgie ophtalmologique sont jusqu’à 70% moins chers qu’en Europe. Le forfait des opérations de chirurgie esthétique en Tunisie (transport par avion, l’hébergement dans un hôtel, le coût de l’opération) est réduit de 30 à 50% par rapport aux couts pratiqués en France (frais de transport et hébergement non compris). C’est dire l’importance du tourisme médical pour la Tunisie .C’est dans ce cadre que s’inscrit le colloque internationale sur la santé, que TABC va organiser en mai prochain à Sfax, dont l’un des objectifs est de dynamiser l’aéroport de Sfax et booster l’évacuation sanitaire à partir des pays africains vers les cliniques de la région. La compagnie nationale Tunisair est fin prête pour accompagner nos entreprises en Afrique subsaharienne et d’encourager les hommes d’affaires à se développer plus sur les marchés de l’afrique. Un accord de partenariat sera signé incessamment entre Tunisair et TABC pour accompagner le déploiement de Tunisair en Afrique.

Source : pressreader

Mission multisectorielle en Guinée

Mission multisectorielle en Guinée à l’occasion du vol inaugural de Tunisair vers Conakry

Après le report de la mission de prospection multisectorielle en Guinée Conakry, qui était prévue au début du mois de février, le Tunisia Africa Business Council, a décidé de l’organiser du 27 au 30 Mars 2017.

Cette mission aura finalement lieu à l’occasion du vol inaugural de la compagnie nationale Tunisiar de sa nouvelle ligne Tunis-Conakry.

L’organisation de cette mission a été dans ce cadre au menu de la rencontre qui a regroupé ce mardi 21 février, une délégation de la TABC composée de son président Bassem Loukil, de son SG Anis Jaziri et du président de son bureau à Sfax Kamel Kamoun avec le PDG de Tunisair Ilyes Mnakbi et du directeur adjoint du service commercial de la compagnie Ali Miaoui.

Outre l’organisation de cette mission, cette rencontre a abouti à la conclusion d’un accord de partenariat qui sera signé incessamment entre Tunisair et TABC pour accompagner et renforcer le déploiement de notre compagnie nationale en Afrique.

Le TABC vient dans ce cadre d’ouvrir les inscriptions aux hommes affaires intéressés de participer à cette mission en Guinée et qui seront répartis entre plusieurs secteurs à savoir : l’industrie électrique, l’agro-alimentaire, Infrastructure et BTP, l’industrie mécanique et métallurgique, la santé, la télécommunication, les TIC, le commerce international, l’environnement, le conseil et la formation ainsi que les matériaux de construction.

Le programme de cette manifestation organisé en collaboration avec Tunisair comportera des rencontres de très hauts niveaux avec les ministres et les cadres supérieurs de l’administration Guinéenne, ainsi que les hommes d’affaires locaux.

Il comportera des rencontres de Networking bien ciblées, ainsi que des visites d’entreprises.

Une journée économique sera aussi organisée en marge de cette importante mission qui aura pour objectif de renforcer d’avantage la coopération économique entre la Tunisie et le continent africain et promouvoir des relations fructueuses entre les investisseurs tunisiens et leurs homologues africains.

Source : espacemanager

Félicitations au nouvel ambassadeur de la Tunisie au Burkina Faso

Félicitations au nouvel ambassadeur de la Tunisie au Burkina Faso, Monsieur Mohamed Kahloun

M. Bassem Loukil, président #TABC, a reçu le nouvel ambassadeur de la Tunisie au Burkina Faso, son Excellence M. Mohamed Kahloun.
M. Loukil a félicité M. Kahloun pour cette nomination dans un pays en plein essort économique et transition démocratique. La dernière mission de TABC et le suivi des opportunités au Burkina ont fait l’objet de discussions, ainsi que l’éventuel mission du chef du gouvernement au Burkina.
Le président de TABC a exprimé le soutien total de notre organisation à l’effort de notre diplomatie économique pour ouvrir de nouveaux horizons à nos opérateurs économiques.

Rencontre avec Monsieur Farg YAHYA

Rencontre avec Monsieur Farg YAHYA, représentant de la BMCE Bank of Africa

Rencontre du président TABC, M. Bassem Loukil, avec M. Farg YAHYA, représentant de la BMCE Bank of Africa.
M. Farg a exposé les possibilités de coopérations avec TABC et surtout l’accompagnement de nos adhérents pour financer leurs opérations d’investissements ou commerces en Afrique. Un protocole de coopération sera signé incessamment et un Workshop sera organisé pour présenter les mécanismes d’accompagnement de la BMCE..

Le méga rendez-vous africain de Tunis

Bassem Loukil évoque le méga rendez-vous africain de Tunis

Bassem Loukil, patron du Groupe Loukil et président de TABC (Tunisia-Africa Business Council), a éclairé nos lanternes sur la manifestation qui sera sans doute un des rendez-vous phares de 2017 : Le Forum africain des affaires, probablement fin octobre – début novembre. Il a expliqué que c’est Classe Export, initiateur et organisateur de l’événement, qui a souhaité le délocaliser cette année à Tunis. Pour rappel la dernière édition, Africa 2016, a eu lieu à Paris. Désormais, a-t-il précisé, la rencontre sera organisée alternativement à Paris et dans un pays africain…

Les choses ont bien avancé en Tunisie et sont finalisées à hauteur de 80%, a confié le PDG du Groupe Loukil, reste à accorder les violons sur les modalités du financement, en d’autres mots qui va décaisser exactement quoi, entre le Cepex (le Centre de promotion des exportations) et le ministère du Commerce. Mais après le succès de Tunisia 2020, cette affaire devrait être bouclée rapidement.

Il a fait savoir que TABC s’active pour la réussite de l’événement, qui sera une vraie rampe de lancement sur le continent africain, avec 1000 participants escomptés, dont 600 opérateurs africains, le reste étant des investisseurs et entrepreneurs européens, surtout français…

Quant à la volonté de la Tunisie d’intégrer le marché commun de l’Afrique orientale et australe, Bassem Loukil a déclaré que ce projet a été évoqué avec l’ex-ministre du Commerce et que c’est une excellence chose qu’il soit remis sur la table…

Source : African Manager

Chahed se concerte avec le TABC

Chahed se concerte avec le TABC sur sa vision de conquérir l’Afrique

Le président du Tunisia – Africa Business Council, Bassem Loukil, et son président d’honneur, Jaloul Ayed, ont été reçus, par le chef du gouvernement, Youssef Chahed.

Une entrevue au cours de laquelle les représentants de TABC ont présenté à Chahed la vision du Conseil pour mieux positionner la Tunisie en Afrique subsaharienne, sur le plan diplomatique, le volet logistique (Tunisair), financier et bancaire, ainsi que sur d’autres aspects de la stratégie de mise en œuvre de cette vision.

La rencontre a porté également sur la première tournée africaine du chef du gouvernement en Afrique subsaharienne et les propositions de TABC pour assurer toutes les conditions de succès de cette mission.

Le président de TABC, Bassem Loukil, a assuré à Youssef Chahed l’appui de la société civile et du secteur privé, pour la mise en œuvre d’une politique volontariste afin de mieux positionner la Tunisie sur notre continent, surtout que notre pays est avantagé par des liens historiques, une position stratégique, un capital sympathie, l’expertise nécessaire et une réelle crédibilité en Afrique, qui peuvent lui permettre de retrouver rapidement une place de choix dans le continent.

Ce qui aura un impact positif direct sur la croissance économique tunisienne, la création d’emplois et de richesses partagées.

Le chef du gouvernement a été très attentif aux propositions formulées par TABC mettant l’accent sur la nécessité d’une meilleure coopération sud-sud favorisant le développement durable et la prospérité partagée en faveur des populations africaines.

Source : www.espacemanager.com

Le programme du TABC pour l’année 2017

Tunisie-Afrique : Le programme du TABC pour l’année 2017

Le Tunisia Africa Business Council (TABC) a organisé un déjeuner-débat pour présenter son programme pour 2017 aux ambassadeurs des pays de l’Afrique subsaharienne.

La rencontre, qui a eu lieu, le jeudi 2 février 2017, au Club Citroën, aux Berges du Lac, à Tunis, a été une occasion pour le président de TABC, Bassem Loukil, pour rappeler la démarche de son Ong. «Nous avons toujours dit que nous n’avons pas une stratégie de la Tunisie pour l’Afrique. Nous avons une stratégie d’africanisation de la Tunisie», a-t-il dit, laissant entendre que la Tunisie a longtemps tourné le dos au continent noir et qu’elle doit, aujourd’hui, corriger cette erreur en s’y tournant résolument.

La rencontre a été aussi l’occasion pour les membres du TABC d’échanger avec les ambassadeurs des pays africains accrédités en Tunisie sur les moyens de renforcer les relations entre leurs pays et la Tunisie dans tous les domaines.

Le directeur général Afrique au ministère des Affaires étrangères, Karim Ben Becher, a, quant à lui, a remercié le TABC pour le partenariat gagnant-gagnant qu’il s’emploie à mettre en place pour aider à rapprocher davantage le public, la société civile et les opérateurs privés.

«La diplomatie économique est notre priorité au ministère», a-t-il déclaré. Et d’ajouter : «Nous avons pris part récemment à Addis-Abeba aux travaux du 28e sommet de l’Union africaine (UA). Nous avons vu comment l’Afrique a décidé de prendre son destin en main pour un avenir radieux qui se dessine devant elle».

M. Ben Becher a ensuite salué les représentants des pays africains présents dans la salle, avant de leur lancer : «Le ministère est à votre service».

Le président d’honneur du TABC, Jalloul Ayed, a rendu un hommage appuyé au travail colossal effectué en si peu de temps par le TABC, son président, son secrétaire général et toute l’équipe, et dont les résultats ont, selon lui, dépassé toutes les espérances.

L’ambassadeur du Cameroun, doyen des chefs du corps diplomatique accrédité en Tunisie, a souligné, pour sa part, les opportunités d’investissement en Afrique où les horizons des affaires sont très prometteurs, compte tenu de l’important essor de développement que le continent a pris depuis quelques années.

L’ambassadeur de Guinée Conakry en Algérie et en Tunisie (avec résidence à Alger) a salué l’élan pris par les relations entre la Tunisie et le continent africain et particulièrement avec son pays. «Nous sommes ici en tant que facilitateurs et pour illustrer, autant que faire se peut, la volonté de la Guinée de soutenir toute action de partenariat», a-t-il lancé.

Le débat qui a suivi a porté sur le potentiel énorme qu’offrent les pays africains dans les secteurs du commerce, des infrastructures, de l’agroalimentaire, de la santé, de l’éducation, de la formation, des technologies de l’information et de la communication, de l’énergie et de l’environnement…

Sans titre-3

Les missions programmées pour 2017

Le secrétaire général du TABC, Anis Jaziri, a présenté le programme de l’Ong en 2017. Revenant d’abord sur l’année 2016, il a mis en exergue la réussite des 3 missions multi-sectorielles organisées au Mali, au Cameroun et au Burkina Faso, ainsi que les missions de suivi qui se poursuivront durant l’année 2017. Sans compter les conseils d’affaires tuniso-malien, tuniso-camerounais et tuniso-burkinabé qui sont en train d’être mis en place.

Le programme du TABC pour 2017 prévoit des missions multisectorielles d’hommes d’affaires au Bénin-Togo (conjointement), en Guinée Conakry, au Sénégal-Mauritanie (conjointement) et en Cote d’Ivoire.

L’Afrique de l’Est, notamment Djibouti et Kenya, pourront aussi faire l’objet de missions qui seront programmées avant la fin de l’année.

Au programme aussi, un colloque à Sfax, en avril 2017, sur le thème: «Sfax, pôle de santé africain». Organisé sous le haut patronage du ministère de la Santé, ce colloque verra la présence de hauts responsables de la santé des pays africains.

Et à l’occasion de la Journée mondiale de l’Afrique, le 25 mai, une manifestation sera organisée dont le contenu sera révélé ultérieurement.

A noter que le TABC avait prévu, en collaboration avec le Cepex, l’Utica et la Conect, une mission économique d’hommes d’affaires tunisiens au Soudan, au Niger et au Burkina Faso, et ce dans le cadre de la visite officielle que le chef du gouvernement, Youssef Chahed, devait organiser du 24 au 27 janvier 2017, dans ces trois pays.

Cette tournée ayant été reportée, la mission a été reprogrammée pour fin février ou fin mars.

Source : Kapitalis

«L’année de la Tunisie en Afrique »

Bassem Loukil : « j’espère que 2017 sera l’année de la Tunisie en Afrique »

En marge du lancement de la nouvelle CITROEN C3 en Tunisie, Monsieur Bassem Loukil, président directeur général d’Aurès Auto a accordé une interview à African Challenges au cours de laquelle il a présenté les nouveautés de la société Citroën durant l’année 2017, la réussite du lancement de la nouvelle C3, et les investissements de Groupe Loukil sur le marché africain.

African Challenges: le lancement de la CITROEN C3 en Tunisie represente-t-il un succès de plus qui s’ajoute à la société Citroën Tunisie?

Bassem Loukil : le lancement de la nouvelle Citroën C3 est un repositionnement pour ce segment, l’ancienne C3 en fin 2016 représentait un produit déjà épuisé. On avait besoin de lancer la nouvelle C3 pour capter et regagner notre positionnement de leader sur l’ensemble du secteur automobile comme c’était le cas fin 2014-2015. On a beaucoup d’espoir pour cette nouvelle C3 qui a un positionnement qualité prix exceptionnel par rapport à ses concurrents. Elle va se défendre et le succès qu’elle vie en Europe confirme notre attente.

Quels sont les nouveaux projets de Citroën Tunisie durant l’année 2017 ?

Pour 2017, le lancement de la nouvelle C3 déjà est un grand succès que nous avons réalisé par rapport à nos concurrents. Vu les modèles qui se préparent, je ne crois pas qu’il y en aura un qui puisse tenir tête à la nouvelle C3, en attendant bien entendu. Il y aura également un autre produit qui sera lancé par Citroën en juin 2017, ce qui va nous permettre de renouer avec le succès et consolider notre position de leader sur le marché tunisien.

Quels sont les investissements du Groupe Loukil sur le marché africain en 2017 ?

Pour ce qui est de l’Afrique, Citroën n’est pas concerné à part la Lybie, on espère que le marché va bouger et qu’il y aura plus de sécurité pour tout le monde. Nous y étions présent en 2012-2013, on y a vendu pour la période 2014-2016 et on s’est arrêté pour des raisons de sécurité, en espérant réconquérir le marché.

Pour le Groupe, 2017 je pense sera une année assez riche en matière d’évènements. Nous avons beaucoup de contacts et de pays à visiter, pas uniquement pour le Groupe, mais pour le Conseil d’affaires tuniso-africain (Tunisia Africa Business Council, TABC), et j’espère que ça sera l’année de la Tunisie en Afrique.

Source: www.africanchallenges.com

Implantation du géant « Euro Repar Car Service »

Tunisie Auto: Implantation du géant « Euro Repar Car Service » à Sfax, Sousse, Sidi Bouzid et Tunis.

Première implantation sur le continent africain : Euro Repar Car Service, l’enseigne mondiale spécialisée dans l’entretien et dans la réparation automobile multimarque du Groupe PSA inaugure aujourd’hui son siège social tunisien et ses cinq premiers ateliers.

En présence de Christophe Musy, directeurde PSA Aftermarket, de .Bassem Loukil et de Guillaume Ducrest, respectivement Président Directeur Général d’Aures auto et directeur général adjoint de la société STAFIM et monsieur Taoufik Dhkil, Co-gérant STAFIM Peugeot Gros, l’inauguration d’Euro Repar Car Service Tunisie marque une étape importante du plan de développement mondial de l’enseigne qui compte actuellement 2 700 adhérents.

Euro-Repar-Car-Service_tunisieauto2-e1485191299957

Pendant plus d’un an, les dirigeants de AURES Citroën, STAFIM Peugeot et Euro Repar Car Service ont discuté de la faisabilité du projet, pesant le pour du contre avant de lancer officiellement le « bébé ».
“Nous sommes heureux de lancer en Tunisie l’enseigne d’entretien et de réparation multimarque du Groupe PSA. C’est une bonne nouvelle pour les conducteurs tunisiens de véhicules de toutes marques, qui cherchent un service après-vente de qualité, de proximité, à un prix compétitif», a déclaré Christophe Musy.
« Notre objectif  est d’installer dans les principales villes tunisiennes, 20 sites Euro Repar Car Service en 2017, puis d’atteindre le chiffre de 50 sites d’ici 3 ans. Nous invitons tous les réparateurs multimarques tunisiens qui mettent l’accent sur la qualité de service et la satisfaction du client à rejoindre Euro Repar Car Service. Il s’agit pour eux d’une excellente opportunité de pouvoir bénéficier du soutien d’une enseigne internationale tout en préservant leur indépendance et leur flexibilité », a souligné Bassem Loukil.
« Nous démarrons avec cinq sites : Sfax, Sousse, Sidi Bouzid et deux à Tunis. Ce sont les premiers sites d’un réseau qui va se développer rapidement pour atteindre une couverture nationale. Nous avons l’ambition de devenir le premier réseau de réparation multimarque de Tunisie, aussi bien en termes de développementgéographique qu’en satisfaction client“, a ajouté M. Ducrest.

Euro_Repar_Car_Service_tunisieauto3--e1485191313626

L’après-vente multimarque joue un rôle fondamental dans le plan stratégique mondial “Push to Pass” du Groupe PSA, qui prévoit un élargissement de sa base client. L’objectif est de faire progresser le chiffre d’affaires de l’après-vente du Groupe de 10% d’ici 2018 et de 25% à l’horizon 2021.
Pour AURES Citröen et STAFIM Peugeot, cette belle opération de partenariat avec Euro Repar Car Service, va ainsi leur permettre de préserver leur clientèle.  Une fois les 3 années de garantie écoulées,   70% des propriétaires de véhicules Citroën et Peugeot optent en effet pour un garagiste privé. De plus Euro Repar Car Service, hormis Peugeot et Citroën, peut également satisfaire la demande de différentes marques (plus de 30 marques).

source: Tunisie Auto

Communiqué

Communiqué

Tunisia Africa Business Council (#TABC) condamne avec la plus grande fermeté, l’agression subie par un jeune homme et deux jeunes femmes de nationalité Congolaise samedi dernier à Tunis.

Notre solidarité est entière envers les victimes de cette agression à qui nous souhaitons un prompt rétablissement, et nous leur assurons que cet acte est isolé et ne reflète nullement la pensée ni le comportement du peuple Tunisien, connu pour son accueil et son hospitalité.

Nous invitons les autorités concernées à être fermes vis-à-vis de l’agresseur pour montrer l’exemple et éviter que ce genre de drame ne se répète à l’avenir.

TABC ne manquera pas d’agir en faveur de l’intégration des hommes et femmes originaires de l’Afrique Subsaharienne en Tunisie. Nous nous considérons Africain et nous militerons contre toutes formes de violences, racismes et xénophobies. Ces actes lâches et odieux ne sont plus tolérables dans notre pays. Nous défendrons les valeurs qui imprègnent notre identité première de peuple tolérant, ouvert et accueillant.

Tous les Africains sont chez eux en Tunisie et sont les bienvenus.

Président
Bassem Loukil

Président d’honneur
Jaloul Ayed

Secrétaire général
Jaziri Anis

لتكوين شبان في التكنولوجيات الحديثة :مجمع الوكيل يمضي شراكة مع المبادرة المتوسطية للتنمية

لتكوين شبان في التكنولوجيات الحديثة :مجمع الوكيل يمضي شراكة مع المبادرة المتوسطية للتنمية

أطلق مجمع الوكيل والمبادرة المتوسطية للتنمية مركزا ذكيّا موجهّا إلى شبان تونس بقلب القطب التكنولوجي بصفاقس سيعمل على تعليم التكنولوجيات الجديدة وإلى إدخال حركية جديدة بين مختلف الفاعلين في الأنظمة التكنولوجية للقطب لتمكين الشبان من التسلّح بالأدوات الضرورية التي تحتاجها سوق الشغل والاقتصاد الرقمي. ايمانا من مجمع لوكيل أن الازدهار الاقتصادي لتونس أصبح أكثر من أي وقت مضى رهين جودة رصيدها البشري وكفاءاتها والتدريبات والمواهب الخلّاقة وفي هذا الإطار قال بسام الوكيل : « إن تونس لن تنجح في تخطّي طور الاقتصاد المعتمد على الجودة الضعيفة والأجور المتدنية إلا من خلال المراهنة على الشباب وذلك من خلال توجيههم نحو مهن المستقبل ذات القيمة التكنولوجية العالية ومن خلال تحرير طاقات الخلق والمبادرة الخاصة. وكقطاع خاص فإننا لن نتوان عن لعب دورنا الاقتصادي والاجتماعي كاملا.» أما غازي بن أحمد مدير المبادرة المتوسطية للتنمية فقال: «من الأمور الأساسية جدا على المدى المتوسّط تحسين تشغيلية الشباب من خلال تمكينهم من الكفاءات اللازمة حتى يستجيبوا جيدا إلى متطلبات سوق الشغل وتشجيع من هم أكثر حزما والتزاما على إطلاق مشاريعهم الخاصة. وعلى المدى البعيد يمكن لتكنولوجيا المعلومات والاتصالات (TIC) أن تحلّ مشاكل البطالة في تونس وأن تقوم بتنمية الجهات وأن تساهم في الاكتفاء الاقتصادي الذاتي للنساء».

Source : Alchourouc

بسام لوكيل لـ «الشروق».. مؤتمر الاستثمار فتح صفحة جديدة في تاريخ اقتصادنا يجب ان نؤثثها بالنجاحات

بسام لوكيل لـ «الشروق».. مؤتمر الاستثمار فتح صفحة جديدة في تاريخ اقتصادنا يجب ان نؤثثها بالنجاحات

بسام لوكيل من أنشط المستثمرين التونسيين ومن اكثرهم جرأة على اقتحام مجالات جديدة لذلك تنوعت استثماراته ومست اغلب القطاعات تقريبا .. كل هذا منح بسام لوكيل فكرة اشمل عن واقع الاقتصاد التونسي وسبل النهوض به لذلك وفرت له «الشروق» هذه الفسحة لنتحدث معه في اهم تفاصيل المشهد الاقتصادي.
الحدث هو مؤتمر الاستثمار تونس 2020 وبعد الحديث عن حصاده الهام السؤال هو ماذا بعد هذا المؤتمر؟
إنّ الهدف الأساسي من تنظيم المؤتمر الدولي للاستثمار هو دفع الاستثمار باعتباره المحرّك الأساسي لعجلة النمو الاقتصادي وخلق الثروة ومواطن الشغل واكد الحرص على استعادة تونس لموقعها كوجهة استثمارية وهو من حيث حجم المشاركة ونوعية الجهات المشاركة فيه من مؤسسات مالية عالمية ساهم في تحقيق جزء كبير من الأهداف التي رسمت من خلال عقده والمطلوب اليوم من الحكومة اولا تشكيل لجنة قيادة لمتابعة الوعود ونوايا الاستثمار لتسهيل عملية تفعيلها في شكل مشاريع واستثمارات ومن عموم التونسيين ثانيا الانصراف الى العمل ليتحسن مناخ الاستثمار بالفعل في البلاد لانه هو الضمانة الاولى لتجسيد مقررات مؤتمر الاستثمار على ارض الواقع وانا شخصيا اعتبر هذا المؤتمر فتح صفحة جديدة للاقتصاد التونسي وكل من جهز للمؤتمر مسؤول عن كتابة هذه الصفحة بكل ما هو مفيد لاقتصادنا والتركيز خاصة على الحوكمة الرشيدة لانها الجانب الذي اخفقت فيه كل الحكومات المتعاقبة اذ لا يجب ان ننسى انه بعد الثورة تهاطلت الوعود على تونس وابدى كل العالم رغبته في دعم بلادنا لكن للاسف لم يتم استغلال كل تلك الرغبات في الدعم لاننا اول من ضيع الفرصة من خلال افتعال قضايا وهمية واعطائها الاولوية في النقاش والاهتمام مما جعل الجدل يحل محل العمل كما تحصلت تونس على قروض عديدة ضاعت للاسف في انفاقها على كل شيئ الا الاستثمار وتحسين مناخه وظروفه من بنية تحتية وغيرها والانتقادات الموجهة لتونس حول نفقاتها الكبيرة في عديد الامور تدل على ذلك وكتلة الاجور المنتفخة اكبر دليل واعتقد ان الفرصة سانحة لتونس للاستفادة من هذا المؤتمر وتجسيد مخرجاته لان البرنامج جاهز من خلال المخطط التنموي 2016 – 2020 والذي اهتم بالبنى التحتية والمناطق الداخلية التي لن تتحقق بها التنمية الا اذا تحسنت بناها التحتية. كما لا بد من السير قدما على طريق الاصلاح الهيكلي للاقتصاد من خلال تأهيل القوانين والادارة والبنوك وكل ما له علاقة بتشجيع الاستثمار.
كنت اكدت في حديث خاطف معك ان الاشكال في تنمية المناطق الداخلية ليس كما يعتقد البعض في تحسين البنية التحتية بل في توفير ظروف ملائمة للحياة هناك فلو تفصل القول في هذا الامر؟
طبعا التشجيع على الاستثمار في المناطق الداخلية لا يقوم فقط على تحسين البنى التحتية بل هي شرط من جملة الشروط وان كان الاهم لكن هنالك شروطا اخرى اهملها اهل القرار والخبراء ايضا وهي تحسين ظروف الحياة في تلك المناطق والتي كانت سببا في نفور الاطارات الطبية وغيرها من العمل فيها فمن سيبعث مشروعا في منطقة داخلية سيرسل كفاءات من مهندسين ومسؤولين للاشراف عليه وهؤلاء ان لم تتوفر لهم ظروف ملائمة للعيش هناك لن يستقروا بها اذ يجب توفير ما يتوفر في المدن الكبرى من مستشفيات ومدارس خاصة ومكان ترفيه وانترنات بتدفق عال وغيرها من مباهج الحياة فالمسألة لا تقف عند حد بناء الطرقات فقط بل بتوفير كل الظروف الملائمة للحياة وطبعا لن نكون مبالغين في طلباتنا في هذا المجال بل يجب الانطلاق في توفيرها وان بتدرج ولكن يجب ان يشعر الاطار العالي الذي سيستقر بالمناطق الداخلية انه لن يحس بالشقاء هنالك.
لكن ما تطالب به سيدي الكريم يعتبر صعب المنال وقد يعتبره البعض تعجيزيا؟
لا هو ليس كذلك وانا لم اقل ان على الحكومة توفير كل شيء بل يمكن ان يتم تحقيق بعض تلك المشاريع بالشراكة بين القطاعين العام والخاص كما ان اغلب المناطق الداخلية ان لم نقل كلها هي مناطق حدودية ويمكن اعتبار بناء المستشفيات والجامعات وسائر وسائل تحسين ظروف العيش استثمارا لانه سيتم استقطاب طلبة من الجزائر ومن ليبيا للدراسة في تلك الجامعات وايضا استقطاب المرضى من البلدين الجارين للاستشفاء وللسياحة عموما خاصة ان كل تلك المناطق تتوفر بها مقومات السياحة الايكولوجية ويمكن ان يكون كل ذلك منطلقا لاقامة مناطق حدودية حرة تقضي على التهريب والاقتصاد الموازي بل ويمكن ان نحقق توازنا سكانيا بين كل الجهات لان الجميع يعلم ان التوزيع السكاني يميل لصالح المناطق الساحلية وصعب الحركة فيها.
المشهد الاقتصادي يعرف تحولات كبيرة انطلاقا من مؤتمر الاستثمار وقانون المالية الذي اثار جدلا لم ينته رغم المصادقة عليه والتوتر الذي يصبغ الوضع الاجتماعي فكيف تقرأون كل ذلك وتأثيراته على هذا المشهد في السنة الجديدة؟
لا اعتقد ان اقتصادنا سيعرف تحسنا كبيرا جدا في السنة الجديدة لان ما سيتحقق فيها مرتبط بما تحقق في سابقتها لذلك علينا ان نكون واقعيين وان نعترف ان السنة القادمة لن يتحقق فيها نمو كبير اذ بعد 1,8 بالمائة نسبة نمو في سنة 2016 لن ننتظر نسبة نمو بـ 3 بالمائة او اكثر كما ان قانون المالية لسنة 2017 زاد في صعوبة الامر في وقت كنّا نتوقع ان يكون هذا القانون اكثر مرونة ويوفر حوافز وامتيازات اكثر للشركات لدفعها الى مزيد الاستثمار الذي بدونه لن تتحسن نسبة النمو فان هذا القانون زاد في اثقال كاهل المؤسسات ونحن كمستثمرين كنا نقبل بهذه الضريبة الاستثنائية على الشركات لو جاءت في اطار تعميم القاعدة الضريبية وفي اطار ضرب الاقتصاد الموازي خاصة اننا قدمنا عديد المقترحات في هذا المجال لكن لم يتم الالتفات اليها وكنا نقبل اكثر من 7 بالمائة ضريبة استثنائية لو تحركت الحكومة لحماية المؤسسات التي تقوم بواجبها الضريبي منذ انشائها وتساهم في امتصاص البطالة وتوفر اسباب العيش الكريم لعمالها الا ان الحكومة لجأت الى الحل السهل واثقلت كاهل المؤسسات لتزيد في مصاعبها.وعلى الحكومة ان تعي ان الحفاظ على التوازنات المالية للدولة لا يتم بالضغط على الشركات بل بضرب الاقتصاد الموازي والتهريب.
لكن البعض يعتبر ان العبء الضريبي واقع على العمال والموظفين اكثر من ارباب العمل وان هنالك تهربا ضريبيا ولا يجب ان تكون التضحية من الاجراء فقط؟
صحيح لا ننكر ان هنالك تهربا ضريبيا من البعض لكن لا يجب ان نضع الجميع في سلة واحدة كما ان التهرب الضريبي من بعض الشركات محصور جدا ولا يمكن ان نعتبره في حجم خطورة التهريب والاقتصاد الموازي بل حتى ان كان هنالك تهرب ضريبي من بعض الشركات فانها في المقابل لها طاقة تشغيلية يجب ان نضعها في الاعتبار وهي تدفع اجور عامليها وتعين الدولة وتدفع التزاماتها الاجتماعية.
وكأنك تدافع عن هذه الشركات المتهربة ضريبيا؟
انا لا ادافع عن هذه الشركات بل لأبين ان خطورتها ليست في خطورة التهريب وعلى الدولة التصدي لهذه الشركات بتفعيل المراقبة لكن لا يجب عليها ان تضع كل المؤسسات في موضع اتهام هذا هو المرفوض.
أراك متشائما من امكانية تحسن الوضع قريبا؟
لا انا لست متشائما لكنني واقعي فالاجراءات التي تتخذها الحكومة ليست في حجم المشكلة بل هي اجراءات لامتصاص الغضب لا اكثر ولا اقل وكان عليها ان تتحرك بصرامة لمقاومة التهرب وايضا الاحتكار لتعديل الاسعار وتخفيف الضغط على المواطن ولتوفر الاستقرار الاجتماعي الذي هو اول ضمانة لدفع الاستثمارات المحلية والاجنبية.
هل من الممكن ان نصل في السنة الجديدة الى نسبة نمو في حدود 2,5 ٪ على الاقل؟
هذا ممكن اذا توفر الاستقرار الاجتماعي وعاد قطاع الفسفاط والسياحة لسالف عهديهما واذا تم الشروع في تنفيذ المشاريع الكبرى المتفق عليها في مؤتمر الاستثمار.
أنتم تترأسون مجلس اعمال تونس وافريقيا فماذا حقق هذا الهيكل في سنة 2016 وماذا تطمحون لتحقيقه في السنة الجديدة؟
مجلس اعمال تونس وافريقيا قام بعمل جبار في هذه السنة رغم انه مازال حديث عهد بالولادة ولقد نظمنا عديد الزيارات الى بلدان افريقية من مالي الى بوركينافاسو والكامرون وغيرها وربطنا علاقات مهمة مع المسؤولين وصناع القرار بتلك البلدان وانفتحنا على اغلب الدول الافريقية التي صار لها علم بمجلسنا ونشاطاته وبرامجه ووجدنا التجاوب المطلق وبحول الله في السنة الجديدة سنجني ثمارا هامة من اعمال المجلس وسنفتح آفاقا واسعة امام المستثمرين التونسيين في القارة السمراء وفي افريل القادم سننظم ان شاء الله مؤتمرا حول افريقيا سيكون في شكل قمة تحضرها وفود من أعلى مستوى سيضع خارطة طريق للاستثمارات التونسية للوصول بيسر للقارة السمراء وستكون عائداته في مستوى ما تحقق في مؤتمر الاستثمار تونس 2020 من حيث الاهمية والمردودية وليس من حيث المبالغ والوعود.
هل وجدتم دعما رسميا للمجلس؟
وجدنا كل التعاون من وزارة الخارجية والبعثات الديبلوماسية التونسية في افريقيا وكل التسهيلات متوفرة لكن ما ينقصنا هو وجود استراتيجيا للاستثمار في القارة السمراء تشارك فيها ثلاثة اطراف هي وزارة الخارجية ووزارة التجارة ورئاسة الحكومة ونحن عاكفون على رسم ملامح هذه الاستراتيجيا.
وهل لمجوعة لوكيل مشروع جديد في سنة 2017 ؟
نعم في شهر مارس القادم باذن الله سينطلق تركيز مشروع جديد للمجموعة في القيروان وهو مصنع للسيراميك طاقته التشغيلية عند انطلاقه رسميا سنة 2018 ان شاء الله ستكون في حدود 300 عامل وستصل الى 500 بعد ان تتطور طاقته الانتاجية كما اننا نجهز انفسنا لمشاريع جديدة في السنتين القادمتين ان شاء الله.
الكلمة الاخيرة؟
آمل ان تتحرك عجلة الاقتصاد بما يعود بالنفع على تونس وان نطور طاقاتنا وعقلياتنا لتكون في مستوى التحديات وانا على ثقة ان تونس ستتجاوز مصاعبها الاقتصادية في السنتين القادمتين ان شاء الله.
حاوره : عادل الطياري

Source : Alchourouc

INTERVIEW DE BASSEM LOUKIL

Interview de Bassem Loukil – Radio Diwen Fm

Source : Radio Diwen Fm

TABC : Bientôt, une mission d’hommes d’affaires tunisiens en Guinée

Le Tunisia-Africa Business Council (TABC) organise une mission de prospection multisectorielle en Guinée Conakry.

La mission du Conseil des affaires tuniso-africain, prévue du 6 au 9 février 2017, prévoit des rencontres avec des hauts responsables guinéens, des visites d’entreprises et une journée économique, de networking et de partenariat.

Source : Kapitalis

Interview de Bassem Loukil

Interview de Bassem Loukil – Radio Nationale Tunisienne

Source : Radio nationale Tunisienne

LA TUNISIE DOIT S’IMPOSER COMME LE PORTAIL DE L’AFRIQUE

BASSEM LOUKIL : LA TUNISIE DOIT S’IMPOSER COMME LE PORTAIL DE L’AFRIQUE EN TERMES D’INVESTISSEMENT

Bassem Loukil, président de Tunisia- Africa Business Council, a déclaré en marge de sa participation à la Conférence international sur l’investissement, mardi 29 novembre 2016, que cet événement représente une véritable opportunité pour la Tunisie dans le sens où les projets et les produits de la Tunisie sont exposés à l’adresse de la communauté internationale présente. M. Loukil a également mis l’accent sur la nécessité de faire connaître davantage la Tunisie ainsi que ses orientations notamment en ce qui concerne la lutte contre le chômage et l’incitation à l’investissement. Il a salué, à cet effet, la présence de pays africains à l’instar du Mali, Cameroun et Djibouti, ce qui représente, selon ses dires, une sorte de consolidation de la présence de la Tunisie en Afrique.

M. Loukil a de même mis le doigt sur l’importance capitale pour l’intégration de la Tunisie dans le cercle économique des pays africains en développant ses différents partenariats dans ce cadre. C’est ainsi que, selon le président de Tunisia – Africa Business Council, la Tunisie pourra devenir un véritable portail sur toute l’Afrique. Également, Bassem Loukil a insisté sur l’importance de faciliter les procédures d’ordre administratif en l’occurrence pour les investisseurs étrangers mais aussi pour les étudiants africains qui rencontrent un nombre de difficultés.

Source: tustex

الباجي يلتقي الشاهد ورجال أعمال

الباجي يلتقي الشاهد ورجال أعمال

يلتقي اليوم الجمعة رئيس الجمهورية الباجي قائد السبسي برئيس الحكومة يوسف الشاهد وقرابة 25 رجل أعمال تونسيين من بينهم بسام الوكيل وحمادي بوصبيع.

ويتنزل هذا اللقاء، وفق مصدر « الصباح نيوز »، في إطار تفعيل مبادرة رئيس الجمهورية في ما يهم دعم الاقتصاد وجذب الاستثمارات إلى تونس.

يذكر أن تونس تحتضن موفى الشهر المؤتمر الدولي للاستثمار بحضور أكثر من 2000 شخصية و150 إعلاميا، وفق ما صرح به سابقا وزير التنمية والاستثمار.

source : assabahnews

The New Frontier

The New Frontier

Today, The Loukil Group is made up of 35 companies and employs close to 4500 people in seven African countries and parts of Europe.

For many observers, Africa is rising. For others, the continent’s challenges still seem too daunting to talk about “Africa rising”. Over the next four weeks, The African Exponent will share Africa’s economic state and potential as viewed by Africa’s leading political, business and non-profit leaders.

Below is a story of how a small Tunisian distributor of agricultural equipment turned into a global conglomerate and household name in the MENA region and beyond.

This story is shared by Mr. Bassem Loukil, the Chairman and CEO of The Loukil Group.

Today, The Loukil Group is made up of 35 companies and employs close to 4500 people in seven African countries and parts of Europe. The group’s expansion in Africa started in 1998 and was intensified over the last 5 years after the Tunisian revolution. This local and international expansion has led to the unparalleled success of the group. Over the last 4 years, the annual sales growth has been an average of 25% and certainly, there is still room for growth.

Growing the Loukil group was not an easy task, of course, and lots of strategic thinking had to be done so as to choose the right products and services that would be the source of growth not only in the local market (size of only 11 million people), but also at the international level.

We focused mainly on the products we manufactured and controlled.

After the 2011 revolution, we decided that it was important to be a dominant player in at least 3 industries in which we had the expertise and competitive advantage.

1- Automobile – We have three brands and we have been the number one distributor in the country since 2014.
2- Telecom – We have integrated solutions in distribution, retail network, equipment manufacturing and services.
3- Manufacturing – The Loukil Group has the largest manufacturing capacity in Tunisia, with close to 2000 employees only in this sector.

Our achievements were made possible thanks to a clear vision based on an in depth analysis of Tunisia’s market potential after the revolution. This analysis helped us realize the key sectors that would most likely offer the highest growth opportunities. We had to anticipate the eventual turnaround and recovery of the economy under the new set of rules which enhanced competition and minimized the influence of corruption and political favors in business.

These rules instilled in us the confidence that recovery was coming sooner and we just had to be ready for it.

Like they say, “It is in hard times that we have to invest.”

Our entire management team shared this vision with us and they all committed to this strategy. They were all driven by their eagerness to show the world what they were capable of doing well when given the chance in a free economy.

Today, our main objective is to become the number one business group in Tunisia in terms of sales, profits and presence on the African continent by the end of 2016 (we are currently number three).

In order to keep on growing and maintain our leadership position in all the fields we are involved in, we put together a strategic planning team (a think tank) to look for and identify new trends, new products and new markets for the different business units of the Group which are now organized under 4 mini holdings covering all 4 major sectors of activities of the Group: automobile, industry, telecom & IT and services.

To secure the future growth of certain affiliates, partnership agreements with international companies were signed in the last 5 years and new joint ventures were launched at the beginning of 2015 to enter new activities. This is part of our diversification strategy as we anticipate some major shifts in key areas of the Tunisian economy.

As per our presence in African markets, we decided late in 2012 to invest in some key markets to secure our presence in them and make sure that our products stay competitive and take advantage of the great growth potential these markets offer.

This is a step every major company needs to take in order to succeed in Africa: have a local presence and grow it with time. African markets are very different and a local presence will give you a competitive advantage over your competition.

A key issue faced by all major groups operating in Africa in implementing this strategy is access to qualified human resources. This is arguably one of the biggest challenges faced in African markets. We had to recruit managers, mainly from the European markets (Tunisian and other African nationals), train them in existing companies and then assign them to these new projects. Without this policy, international companies have little chance of succeeding even in what we refer to as “developing countries”. Despite Africa’s significant business potential, access to qualified labor is a serious problem for local and foreign companies.

Whatever the challenges might be, Africa remains the continent with the greatest growth potential for the next 20 years and for any company to experience a double digit jump in its sales, it has to look seriously at this vast market. They just need the time to study each market’s potential individually and identify the proper products and services they can offer and adapt their business models accordingly. Standardization will not work in Africa. Flexibility, patience and endurance are the key elements for success.

The Loukil Group was founded in 1976 by Mr. Mohamed Loukil as a distributor and manufacturer of agricultural equipment. Later it expanded into other strategic fields such as construction machinery, universal spare parts, cars, telecom and real estate. Overtime, the group acquired and sometimes launched several manufacturing facilities to include stainless steel products, sanitary equipment, automobile and industrial filters most on its list of products. At the time, most of these products were sold as exports.

Source : Africane Exponen

Le groupe Loukil investit à Annaba

Le groupe Loukil investit 3,5 millions d’euros à Annaba

Le groupe Loukil, leader de la fabrication des accessoires agricoles a décidé de mettre en place une unité de montage des accessoires des tracteurs dès le mois de mars prochain dans la wilaya d’Annaba. Loukil Bassem, PDG du groupe Loukil annonce dans cet entretien, que le coût de l’investissement est estimé à 3,5 millions d’euros.

Le groupe Loukil est très connu à l’échelle africaine, mais demeure méconnu en Algérie…

Bassem Loukil : Créé en 1976, le groupe Loukil basé en Tunisie s’est étendu depuis quelques années à des secteurs stratégiques diversifiés, à l’image de l’agriculture, l’industrie lourde, les technologies de l’information et de la communication, les métiers de l’environnement, le commerce international, l’engineering, le consulting. A travers une trentaine de sociétés, le groupe emploie aujourd’hui près de 4 500 collaborateurs. La diversité de son portefeuille d’activités a dépassé les frontières tunisiennes pour s’étendre à l’Europe, en Algérie, au Maroc, en Libye, en côte d’Ivoire, au Togo, au Burkina Faso, etc. Cette présence à l’échelle internationale traduit la volonté du Groupe Loukil d’étendre son savoir-faire au-delà des frontières tout en offrant des services à forte valeur ajoutée dans le respect de l’homme et de son environnement.

Vous venez de nous présenter votre groupe, est-il possible de nous parler de votre présence en Algérie ?

Notre groupe est présent en Algérie depuis 2002 et nous travaillons sur tout ce qui concerne le développement du réseau télécom avec Qutel (livraison des pilons). Notre structure en Algérie compte une soixantaine de travailleurs. Nous activons également dans la commercialisation des Bennes des camions citernes pour les transports hydrocarbure et tous les équipements agricoles que nous fabriquons en Tunisie. Le marché algérien est très prometteur aussi dans le matériel de transport ou les équipements agricoles. D’ailleurs, nous avons plusieurs partenaires algériens qui travaillent avec nous depuis une dizaine d’année dans ce domaine. Ainsi, notre objectif est d’ouvrir une unité de montage en Algérie et nous envisageons également le rachat des entreprises publiques dans le cadre de la privatisation. Nous participons également aux différents appels d’offres de la Sonatrach et autres entreprises algériennes. Nous comptons acheter prochainement une entreprise publique dans le domaine de la construction métallique car c’est notre domaine d’activité.

Pouvez-vous nous donner plus de détails sur l’unité ?

Nous avons déjà des locaux de 6000 mètres² de surface couvertes dans la wilaya d’Annaba, qui datent de 2013. Ainsi, nous allons nous installer avec une unité spécialisée dans l’industrie mécanique à savoir tous ce qui est des accessoires agricoles (tout ce qui peut être rattaché à un tracteur). Une industrie dont nous sommes leader depuis 1978, et que nous exportons en Algérie depuis 1981, d’ailleurs nous avons une base de clientèle très importante en Algérie. Nous avons aussi une activité annexe qui dans la même unité qui concerne la fabrication de remorques de semi-remorque, citernes à carburants, et nous exportons vers l’Algérie depuis 2003. Nous allons engager 4 millions d’euros pour ce projet d’Annaba dont les travaux démarreront au courant de ce mois. Nous n’avons pas de temps à perdre puisque les locaux existent déjà et nous allons juste installer les machines. Une opération qui prendra entre 3 et 4 mois et le démarrage effectif sera probablement au mois de mars 2017. Nous avons un partenaire algérien avec lequel nous allons installer cette unité selon la règle 51/49. Le groupe a fait en 2015 un chiffre d’affaire de 648 millions d’euros, dont l’unité locale d’Algérie n’a fait que 3, 5 millions d’euros, réalisé essentiellement avec la filiale des télécom puisque il n y avait d’importations.

Vous dites que le marché algérien est très promoteur, mais comment le trouviez-vous en matière de règlementation ?

Je pense que les nouvelles réglementations ont pour objet d’encourager l’industrialisation locale et les partenariats locaux. Nous avons pris toutes nos dispositions depuis l’année passée pour toutes les importations des équipements agricoles et mécaniques. Ainsi, nous avons décidé d’installer une unité de fabrication et de montage de ces équipements. Nous comprenons la situation de l’Algérie qui essaie, à travers ces nouvelles règles, de protéger ses réserves en devise. J’espère que les autorités algériennes privilégieront les partenariats avec la Tunisie et ce pour se protéger plus et créer une valeur ajoutée et une connexion entre les deux pays du nord de l’Afrique.

Il existe actuellement en Algérie plusieurs intervenant dans votre d’activité, comment arrivez-vous à faire face à la concurrence?

Certes il existe une concurrence en Algérie où 8 opérateurs dans notre domaine se sont déjà lancés mais il y a encore de la place pour tous. En tant groupe Loukil, nous ne visons pas les produits standards mais plus tôt les produits spécifiques à savoir les citernes à carburant selon les normes de sécurité exigées par Naftal ou par la Sonatrach. Une technologie qui n’est pas donnée à tous les opérateurs car cela demande des certifications, des compétences et du savoir-faire pour pouvoir se lancer dans ce secteur d’activité. Nous sommes également lancés dans tout ce qui est équipements militaires (transport d’engins lourds…). Ce que je peux dire aussi est que le marché algérien est difficile et qui se protège, ce qui est en effet normal. Mais ce qui gêne les investisseurs étrangers c’est le changement des lois. Il faut de la stabilité des juridique, et ce, pour permettre aux investisseurs d’avoir une certaine visibilité de l’avenir du marché.

Source : L’Econews

Le président Burkinabé

Le président Burkinabé, Roch Marc Christian Kaboré, a reçu le président de la délégation Tunisienne, M. Bassem Loukil dans le cadre de la mission Tunisienne de prospection multisectorielle au Burkina Faso.
L’entretien a porté sur la coopération Tuniso-Burkinabée dans les différents secteurs représentés par les membres de la délégation, composée par 35 hommes d’affaires et organisée par le Tunisia Africa Business Council. .
Le « PNDES », Plan National de Développement Économique et social, ainsi que les grands investissements projetés pour la période 2016-2020, ont été aussi au coeur de cette rencontre, pour inciter les opérateurs économiques Tunisiens à participer activement à la réalisation de ce plan et au renforcement des relations bilatérales.

AfricAmen pour accompagner les entreprises tunisiennes en Afrique

AfricAmen pour accompagner les entreprises tunisiennes en Afrique

Le lancement du nouveau fonds d’investissement AfricAmen a été annoncé au cours d’une cérémonie tenue mardi au siège d’Amen Bank à Tunis.
Par Wajdi Msaed
Il s’agit d’un fonds commun de placement à risque d’un montant de 30 millions de dinars tunisien (MDT) souscrit par Amen Bank (AB), la Caisse des Dépôts et Consignations (CDC), Poulina Group Holding (PGH) et la Société tunisienne d’assurance et réassurance (Star).
Géré par Amen Capital, ce fonds, dont le montant a été sous-estimé par certains présents, a pour mission d’apporter des financements aux entreprises tunisiennes ayant un modèle économique établi et souhaitant accélérer leur développement sur les marchés porteurs de l’Afrique subsaharienne.
Pourquoi l’Afrique?
La réponse à cette question a été donnée par Ahmed El-Karam, président du directoire d’Amen Bank, dans son allocution de bienvenue. Le continent noir représente l’avenir pour la Tunisie, de par sa force démographique, sa croissance économique, son développement urbain et l’importance des investissements qu’il attire. «Il faut que l’on s’intéresse davantage à ce continent qui a une image positive de la Tunisie», a-t-il précisé. Et d’ajouter : «Nous avons tardé à nous y implanter et la stratégie que nous avons adoptée pour le faire est basée sur quatre axes : une diplomatie plus active avec l’augmentation du nombre de représentations diplomatiques, la proximité avec le renforcement des dessertes aériennes et maritimes, une bienveillance accueillante vis-à-vis des Africains séjournant parmi nous pour étude, santé, tourisme, affaires ou autres, et, enfin, une présence financière forte grâce à ce mécanisme, en attendant l’implantation de succursales de banques tunisiennes sur le continent».

«Par ce genre de mécanisme financier, qui a fait ses preuves de par le monde, nous voulons faire de la Tunisie une passerelle entre l’Afrique et le Maghreb, le monde arabe et la région méditerranéenne», a ajouté le président du directoire d’Amen Bank.
C’est Walid Chaouch, DG d’Amen Capital, qui s’est chargé de présenter les caractéristiques de ce mécanisme et les avantages qu’il offre aux investisseurs. L’objectif d’AfricAmen est de fournir aux entreprises tunisiennes le financement en capital et l’accompagnement nécessaire pour le développement des exportations, la création de filiales ou la réalisation d’opérations d’extension en Afrique. «Le fonds peut intervenir soit directement dans le capital des sociétés tunisiennes, soit en partenariat avec celles-ci, dans le cadre de joint-ventures dédiées aux activités à l’international», a-t-il précisé.
Le Fonds intervient à travers le financement des fonds propres ou des quasi-fonds propres (obligations convertibles, compte courants d’associés), avec un montant pouvant aller jusqu’à 4,5 MDT. En outre, les entreprises clientes d’AfricAmen bénéficieront d’un large réseau de partenaires en Tunisie mais également en Afrique, grâce à l’appui du groupe de financement panafricain Alios Finance, récemment acquis par le groupe Amen et présent dans 9 pays africains.
Boutheina Ben Yaghlane, DG de la CDC, a fait part, de son côté, de sa confiance totale dans la réussite de cette initiative, qui ouvre une porte sur l’Afrique et confirme l’engagement de la CDC envers le continent à travers des investissements directs, mais aussi par une ligne de financement indirect dédiée aux entreprises tunisiennes opérant sur les marchés africains.
Une initiative longtemps attendue
Abdelwahab Ben Ayed, président de PGH, a tenu à rappeler que la première ligne de crédit accordée aux entreprises tunisiennes sur l’Afrique subsaharienne remonte à 1968, mais «les échecs qui ont accompagné cette expérience l’ont empêchée de se poursuivre», a-t-il expliqué. «Nous y revenons aujourd’hui parce que l’Afrique est plus prometteuse», a-t-il ajouté, en assurant que «le fonds AfricAmen facilitera, à coup sûr, la tâche des entreprises dans leur course vers les marchés extérieurs».
Lassaad Zarrouk, Pdg de la Star, s’est félicité, lui aussi, de la concrétisation de ce projet, assurant que la Star, en plus de son engagement sectoriel, a une responsabilité économique et, dans ce contexte, elle sera toujours aux côtés des investisseurs pour les aider à relever le défi et à réussir dans leurs projets sur le continent.

Bassem Loukil, président du Conseil d’affaires tuniso-africain (TABC), qui a une profonde connaissance des marchés africains, a affirmé, pour sa part, que ce nouveau-né était très attendu par les hommes d’affaires tunisiens qui en ressentaient le manque, d’autant que des pays concurrents sont déjà dotés de mécanismes pareils au service de leurs entreprises. «Nous devons nous implanter en Afrique, à l’instar des Turcs et des Marocains, et ce fonds va certainement participer au renforcement de la présence tunisienne dans cette région du monde, appuyée par un capital de sympathie que les Africains vouent au peuple tunisien», a-t-il affirmé.
«Cet élan vers l’Afrique ne peut réussir sans un accompagnement financier adéquat», a estimé Salah Essayel, président du Conseil du marché financier (CMF). «Accompagner les entreprises c’est accroître leur productivité», a-t-il ajouté, en soulignant le rôle déterminant d’une expertise financière confirmée dans le développement de l’investissement tunisien, en Tunisie et à l’extérieur.
Source : Kapitalis (Lien caché : http://kapitalis.com/tunisie/2016/10/19/africamen-pour-accompagner-les-entreprises-tunisiennes-en-afrique/)

Bassem Loukil

Bassem Loukil: Seulement 4% des exportations tunisiennes sont dirigées vers l’Afrique

M. Loukil a indiqué que les échanges commerciaux entre la Tunisie et les pays africains ne dépassent pas les 4% de l’ensemble des exportations tunisiennes, soit environ 800 millions de dinars.
Pour renforcer les relations bilatérales et booster les investissements en Afrique, M. Loukil a estimé la nécessité de promouvoir la présence diplomatique tunisienne au niveau de l’Afrique Subsaharienne notamment par la création de nouvelles ambassades et représentations diplomatiques. Il a insisté, d’autre part, sur l’importance des traités relatifs au libre-échange et l’adoption des prix préférentiels pour encourager les investisseurs tunisiens à se diriger vers les marchés africains.
Il a proposé, par ailleurs, la mise en place d’une ligne maritime reliant Tunis, Dakar et Abidjan pour faciliter le transfert des marchandises
Source : Express Fm

Expresso avec Bassem Loukil

Expresso avec Bassem Loukil, président de Tunisia Africa Business Council TA BC

Expresso avec Bassem Loukil, président de Tunisia Africa Business Council TA BC (23/09/2016)
Une matinale au goût d’actualité et à la tonalité fraîche. Avec Wassim Ben Larbi, vous ne raterez rien des événements majeurs. Sujets politiques, économiques et sociaux, à l’antenne, les bons interlocuteurs s’invitent!

Télécharger le podcast

Source: radioexpressfm

Palais d’Iéna

Première édition des RENCONTRES AFRICA 2016 22 et 23 septembre au Palais d’Iéna

Sous le haut parrainage conjoint du ministère des Affaires étrangères et du Développement international et du ministère de l’Économie, de l’Industrie et du Numérique, en collaboration avec AfricaFrance, et le Conseil économique, social et environnemental (CESE), s’est tenue la première édition des Rencontres Africa 2016, à Paris, les 22 et 23 septembre 2016, plus importante manifestation économique sur l’Afrique organisée en France.

La qualité des intervenants, des partenaires, des entreprises participantes, ainsi que l’ampleur de la mobilisation africaine, font des Rencontres Africa 2016 « la » manifestation que beaucoup attendaient à Paris.

Cette rencontre s’inscrit dans une nouvelle dynamique de la France avec l’Afrique, et fait écho aux engagements du chef de l’Etat, à l’occasion de la COP21, en faveur du financement de projets sur le continent africain.

Plus de 800 entreprises de premier plan – dirigeants de sociétés africaines et françaises – financiers et décideurs politiques seront présents, afin de développer des partenariats économiques, diversifier coopérations industrielles et technologiques, ainsi que favoriser le transfert de savoir-faire et la création d’emplois.

L’objet des Rencontres Africa 2016 a été de produire un contenu à forte valeur ajoutée, et novateur, en vue du sommet des chefs d’Etat africains et français à Bamako en janvier 2017.

La rencontre a traité en particulier des thèmes de la ville durable (infrastructures, transport, eau…), de l’agriculture et de l’agrobusiness, des énergies – notamment renouvelables – de l’innovation et de la révolution numérique, des financements, ainsi que du développement des compétences (formation et ressources humaines), le tout dans le cadre de conférences plénières de haut niveau et d’ateliers ciblés.

Par ailleurs, un espace d’exposition a permis de promouvoir pays et entreprises durant toute la durée de la manifestation au CESE.
Les Rencontres Africa 2016 sont soutenues par l’Agence française de développement, Bpi France, Business France, la CGPME, le CIAN, le Comité national des Conseillers du commerce extérieur de la France et par de nombreuses chambres de commerce et d’industrie.

www.africa2016.org

Investissements étrangers

La Tunisie à la chasse aux investissements étrangers

Les « Rencontres Africa 2016 » ferment leurs portes ce vendredi à Paris. Le plus important forum d’affaires jamais organisé entre la France et l’Afrique peut se vanter d’avoir réuni pas moins de 2 300 participants venus échanger et faire des affaires. La Tunisie y était bien représentée avec une ambition : attirer les investissements étrangers, dans un contexte économique fortement dégradé. Notamment en faisant connaître le nouveau code de l’investissement destiné à améliorer le climat des affaires dans le pays.

Il n’avait pas beaucoup fait parler de lui, sans doute noyé par l’actualité sécuritaire et sociale. Le nouveau code d’investissement a été voté le 17 septembre dernier par le Parlement tunisien. Les représentants du patronat local ont décidé de se rattraper à l’occasion des « Rencontres Africa 2016 » à Paris. Ils mettent en avant ce nouveau code, très attendu depuis la chute de l’ancien Raïs Ben Ali, avec plusieurs autres mesures censées briser un cadre légal obsolète.

« Il est important, après avoir abordé la transition démocratique, de se donner les outils pour amorcer la transition économique, explique Kaïs Sellami de l’organisation patronale UTICA. Le nouveau code ainsi que la loi sur le partenariat public-privé [qui étend les PPP aux grands projets et aux « projets d’intérêt national », ndlr] vont faciliter les prises de décisions et les procédures de l’investissement. »

Le nouveau code doit, en effet, faciliter l’accès au foncier, améliorer la gouvernance de l’investissement ou encore permettre l’application d’un taux unique d’impôt sur les sociétés. « L’objectif, souligne Khalil Laabidi, directeur de l’agence tunisienne de promotion de l’investissement extérieur, est de doubler quasiment le taux d’investissements directs étrangers d’ici 5 ans, en le montant à 18 milliards de dinars (7,28 milliards d’euros) contre 10 milliards de dinars ces cinq dernières années ».

Ces mesures surviennent alors qu’a été lancé un Plan de développement 2016-2020. Le nouveau gouvernement veut faire des investissements un pilier de la croissance et du développement des régions.

Mais il y a une affaire dont il ne fallait pas parler à la délégation tunisienne lors de ces Rencontres Africa 2016, c’est « l’affaire Petrofac ». Du nom de ce groupe britannique de services pétroliers et gaziers qui vient de décider de quitter la Tunisie en raison d’un conflit social paralysant son activité depuis des mois sur l’un de ses sites. « C’est beau d’avoir un code d’investissement et tous ces avantages mais il faudrait que l’Etat garantisse un minimum de paix sociale pour que tout le monde se remette au travail et reprenne le goût de la productivité », s’énerve Bassem Loukil, directeur du groupe LOUKIL, actif dans l’automobile, l’industrie, l’immobilier et le commerce.

M. Loukil estime que les mouvements sociaux à répétition et leur lot de revendications inassouvies sont le principal obstacle à l’investissement.

Le départ de Petrofac coûtera cher à la société mère, dont le bilan est déjà très affecté par les grèves et les blocages. Il coûtera aussi très cher à la Tunisie : l’Etat, actionnaire à 50%, va perdre des millions d’euros et la région de Kerkennah (site principal d’activité de Petrofac) 170 emplois directs.

Une catastrophe sociale supplémentaire dont la Tunisie se serait bien passée.

Télécharger le podcast

Source : Rfi

la voie en Afrique subsaharienne

Business : ces Tunisiens qui montrent la voie en Afrique subsaharienne

Publié le 18 août 2016 à 14h58 — Mis à jour le 18 août 2016 à 15h01

Alors que le pays du Jasmin veut rattraper son retard au sud du Sahara, « Jeune Afrique » dresse le portrait de ses entrepreneurs pionniers déjà bien implantés.
C’est après un long retard – dix ans, selon Bassem Loukil, patron du groupe qui porte son nom – que les hommes d’affaires tunisiens s’intéressent à l’Afrique subsaharienne. Causes principales de ce décalage (notamment par rapport à leurs rivaux marocains et égyptiens) : un isolement géographique dû au Sahara ; l’héritage douloureux de l’esclavage, aboli en 1846 et source de préjugés encore bien vivaces ; mais aussi et surtout un manque de volonté politique pour faciliter les relations économiques avec cette région.
A contrario, les entreprises marocaines ont bénéficié d’un soutien volontariste du roi Mohammed VI, qui, depuis 1999, a fait de l’Afrique subsaharienne un objectif stratégique clé, en s’appuyant notamment sur les liens culturels et religieux qui unissent le royaume à l’Afrique de l’Ouest. En suivant cette orientation, les grands groupes marocains (dont Attijariwafa Bank, Royal Air Maroc ou Maroc Télécom) ont entraîné à leur suite une kyrielle de PME chérifiennes, soucieuses de conquérir de nouveaux marchés, appuyées par des agences du ministère du Commerce extérieur.
Résultat : les échanges du Maroc avec l’Afrique subsaharienne ont été dopés, la région représentant 6,3 % du commerce extérieur en 2013 contre 2,3 % en 2003. En Tunisie, le sud du Sahara ne représentait encore en 2015 que 2,4 % du commerce extérieur.
Les signes d’un regain d’intérêt de la Tunisie pour le sud du Sahara se sont toutefois multipliés ces derniers mois. Confronté à des difficultés économiques à l’échelon national, le gouvernement tunisien (en cours de renouvellement) affirmait le 15 septembre 2015 que l’Afrique subsaharienne était désormais au cœur de sa stratégie de développement, détaillée dans son plan quinquennal 2016-2020. À la même période, fin 2015, un groupe d’hommes d’affaires montait Tunisia Africa Business Council, sous la houlette des frères Bassem et Walid Loukil (lire ci-dessous), afin de pousser leurs congénères à débusquer de nouveaux marchés sur le continent.
Mais, pour réussir leur offensive subsaharienne, les groupes tunisiens – le plus souvent familiaux et de taille moyenne – doivent apprendre à mieux travailler ensemble. Et le gouvernement tout comme les organisations patronales et sectorielles doivent mettre en place des structures d’accompagnement ad hoc efficaces. Youssef Chahed, le nouveau Premier ministre nommé le 3 août, devra vite se prononcer sur le sujet.
S’il confirme cette offensive au sud, il pourra s’appuyer sur une poignée d’entrepreneurs pionniers sur le continent, dont nous dressons ici les portraits. Tous pensent que leur pays a encore une carte à jouer dans cette région, en particulier dans l’agroalimentaire, le BTP, les services informatiques ou la formation. Mais ils reconnaissent qu’il y a urgence. Leurs concurrents égyptiens et marocains, mais aussi turcs, indiens et chinois, ne les ont pas attendus pour s’implanter.
Publié le 18 août 2016 à 14h58 — Mis à jour le 18 août 2016 à 15h01
Par Christophe Le Bec et Frida Dahmani

Alors que le pays du Jasmin veut rattraper son retard au sud du Sahara, « Jeune Afrique » dresse le portrait de ses entrepreneurs pionniers déjà bien implantés.

C’est après un long retard – dix ans, selon Bassem Loukil, patron du groupe qui porte son nom – que les hommes d’affaires tunisiens s’intéressent à l’Afrique subsaharienne. Causes principales de ce décalage (notamment par rapport à leurs rivaux marocains et égyptiens) : un isolement géographique dû au Sahara ; l’héritage douloureux de l’esclavage, aboli en 1846 et source de préjugés encore bien vivaces ; mais aussi et surtout un manque de volonté politique pour faciliter les relations économiques avec cette région.
A contrario, les entreprises marocaines ont bénéficié d’un soutien volontariste du roi Mohammed VI, qui, depuis 1999, a fait de l’Afrique subsaharienne un objectif stratégique clé, en s’appuyant notamment sur les liens culturels et religieux qui unissent le royaume à l’Afrique de l’Ouest. En suivant cette orientation, les grands groupes marocains (dont Attijariwafa Bank, Royal Air Maroc ou Maroc Télécom) ont entraîné à leur suite une kyrielle de PME chérifiennes, soucieuses de conquérir de nouveaux marchés, appuyées par des agences du ministère du Commerce extérieur.
Résultat : les échanges du Maroc avec l’Afrique subsaharienne ont été dopés, la région représentant 6,3 % du commerce extérieur en 2013 contre 2,3 % en 2003. En Tunisie, le sud du Sahara ne représentait encore en 2015 que 2,4 % du commerce extérieur.
Les signes d’un regain d’intérêt de la Tunisie pour le sud du Sahara se sont toutefois multipliés ces derniers mois. Confronté à des difficultés économiques à l’échelon national, le gouvernement tunisien (en cours de renouvellement) affirmait le 15 septembre 2015 que l’Afrique subsaharienne était désormais au cœur de sa stratégie de développement, détaillée dans son plan quinquennal 2016-2020. À la même période, fin 2015, un groupe d’hommes d’affaires montait Tunisia Africa Business Council, sous la houlette des frères Bassem et Walid Loukil (lire ci-dessous), afin de pousser leurs congénères à débusquer de nouveaux marchés sur le continent.
Mais, pour réussir leur offensive subsaharienne, les groupes tunisiens – le plus souvent familiaux et de taille moyenne – doivent apprendre à mieux travailler ensemble. Et le gouvernement tout comme les organisations patronales et sectorielles doivent mettre en place des structures d’accompagnement ad hoc efficaces. Youssef Chahed, le nouveau Premier ministre nommé le 3 août, devra vite se prononcer sur le sujet.
S’il confirme cette offensive au sud, il pourra s’appuyer sur une poignée d’entrepreneurs pionniers sur le continent, dont nous dressons ici les portraits. Tous pensent que leur pays a encore une carte à jouer dans cette région, en particulier dans l’agroalimentaire, le BTP, les services informatiques ou la formation. Mais ils reconnaissent qu’il y a urgence. Leurs concurrents égyptiens et marocains, mais aussi turcs, indiens et chinois, ne les ont pas attendus pour s’implanter.

Bassem et Walid Loukil

Bassem Loukil, PDG du groupe Loukil et président de Tunisia Africa Business Council (TABC) et Walid Loukil Directeur général adjoint du groupe Loukil et membre de TABC

Patron du groupe familial qui opère dans l’industrie et la distribution depuis 1976, Bassem Loukil a lancé en 2015 le Tunisia Africa Business Council (TABC). « Nous avons raté de nombreuses occasions ces dix dernières années, regrette-t-il. Avec cet organisme, nous avons l’intention de promouvoir l’expertise tunisienne sur la scène africaine », confiait-il en mars. Bassem et son frère Walid (qui a jadis été tenté par une carrière politique) militent en faveur d’un assouplissement des réglementations douanières et financières pour les opérateurs ciblant les marchés du continent.
Ils veulent proposer aux membres du TABC des voyages de prospection (deux ont déjà eu lieu, un au Mali en janvier, l’autre au Cameroun en avril), des services de mise en relation avec des partenaires locaux et un accompagnement technique, interculturel et managérial. Ils ont pour cela noué un partenariat avec Attijari Bank Tunisie qui s’appuie sur le savoir-faire de sa maison mère au Maroc, présente dans une vingtaine de pays subsahariens.
Source : Jeune Afrique

Stabilisation et paix sociale

Ce que les capitaines d’industrie ont demandé à Youssef Chahed: Stabilisation et paix sociale

De ces longues heures de débats, samedi dernier à Dar Dhiafa, entre le chef du gouvernement et une cinquantaine de chefs d’entreprise, d’avocats d’affaires et d’intermédiaires en bourse, deux mots clefs sont à retenir.
Comment garantir la stabilité et la paix sociale? Tous les maux dont souffre le climat des affaires en Tunisie s’en trouvent résumés.
Source : Leaders

Biographie

Bassem Loukil

Bassem Loukil

Chef d’entreprise Tunisien de 53 ans, il est Président Directeur Général du Groupe Loukil.

Titulaire d’un Doctorat en « Industrial Management» qui vient compléter un Bachelor en informatique et un MBA en finance, Bassem Loukil a suivi ses études universitaires aux Etats Unis à la Georgia State
University qu’il a intégré en 1984.

Avant de rentrer en Tunisie, il décide d’avoir une expérience de l’autre côté de l’Atlantique, et intègre ainsi le géant Américain : Coca Cola Company. Membre de l’équipe en charge du développement dans les pays d’Amérique Latine, il visita toute la région, maitrisant les économies et modes de consommation de ces états.

En 1992, il décide de rentrer en Tunisie et d’intégrer le groupe familial, fondé par son père en 1976, avec comme objectif de le développer c’est-à- dire le diversifier, à partir de son socle fondé autour de l’agriculture et des machines agricoles, pour l’élargir à la distribution automobile, les TIC, l’industrie et le commerce international.

L’étendre aussi au-delà des frontières pour l’installer dans les autres pays du Maghreb et en Afrique subsaharienne lui ouvrant sans cesse de nouvelles perspectives, ce qu’il a réussi à faire notamment sur deux pays : la Lybie (de 1993 à ce jour) et l’Irak (programme pétrole contre nourriture des Nations Unies de 1993 à 2003).

Il occupe alors différentes fonctions au sein du groupe, dont la direction de développement : il introduit les activités informatiques et télécoms (en partenariat avec Samsung, Acer, Alcatel) mais aussi les activités automobiles (Mazda en 1993 et Citroën en 2006).

Depuis 1998, il dirige le groupe Loukil en qualité de Directeur Général. Parmi ses réalisations : la création du plus grand réseau de vente de téléphonie mobile Fono, l’acquisition de GIF Filter, leader Tunisien des filtres, l’acquisition des AMS, leader Tunisien dans le domaine de la robinetterie, ainsi que l’obtention de la carte de distribution de Mazda, Renault Trucks et Citroën, acquise en 2006 avec une part de marché de %1.3 et qu’il a réussi à placer sur la première marche du podium du marché automobile Tunisien avec %12.8 de part de marché en 2014. Ainsi, la Tunisie, est devenue le seul pays au monde où Citroën est classée première des ventes (et cela pour la 3 ème année consécutive).

Le groupe Loukil est composé aujourd’hui de 35 filiales employant plus de 4500 personnes dans différents secteurs : l’industrie, l’automobile, l’agro-industrie, le BTP, le commerce et les services, les TIC et la promotion immobilière.

Outre ses activités professionnelles au niveau de son groupe, Bassem Loukil participe énergiquement au développement de son pays à travers plusieurs organismes et associations caritatives.

Grâce à son expérience chez Coca Cola, il devient le directeur exécutif de l’US Tunisian Business Council, présidé par Coca-Cola en 1989.

En 1991, avec un groupe d’hommes d’affaires à ses côtés, Bassem Loukil participe à la création de The Tunisian American Chamber Of Commerce, dont il devient, outre membre fondateur, trésorier et cela pendant 4 ans.

De 1993 à 1997, il est membre du bureau exécutif de l’Institut Arabe des Chefs d’Entreprise, un Think Tank qui a pour vocation de répondre aux besoins des chefs d’entreprises.

De 1995 à 1999, il est membre du bureau exécutif de la Chambre Tuniso-Italienne du commerce et de l’industrie.

Depuis 2015, il est Président de « Tunisia Africa Business Council », une Organisation Non Gouvernementale, dont le but est de mettre l’Afrique au coeur des préoccupations du gouvernement tunisien ainsi que des opérateurs économiques et mener un travail de rapprochement entre la Tunisie et son continent. Cette présidence s’est matérialisée par l’instauration de plusieurs évènements annuels réunissant des décideurs (présidents, ministres, secrétaires d’états, directeurs généraux, etc…) venus de tout le continent autour de sujets cruciaux pour l’Afrique : l’éducation (Tunisian African Empowerment Forum), le financement (Financing Investment and Trade in Africa), et la santé (Sfax pôle de santé).

Mis à part le coté économique, Bassem Loukil s’investit dans les oeuvres caritatives, il est notamment Président de l’association Diar El Amel. Cette dernière recueille les bébés abandonnés et sans soutien en leur offrant un cadre familial, au niveau d’une unité de vie qui regroupe aujourd’hui plus de 19 enfants (plus de 480 bébés depuis la création de l’association).

Bassem Loukil est Président aussi de la Fondation Amana, qui finance plusieurs projets d’aides à des personnes dans le besoin dans différents domaines, notamment l’éducation des enfants (Restauration d’écoles défavorisées, fournitures scolaires, bourses pour les projets innovants dans le cadre de Movility,colonies de vacances, etc..) ainsi que dans la culture (partenariat avec le Musée Louvres/Bardo, atelier de peinture pour les malades de l’association AGIM).

Bassem Loukil est également président de l’Alliance Française Tunisie, qui fait partie de la plus grande ONG culturelle au monde, dont l’objectif est la promotion de la francophonie à travers la planète. L’AF Tunis (première Alliance Française en Tunisie) propose des cours de Français de tous niveaux et pour tous publics, ainsi qu’une médiathèque contenant plus de 3000 ouvrages et 500 ouvrages numériques. L’Alliance Française organise également des activités culturelles (concerts, pièces de théâtres, projection de films, etc….)

Proche de ses origines, Bassem Loukil a été à plusieurs reprises président du Comité de Soutien du Club Sportif Sfaxien, qui a remporté des titres nationaux et Africains pendant sa présidence.

11 Success Stories

11 SUCCESS STORIES : CES TUNISIENS QUI RÉALISENT « L’IMPOSSIBLE » #1

Certains d’entre eux sont célèbres, d’autres le sont moins, voici la sélection A MAG des 12 tunisiens qui ont relevé le défi et réussi leurs carrières avec brio :

1) L’architecte Daousser Chennoufi :

Installé à Dubai, il manage un célèbre cabinet d’architecture, dont il est l’un des actionnaires et le chairman. Il y est associé à parts égales avec trois dubayotes. Il a construit une coquette mosquée d’inspiration tunisienne « Al Manara Mosque » en bord de mer, dans le quartier de Jumeirah, et a obtenu un Award à «Cityscape» avec son projet (également inspiré du quartier du même nom, de notre capitale) : «Bab Bhar Hotel & Resort», situé à Fujeirah.

2) Le tennisman Slim Hamza :

Originaire de Kairouan, il s’est installé à Salt Lake City dans l’Utah aux Etats Unis après avoir obtenu son baccalauréat en 2011. Classé 34ème meilleur joueur du College Tennis en Division 1 aux USA, il a permis à son équipe de remporter plusieurs titres.

Slim, champion de la petite balle jaune, suit les pas du grand Malek Jaziri pour rendre à son tour hommage au tennis tunisien.

3) Le designer Ali Karoui :

Diplômé d’ESMOD Tunis, Ali est aujourd’hui l’habilleur des stars. Cannes ne parle que de ses créations sensuelles et chic. Il est sans doute le successeur du grand Ezzedine Alaia.

4) L’architecte-pilote Hedda Abd Nabi:

Originaire de Sfax et installée en Allemagne, Hedda, avait réussi sa carrière d’architecte mais voulait réaliser un autre rêve, celui de devenir pilote. A 30 ans, elle aujourd’hui la première femme tunisienne pilote d’avion en Allemagne.

5) La directrice artistique de la maison Hermès Leila Menchari :

Née à Hammamet et vivant en France, elle dirige la décoration et le Comité de coloration de la soie chez Hermès depuis 1978, et à ce titre réalise aussi 4 décors par an pour les vitrines du célèbre créateur.

6) Le Groupe Chaibi, d’UTIC:

Le groupe Ulysse Trading & Industrial Companies est devenu, en quelque 4 décennies, un acteur majeur et multidisciplinaire de l’économie tunisienne (Distribution, négoce, cosmétiques, électromécanique, emballages, agroalimentaire, et tourisme)

7) Le médecin reconverti en homme d’affaires, Hédi Jilani :

Véritable référence dans le milieu du textile et de la confection modernes en Tunisie.

8)Groupe Loukil :

De la vente d’automobiles à l’immobilier en passant par
l’industrie et le commerce, le groupe est présent un peu partout . Il distribue en Tunisie les automobiles Mazda et Citroën, les produits
Panasonic et les ordinateurs Acer.
Il détient également la société AMS, leader en matière de robinetterie sanitaire et d’articles de ménage en acier inoxydables

9) Fondateur de Wallyscar, Zied Guiga :

En 2008, Wallyscar présente au Mondial de l’automobile de Paris son modèle Izis, dont le look inspiré de la Jeep Willys de l’armée américaine. C’est la seule voiture conçue et fabriquée en Tunisie.

10) Groupe Kilani, de ARGANIA :

Argania est en Tunisie le spécialiste par excellence de la distribution de produits de soins et de beauté, et le partenaire privilégié de groupes de marques prestigieuses de la dermo-cosmétique et de l’hygiène.

11) Le groupe Mabrouk:

Créé à la fin des années 1950 et désormais leader dans la grande distribution et actif dans le secteur bancaire, les concessions automobiles et les télécommunications. On lui doit entre autres la Société tunisienne de biscuiterie, la Compagnie de promotion immobilière et touristique, la Société tunisienne de chocolaterie et de confiserie, les Industries alimentaires de Tunisie, Planet Tunisie, la BIAT spécialisée dans la concession automobile, mais aussi Monoprix, Touta, Géant (de l’enseigne Casino), et Orange.

Voilà, c’était les 12 success stories tunisiennes qui vendent du rêve.
« Veni Vidi Vici !»

Par Fatma M’rad

Afrique subsaharienne

Les Tunisiens qui ouvrent la voie en Afrique subsaharienne

Alors que le pays du Jasmin veut rattraper son retard au sud du Sahara, « Jeune Afrique » dresse le portrait de ses entrepreneurs pionniers déjà bien implantés, dans son numéro 2900 en kiosques du 7 au 13 août 2016.

C’est après un long retard – dix ans, selon Bassem Loukil, patron du groupe qui porte son nom – que les hommes d’affaires tunisiens s’intéressent à l’Afrique subsaharienne. Causes principales de ce décalage (notamment par rapport à leurs rivaux marocains et égyptiens) : un isolement géographique dû au Sahara ; l’héritage douloureux de l’esclavage, aboli en 1846 et source de préjugés encore bien vivaces ; mais aussi et surtout un manque de volonté politique pour faciliter les relations économiques avec cette région.

Les signes d’un regain d’intérêt de la Tunisie pour le sud du Sahara se sont toutefois multipliés ces derniers mois. Jeune Afrique dresse plusieurs portraits de ces chefs d’entreprises dans son numéro 2900, en kiosques du 7 au 13 août 2016.

Dans les Indiscrets, Gemalto, le groupe français spécialiste de la biométrie, est sur la sellette à Paris. Et aussi : Aliko Dangote aux petits soins pour Faure Gnassingbé, le capital-investisseur londonien Remsa prospecte en Afrique de l’Ouest et Alucam à la chasse aux investisseurs.

Dans la rubrique Énergie, le prix de l’électricité, un casse-tête pour l’État ivoirien. Le président, Alassane Ouattara, avait annoncé une mesure forte lors de la Fête du travail, le 1er mai, où il avait déploré une hausse des tarifs allant jusqu’à « 30% ou 40 % » – bien au-delà des 15 % initialement prévus entre juillet 2015 et janvier 2016. Deux mois après cette promesse, les clients de la CIE (1,3 million d’abonnés, dont 400 000, ayant accès aux tarifs sociaux, ne sont pas touchés par les hausses) ont reçu coup sur coup deux factures. Explications.

Côté Décideurs, Jeune Afrique consacre un portrait à Adama Kindo, le golden boy burkinabè qui connaît la crise. Celui qui s’exprime essentiellement en mooré (il s’est mis sur le tard au français), et a fait ses premiers pas dans le secteur aurifère en tant qu’intermédiaire entre les exploitants de gisements artisanaux et les bijoutiers de sa province natale, le Soum (nord du Burkina).

En Finance, interview avec Alain Ebobissé, le directeur général du fonds Africa50. Désormais à la tête du fonds spécialisé dans les infrastructures, le Camerounais définit ses ambitions pour ce véhicule d’investissement soutenu par vingt-deux pays actionnaires.

Enfin, le Baromètre des matières premières s’intéresse cette semaine au sucre. « La hausse des prix pèse sur les importateurs africains », estime Sébastien Marlier, analyste matières premières chez The Economist Intelligence Unit

« Source : Jeune Afrique »

Le Groupe PSA et Citroën

Le Groupe PSA et Citroën Tunisie annoncent des projets en Tunisie

Le Groupe PSA a largement honoré ses engagements pris il y a un an, se projette dans l’avenir et attend un retour de la part du gouvernement tunisien.
Par Zohra Abid
C’est le principal message lancé par Jean-Christophe Quemard, directeur Moyen-Orient et Afrique (MENA) du groupe PSA, lors d’une rencontre avec les médias, avant-hier, au showroom de Citroën, aux Berges du Lac à Tunis.
M. Quemard était entouré de Pierre Garnier, directeur Zone Maghreb et Turquie, Valérie Bensoussan, responsable communication – DMOA, et Cédric Rouen, chef de zone Tunisie. Etaient présents Bassem Loukil, Pdg d’Aures Auto, distributeur officiel de Citroën en Tunisie, et Walid Loukil, directeur général adjoint du Groupe Loukil.
Cap sur le continent africain
«Les promesses faites, l’an dernier, en Tunisie, par le constructeur français, ont été largement tenues», a lancé Bassem Loukil, donnant ainsi le ton de la rencontre.
M. Quemard a tenu à rappeler la proximité géographique et culturelle entre la France et la Tunisie, deux pays qui pourront développer des investissements communs au-delà de leurs frontières respectives et aller vers l’Afrique où existe une forte demande et sceller ainsi leur avenir industriel, a-t-il dit.
Etant une porte d’entrée en Afrique, la Tunisie ne peut qu’être une partie prenante dans tous les projets du constructeur français en quête de nouveaux marchés et qui ambitionne de commercialiser, d’ici 2025, pas moins de 1 millions de véhicules dans le continent, a ajouté M. Quemard. Pour réaliser cet objectif ambitieux, il faut monter toute une série de projets, notamment pour la fabrication des pièces de rechange pour automobiles et la Tunisie est bien dotée dans ce domaine, a insisté le responsable du Groupe PSA.
Outre les futurs investissements et projets à l’échelle régionale, M. Quemard a tenu à rappeler que, malgré la rude concurrence et la conjoncture difficile, le constructeur français est parvenu à honorer ses engagements vis-à-vis de la Tunisie et il vient, aujourd’hui, annoncer des bonnes nouvelles au gouvernement tunisien, notamment un contrat pour l’achat de pièces de rechange supplémentaires pour un montant de 116 millions d’euros, qui vont générer 2.000 emplois nouveaux, directs et indirects. Ce montant dépasse de loin celui des véhicules vendus dans le pays, a tenu à préciser le responsable du constructeur français. «Nous apportons des devises; nous créons de la valeur ajoutée, de l’emploi et de la mobilité. Et malgré la conjoncture difficile et la concurrence du marché, on est passé de 250 à 350 millions d’euros de pièces de rechange achetées en Tunisie», a encore souligné M. Quemard.
Le régime du quota pose problème
Tout en affirmant que la concurrence est une loi du marché, Bassem Loukil a estimé que le régime des quotas, imposé depuis 15 ans aux concessionnaires importateurs de voitures, empêche de faire tourner la machine et freine l’élan du secteur. «On ne peut pas fixer le même quota à tous les concessionnaires, mais l’imposer selon les ventes réalisées. Ce pourcentage imposé est une vraie barrière commerciale», a indiqué M. Loukil. Aussi le gouvernement tunisien doit-il tenir compte des efforts déployés par les opérateurs en matière d’exportation, a-t-il insisté, par allusion au groupe qu’il dirige. «Un groupe qui crée de la valeur ajoutée doit avoir plus d’avantages et le régime des quotas doit tenir compte efforts consentis pour le développement des exportations, grâce à notre filiale Gif Filter, qui assure une entrée non négligeable de devises pour la Tunisie», a souligné M. Loukil. Et c’est l’une des questions évoquées par M. Quemard, lors de sa rencontre, le même jour, avec le Premier ministre Habib Essid et 2 membres de son gouvernement.
Citroën Tunisie a profité aussi de cette rencontre pour annoncer plusieurs nouveautés qui seront mises sur le marché dans les mois à venir, notamment la nouvelle C3. «Une merveille», promet M. Loukil.

Les Rencontres AFRICA 2016

Les Rencontres AFRICA 2016 qui se tiendront à Paris les 22 et 23 Septembre 2016 au Palais d’Iéna, est la plus importante manifestation économique jamais organisée en France pour favoriser les relations économiques avec l’Afrique. Plus de 300 personnalités, 1000 décideurs et 3000 rendez-vous cette manifestation est créée à l’initiative du ministère des Affaires étrangères et du Développement international et du ministère de l’Économie, de l’Industrie et du Numérique Français, et en collaboration avec la fondation Africa France, et le Conseil économique, social et environnemental. Pour la Tunisie le CEPEX en partenariat avec Classe Export et TABC se sont alliés afin que les entreprises tunisiennes soient valorisées pendant cette manifestation de très grande ampleur.

La conférence animée par Mme Aziza Htira, PDG du Cepex, M. Bassem Loukil, président de TABC et M. Marc Hoffmeister, président de Classe Export Group. Les trois organismes ont signé une convention de partenariat pour travailler ensemble à la réussite de la participation Tunisienne à cet évènement et assureront l’accompagnement de la délégation d’hommes d’affaires Tunisiens qui se déplacera à cette occasion. C’est d’ailleurs la mission principale du TABC, celle de mettre l’Afrique au coeur des préoccupations du Gouvernement tunisien ainsi que des opérateurs économiques et mener un travail de rapprochement pour une meilleure coopération Sud-Sud favorisant le développement durable et la prospérité partagée en faveur des populations Africaines.

A PROPOS LES RENCONTRES AFRICA 2016

Cette manifestation bénéficie d’un parterre d’intervenants exceptionnels, Emmanuel Macron, Ministre de l’économie, Jean Marc Ayrault, Ministre des affaires étrangères, Amadou Ba, Ministre de l’Economie du Sénégal, Daniel Kablan Duncan 1er Ministre de Côte d’Ivoire … Ainsi de près d’un milliers de décideurs d’entreprises de bon niveau qui vont se retrouver afin de ressauter. Conçue pour les entreprises africaines et les entreprises françaises, cette manifestation permet des rendez-vous d’affaires préprogrammés entre entreprises durant 2 jours.

Le continent africain joue, aujourd’hui, un rôle essentiel dans le monde économique. L’objectif de cette rencontre internationale est de faciliter et de diversifier les échanges. De faire naître des coopérations industrielles, économiques et technologiques, de créer des emplois en plaçant l’homme au centre des préoccupations, de favoriser le transfert de savoir-faire, de développer des formations.

La manifestation est également soutenue par la Societe Générale, AFD / Proparco, Bpifrance, Business France, la CGPME, le CIAN, COFACE, le Comité National des Conseillers du Commerce Extérieur de la France et par de nombreuses Chambres de Commerce et d’Industrie.

Les Rencontres Africa 2016 s’inscrivent dans la perspective du sommet Afrique – France qui réunira les chefs d’États africains et français, à Bamako, en 2017.

Tunisie – Sfax

Tunisie – Sfax: Inauguration d’une salle de marchés financier à l’école supérieure du commerce

Une salle de marchés financier a été inaugurée vendredi à l’école supérieure du commerce à Sfax, créée dans le cadre d’un accord de partenariat entre cette école et la bourse de Tunis, en présence de plusieurs hommes d’affaires, d’enseignants universitaires et de spécialistes dans le domaine des transactions financières et de la bourse, outre des étudiants de l’école supérieure du commerce.
A cette occasion, une journée d’étude a été organisée sur ” la bourse et les petites et moyennes entreprises: défis et perspectives”, dans le cadre de la coopération entre l’école et la bourse de Tunis, et l’association des diplômés de l’école supérieure du commerce de Sfax.
Le directeur de l’école supérieure de commerce de Sfax, Rochdi El Feki a souligné que la création d’une salle de marchés financier au sein de l’école et l’organisation d’une journée d’étude s’inscrivent dans le cadre de l’ouverture de l’école sur son environnement financier et visent à consolider les efforts de l’état pour la promotion du secteur financier et la sensibilisation à l’importance du marché financier dans la création des petites entreprises.
Cette rencontre a comporté plusieurs interventions dont l’importance du marché financier et son impact sur la bonne marche des entreprises et des témoignages de la part de professionnels et d’hommes d’affaires qui ont souligné l’importance de la communication et la transparence et la valorisation des ressources humaines pour la réussite de la souscription en bourse.

TABC et IHEC

TABC et IHEC lancent un partenariat sur l’Afrique

Bassem Loukil, président du TABC, se félicite de la signature du partenariat avec l’IHEC.
Le Tunisia-Africa Business Council (TABC) et l’IHEC Carthage viennent de signer un accord de partenariat ciblant le continent africain.
L’accord a été signé, le lundi 30 mai 2016, au siège de l’IHEC, à Carthage-Présidence, au nord de Tunis, en marge de la cérémonie de lancement de la 12e édition du HEC Challenge, un concours annuel du meilleur business plan des étudiants de masters M2 de l’IHEC et dont les projets seront conçus cette année pour une présence en Afrique.
Le TABC vise, à travers ce partenariat, à sensibiliser les jeunes diplômés de l’IHEC au potentiel du marché africain.
Il s’agit de positionner l’IHEC et le TABC en tant qu’acteurs majeurs dans le développement des échanges économique de la Tunisie avec l’Afrique, de faciliter l’ouverture des enseignant-chercheurs et des étudiants sur leur environnement économique et social international, de faire du TABC un partenaire opérationnel de l’université en général et de l’IHEC en particulier, en contribuant à l’épanouissement académique, social et environnemental des étudiants et des enseignants, et, last but not least, à développer des études de marchés et des études approfondies spécifiques sur des marchés de l’Afrique subsaharienne.
Cette convention avec l’IHEC témoigne de la volonté du TABC de s’ouvrir sur le monde académique et de contribuer à travers son think-tank à développer une approche tunisienne du continent africain.

Citroën

Citroën Tunisie lancera bientôt une académie de sport

Aures Auto lancera, en automne prochain, la Citroën Academy, pour former les futurs champions de Tunisie, toutes disciplines sportives confondues.
C’est Bassem Loukil, Pdg d’Aures Auto, concessionnaire de la marque française en Tunisie, filiale de la holding UADH, pôle automobile du Groupe Loukil, qui a annoncé ce projet, dimanche soir, sur la chaîne Al Watania 1.
La Citroën Academy ouvrira ses portes au lendemain des Jeux Olympiques à Rio de Janeiro, au Brésil, prévus du 5 au 21 août 2016, et prendra en charge entre 100 et 120 jeunes sportifs âgés de 13 à 15 ans, les meilleurs dans leurs disciplines respectives, pour assurer leur préparation aux JO de Tokyo (Japon), qui auront lieu du 24 juillet au 9 août 2020.
Ce projet vise à soutenir une dizaine de disciplines de sport individuel, qui manque horriblement de soutien alors qu’il est le plus porteur de médailles olympiques.
Bassem Loukil s’est dit optimiste quant à la participation des 5 champions tunisiens sponsorisés par Citroën Tunisie au JO de Rio.
«Nous avons confiance en eux et espérons avoir 3 à 4 médailles à Rio. Notre espoir est de voir flotter notre drapeau national plus d’une fois au Brésil, cet été», a-t-il déclaré.
Les 5 sportifs sponsorisés par Citroën Tunisie sont Habiba Ghribi, l’athlète spécialiste des courses de fond et de demi-fond, l’escrimeuse Ines Boubakri, Yassine Trabelsi, 2e mondial du taekwondo (qui vient de décrocher, il y a quelques jours, en Egypte, la médaille d’or du Championnat d’Afrique), et les 2 judokas Faycel Jaballah (+100 kg) et Nihel Cheikhrouhou (+78 kg).

UADH

UADH : LE GROUPE RESTE PRUDENT SUR SES PRÉVISIONS ET MAINTIENT LES OBJECTIFS DU BP D’INTRODUCTION

Lors de l’Assemblée Générale Ordinaire du groupe UADH, le premier dirigeant, Bassem Loukil, a relaté les réalisations de 2015. Ainsi les revenus se sont considérablement améliorés par rapport à l’année 2014 tant par l’intégration des revenus des sociétés LVI et Trucks Gros que la croissance des sociétés déjà intégrées au groupe UADH depuis 2014, particulièrement les revenus provenant des sociétés Aures Auto et Economic Auto qui se sont accrus respectivement de 18% et 22%. Les revenus consolidés sont passés de 143,897 à 368,503 MDT, soit une croissance de 100%. Toutefois, l’absence d’une situation pro forma qui neutralise l’effet du changement de périmètre ne permet pas d’estimer la croissance organique du groupe.
UADH est en train tirer profit de la forte évolution des ventes de véhicules de la marque phare du groupe, Citroën, qui a maintenu son statut de leader pour deux années successives avec 6731 véhicules immatriculés (utilitaires et particuliers confondus) soit 12,42% de part de marché et +18,71% par rapport à l’année dernière. La marque Mazda a clôturé l’année avec 1776 unités, soit une évolution de 22,65%. Dans les véhicules de 16 T et plus, Renault trucks a su maintenir une part de marché de 21%.
A fin 2015, le groupe UADH a gagné 2,4 points de part de marché sur le secteur de la distribution de véhicules légers, soit une croissance de 18% et a pu, en conséquence, surperformer le marché dont l’évolution par rapport à 2014 était seulement de 1,57% (de 53362 première immatriculations à 54 203). En termes de premières immatriculations des véhicules légers, le groupe UADH a vendu en 2015 8570 véhicules contre 7118 en 2014, soit une augmentation de 1389 véhicules.
Ces performances ont boosté l’EBITDA à 42,129 MDT, l’EBIT à 34,781 MDT et le résultat net à 14,834 MDT. Le groupe affiche un ROE de 15,56% et un ratio d’endettement en nette amélioration à 1,3 contre 2,2 en 2014, même s’il demeure supérieur à la norme. Le fait marquant en 2015 reste la poursuite des opérations de financement intra et inter-groupe en faveur des entreprises du groupe Loukil qui commence à peser dans l’actif de l’UADH, ce qui démontre que la restructuration du groupe Loukil et les différents sous-groupes n’est pas encore finie. UADH a tout intérêt à réduire ses opérations de prêts et concentrer ses ressources financières sur son métier de base. Les effets escomptés non échus totalisent prés de 22 MDT occasionnant des frais financiers assez lourds.
Côté perspectives, le management appuyé par le Commissaire aux Comptes, a reconduit les objectifs du Business Plan de l’introduction soit 18,289 MDT en 2016 et 21,750 MDT en 2017, tout en affirmant que les performances réalisées jusqu’au 31 mars 2016 qui dépassent les objectifs budgétés, permettent d’entrevoir une bonne année 2016.
L’AGO a décidé la distribution d’un dividende de 65 millimes à partir du 22 juillet, le management a alors rappelé que la distribution de dividendes au titre de 2015 n’était pas prévue et s’est voulue symbolique, promettant un dividende bien plus important l’année prochaine.

la journee mondiale de l’afrique

le club afrique developpement dattijari bank et tunisia africa business council celebrent la journee mondiale de lafrique

A l’occasion de la journée mondiale de l’Afrique, le Club Afrique Développement d’Attijari bank et Tunisia Africa-Business Council, ont organisé au siège de la banque un workshop sous le thème « Rôle des institutions financières, banques et assurances, dans l’accompagnement des opérateurs économiques tunisiens en Afrique ».
L’objectif du workshop est de présenter aux entreprises ayant un projet de développement en Afrique, les services d’accompagnement, les produits de financement, les défis à relever et recueillir leurs propositions pour participer à améliorer le cadre réglementaire.
Après l’allocution de M. Bassem Loukil, président de TABC et le mot de M. Taoufik Rajhi, ministre conseiller du chef du Gouvernement, un workshop a été animé par le président d’honneur de TABC, M. Jalloul Ayed et auquel ont participé : M. Hicham Seffa, directeur général de Attijari bank, qui présenté la stratégie de la banque en matière d’accompagnement en Afrique, Mme Souheila Chabchoub, PDG de la COTUNACE, qui a présenté les outils qu’offre la COTUNACE pour assurer les opérations d’export. Quant à Mme Faiza Feki, directeur général à la BCT, son intervention a porté sur la réglementation de changes. Le représentant de la BAD, M. Rodrigues Fernando, a présenté les possibilités de financement qu’offre la BAD sur le continent Africain. Enfin, M. Rafik Mzah, du fond d’investissement Africinvest, a donné une idée sur l’intervention du fond en Afrique.
A la fin du workshop, M. Jaloul Ayed, a animé un débat entre les participants et les panélistes, qui a montré l’importance stratégique du volet financement pour développer les entreprises tunisiennes en Afrique et surtout l’importance de la présence de nos banques et assurances sur le continent africain pour faciliter les opérations et surtout pour assurer un accompagnement adéquat.
À propos de TABC :
Organisation non Gouvernementale, fondée par des acteurs économiques clefs et des personnalités tunisiennes Tunisia-Africa Business Council (TABC), dont le but est de mettre l’Afrique au cœur des préoccupations du Gouvernement tunisien ainsi que des opérateurs économiques et mener un travail de rapprochement et d’Africanisation de notre continent et ce, grâce à une capitalisation structurée des connaissances, de savoir-faire et de compétences. Elle vise de devenir l’acteur de référence pour une meilleure coopération Sud-Sud favorisant le développement durable et la prospérité partagée en faveur des populations Africaines

Total Tunisie et Mazda

Total Tunisie et Mazda font route ensemble

Total Tunisie et Economic Auto, concessionnaire de la marque japonaise Mazda en Tunisie, rouleront désormais ensemble.
Par Zohra Abid
Si les 2 enseignes, qui disent partager les mêmes valeurs, celles de la performance, de l’innovation, de la fiabilité et de la satisfaction du client, se sont mis la main dans la main, c’est parce qu’elles ont beaucoup à gagner de cette association : de nouveaux parts de marché à conquérir et la confiance renouvelée de leurs clients respectifs. Et ça roulera, désormais, pour deux et dans les deux sens.
Gagnant/gagnant
Cette volonté de faire un bout de chemin ensemble a été soulignée, mardi 3 mai 2016, lors de la signature d’un contrat de partenariat pour une période de 7 ans, au siège de Total Tunisie, aux Berges du Lac de Tunis, en présence des représentants des médias.
Pour signer un contrat d’une telle importance, les deux patrons, Matthieu Langeron, directeur général de Total Tunisie, et Bassem Loukil, Pdg du Groupe Loukil, dont Economic Auto est l’une des filiales, étaient présents, accompagnés de leurs proches collaborateurs, notamment le directeur général d’Economic Auto, Anis Majoul, et le directeur ‘Spécialités’ à Total Tunisie, Sami Logani.
Les deux partenaires, qui se sont félicités de cette alliance, ont tout un programme d’accompagnement de leurs clients. Si le pétrolier français offre aux automobiles Mazda des lubrifiants spécifiques développés par ses laboratoires, Economic Auto propose, de son côté, des avantages tout aussi importants, eu égard au poids du Groupe Loukil en Tunisie et en Afrique.
Total Tunisie, on le sait, qui est également fournisseur exclusif de Citroën et Renault Trucks, cherche à renforcer ses liens avec UADH, la holding automobile du groupe Loukil, composée de Gif Filter, LVI, Aures Auto (Citroën) et Economic auto (Mazda).
Plus de parts de marché à l’horizon
Le groupe pétrolier français est déjà partenaire de Mazda Europe depuis plus de 12 ans et ce partenariat fonctionne bien, chaque partie y trouvant finalement son compte, notamment en fidélisant leurs clients respectifs.
Les lubrifiants Total sur des moteurs Mazda répondent aux spécifications particulièrement exigeantes des technologies motrices Skyactiv, développées spécialement par la marque japonaise et qui sont très appréciées en Europe, a expliqué M. Langeron. «Total est l’une des premières compagnies pétrolières et gazières au monde. C’est le numéro 2 mondial de l’énergie solaire avec SunPower. Ses 100.000 collaborateurs s’engagent pour une énergie meilleure, plus sûre, plus propre, plus efficace, plus innovante et accessible au plus grand nombre. Et la marque est aujourd’hui présente dans plus de 130 pays. En Tunisie, elle emploie 220 personnes et génère 3500 emplois indirects», a tenu à rappeler M. Langeron. Et d’ajouter : «Ici, nos activités sont réparties sur 7 sites industriels et 153 stations-services dédiées à la distribution de produits et services pétroliers. Notre objectif est d’investir 100 millions de dinars au cours de la période 2015/2017».

Présent en Afrique et au Moyen Orient, Total est leader de son secteur dans cette région avec une part de marché estimée à 15%. «Plus 2 millions de clients sont accueillis chaque jour dans l’une des 5000 stations Total, sur ce périmètre géographique», soulignera le Français.
Grâce à ce contrat avec Mazda Tunisie, Total va continuer à se développer, et pas seulement en Tunisie, sachant que le Groupe Loukil est en train de pousser son avantage en Afrique subsaharienne.
«Notre groupe a réussi à convaincre et à imposer un cahier des charges respectant les normes de qualité dans certains pays africains où, pourtant, les produits contrefaits chinois et ceux de la contrebande accaparent le marché, et ceci est une réussite», a lancé, de son côté, Bassem Loukil, qui croit que les marchés africains, aujourd’hui en pleine croissance, offrent des perspectives intéressantes pour le développement des deux groupes. Il y a donc des synergies à inventer et à mettre en place dans plusieurs pays du continent.
Bonne route
Fort de ses 2.300 concessionnaires agréés dans plus de 45 pays, principalement en Europe, Total peut continuer à se développer, à regarder l’avenir avec sérénité et à nouer des alliances. «Plus de 140 milliards de km ont déjà été parcourus par des moteurs protégés par des lubrifiants Mazda développés par Total», a souligné, de son côté, Sami Logani, qui ne tarit pas d’éloge pour les huiles sorties des laboratoires de Total : «les plus économiques sur le marché et les plus respectueuses de l’environnement», dira-t-il. «Nos lubrifiants sont adaptées aux nouvelles technologies de l’industrie automobiles. Et nous restons à la disposition de Mazda pour la formation et le marketing», ajoutera-t-il.
«Mazda Tunisie offre des prestations en perpétuelle évolution et la satisfaction de la clientèle demeure la principale priorité d’Economic Auto, qui emploie 224 personnes, et dont le chiffre d’affaires s’est accru de 20%, chaque année, au cours des 5 dernières années», a lancé, de son côté, Anis Majoul, en rappelant l’importance du réseau constitué de 7 succursales, se trouvant dans pratiquement toutes les régions, de Tunis à Gabes, en passant par Ben Arous, Sousse et Sfax.
En d’autres termes : deux partenaires solides et ambitieux seront encore plus forts en avançant ensemble.

La Fondation Amana

La Fondation Amana au secours des jardins d’enfants publics

La Fondation Amana, relevant du Groupe Loukil, vient de signer un protocole de partenariat et de collaboration avec le ministère de la Femme, de la Famille et de l’Enfance.
La signature de ce protocole de partenariat, qui s’inscrit dans la cadre de l’engagement de la Fondation Amana pour l’amélioration du système éducatif en Tunisie et pour la mise en place des bases d’un partenariat sociétal avec le gouvernement, s’est déroulée le samedi 23 avril 2016, au siège du ministère de la Femme. Il a été paraphé par la ministre de la Femme, de la Famille et de l’Enfance, Samira Maraï, et le directeur général du Groupe Loukil et directeur exécutif de la Fondation Amana, Bassem Loukil.
Cet accord de partenariat, qui entre dans le cadre du partenariat public-privé, vise à améliorer les conditions de scolarité dans les jardins d’enfants publics, afin d’assurer l’égalité des chances entre les enfants qui y sont inscrits et ceux qui sont scolarisés dans les jardins d’enfants privés.
L’accord prévoit, en outre, la restauration ou le réaménagement des jardins d’enfants publics en les dotant du matériel pédagogique nécessaire pour assurer les meilleures conditions d’éveil, de socialisation et d’éducation des enfants. Il prévoit, d’un autre côté, l’organisation de colloques et de séminaires visant à former les professionnels de la petite enfance et à sensibiliser l’opinion sur le phénomène de l’enfance délaissée, et ce, en étroite collaboration avec la politique générale de l’Etat en matière de protection de cette enfance.
A cette occasion, Mme Meraï a insisté sur la nécessité de conjuguer les efforts du public et du privé pour mettre en place un cadre propice à une croissance saine pour nos enfants. «Il faut que les jardins d’enfants publics soient un espace attractif proposant un encadrement personnalisé et des activités préscolaires essentielles à l’épanouissement des enfants», a-t-elle déclaré, en rappelant le rôle important que peuvent jouer les entreprises économiques et les hommes d’affaires dans le soutien des efforts déployés par l’Etat dans le domaine de l’éducation.
Pour sa part, M. Loukil a insisté sur la nécessité de ce genre de partenariat entre le public et le privé avec l’implication de la société civile pour soutenir l’Etat dans sa volonté d’assurer un avenir meilleur pour l’enfance et pour la femme, notamment dans les régions intérieures.
Mr Loukil a insisté sur l’engagement de la Fondation Amana pour l’amélioration du système éducatif en Tunisie en rappelant diverses actions entreprises dans ce sens avec le ministère de l’Education.
Il a réitéré l’engagement de la Fondation à mettre en place les bases d’un partenariat sociétal avec le ministère de la Femme, de la Famille et de l’Enfance, en apportant sa contribution dans tous les projets qui lui seront proposés en ce sens.

Le Cameroun

Le Cameroun, des opportunités à saisir pour les Tunisiens

Une mission de prospection multisectorielle est prévue au Cameroun du 4 au 7 avril 2016. Au programme de cette manifestation, des rencontres de très hauts niveaux avec les ministres et les cadres supérieurs de l’administration camerounaise ainsi que les hommes d’affaires locaux. Des rencontres de Networking bien ciblées et des visites d’entreprises seront également au menu. En outre, deux forums économiques sont prévus.
La délégation tunisienne sera composée d’une trentaine d’hommes d’affaires, opérant dans plusieurs secteurs d’activités notamment les industries plastiques, l’industrie électrique, l’agro-alimentaire, l’industrie mécanique et métallurgique, l’enseignement supérieur, la santé, la télécommunication, les services financiers, le conseil et la formation ainsi que les matériaux de construction.

A cet effet, une journée d’information sur les potentiels d’échanges économiques avec le Cameroun a été organisée par TABC, l’UPMI et Conect International, vendredi 18 mars 2016 au Centre de promotion des exportations (Cepex), en présence de la PDG du Cepex , Aziza Htira, de l’ambassadeur du Cameroun en Tunisie, Victor Loe, du président de TABC, Bassem Loukil, de la présidente de Conect International, Monia Jeguirim Essaidi et du vice-président de l’UPMI, Ameur Abdennahdher.

A cette occasion, dans son allocution d’ouverture, Mme Htira a évoqué qu’il y a des insuffisances sur l’Afrique, avec un manque de représentations diplomatiques sur le continent ainsi qu’une absence presque totale de liaisons aériennes ou maritimes sur la région subsaharienne. Elle a estimé que l’investissement au Cameroun représente une opportunité, étant bien classé dans les classements mondiaux pour son attractivité en Afrique. Elle a, également, mis en avant l’emplacement stratégique du Cameroun avec celui de la Tunisie, qui peut bien desservir les pays du Maghreb que ceux de l’Union européenne.
«Je pense que les opportunités sont là, il faut bien les saisir !», a-t-elle martelé.
Aziza Htira a indiqué, dans ce contexte que l’Afrique est une priorité pour le Cepex, n’étant pas un marché traditionnel pour la Tunisie et que ceux qui vont vers l’Afrique, ceux qui organisent des missions de prospection ou des missions Be to Be là bas et ceux qui veulent s’implanter, peuvent bénéficier d’un bonus du Fonds de promotion des exportation (Foprodex).

Pour sa part, M. Loe a expliqué que son rôle en tant qu’ambassadeur consiste à ouvrir les voies, à fixer le cadre pour faciliter le contact avec son pays et à accompagner les investisseurs.
«Il faudrait que les gens aient le courage d’aller sur place de sentir le pays. Je leur conseille la prudence et la patience, d’abord pare que ce sont des économies asymétriques. Pour ceux qui n’ont pas encore visité mon pays, il ne faut pas s’attendre à trouver des autoroutes, ou des hôtels 5*.
Non, vous venez comme un combattant de la chose économique pour le développement du continent. Il y a beaucoup à faire !», a-t-il expliqué. Et d’ajouter : «Tous nos amis Tunisiens qui ont acquis une certaine expérience dans divers domaines, nous leur tendons les bras pour leur dire le Cameroun est un vase chantier».
Concernant le problème du visa, il a indiqué que cela pourrait être bientôt résolu : son pays tendant vers la suppression des visas. Il a noté, dans ce contexte que l’ambassade a simplifié les procédures et réduit les délais pour que les vrais hommes d’affaires aient leur visa en 2 heures seulement.
Concernant le problème du transport, il a annoncé que Tunisair s’apprête à lancer d’ici le mois de juin une desserte vers son pays

Bassem Loukil a précisé, quant à lui, que cette mission est programmée suite à celle du Mali pour les opportunités que représente le Cameroun. Il a indiqué que des études ont été menées par TABC pour le choix des pays à prospecter. Outre les avantages cités par l’ambassadeur, il a rappelé que le Cameroun a fait une croissance de plus de 5% en 2015 contre 4,8% en 2014.
Le pays jouit d’une position géographique exceptionnelle, avec un accès à la mer, tout en étant une plateforme essentielle pour l’Afrique centrale et l’Afrique de l’Ouest, a-t-il souligné, en notant que le pays regorge de ressources naturelles : énergie, gaz ou produits agricoles. Des potentialités existent dans l’installation d’industries de transformation sur place, le BTP qui est un secteur clé qui cherche à se développer avec d’importants projets d’infrastructure, l’enseignement supérieur, le secteur médical et celui des services.
Il a précisé que beaucoup de pays concurrents de la Tunisie sont en train de s’implanter d’une façon accélérée dans ce pays, ce qui prouve qu’il y a beaucoup à développer et à faire au Cameroun : un pays qui présente des opportunités non seulement pour les échanges mais aussi pour des investissements des Tunisiens sur place.
Pour lui, le seul moyen de s’implanter et de s’imposer sur le long terme est qu’ils y aillent, osent, prennent des risquent et s’installent sur place.

Monia Jeguirim Essaidi a appelé à la création d’un team national pour l’export chapoté par le CEPEX, où toutes les organisations travaillent selon une stratégie nationale pour mieux développer l’export et le travail à l’international. « L’Afrique est en marche et c’est important que nous enfants africains nous participions à sa construction », a-t-il éstimé.

Présent à cet événement, l’ancien ambassadeur au Cameroun, Abderrazak Landoulsi, a souligné, dans son témoignage, que le peuple camerounais est très accueillant. Il a indiqué que la Tunisie a des relations excellentes avec ce pays, en soulignant que notre pays jouit d’un capital de considération et d’estime énorme.
Autre point évoqué par M. Landoulsi, en 2014, la Tunisie a présenté une demande d’adhésion en tant que membre associé à la CEMAC. Pour lui, cette demande doit être suivie, surtout que les Camerounais sont très favorables. Ceci dit, il faut poursuivre les démarches avec les autres Etats pour avoir le statut. En outre, il recommande la finalisation de l’accord commercial préférentiel qui est parvenu à un stade avancé.

Le Cameroun regorge de potentialité. Il est, d’abord, un point d’accès au CEMAC (Communauté économique et monétaire d’Afrique centrale), la zone monétaire et de libre-échange avec la République centrafricaine, le Congo, le Gabon, la Guinée Equatoriale et le Tchad.
Le pays a réalisé en 2015 un PIB de 34,03 milliards de dollars (soit 1.045 dollars par habitant), en croissance de 6,6% avec une inflation de 1,45% et un taux de chômage de 4,3% seulement.
Concernant ses échanges avec la Tunisie, le Cameroun est son 4ème client et son 4ème fournisseur en Afrique, a précisé Youssef Bayoudh, sous-directeur de la coopération avec les pays arabes et africains au sein du Cepex. La margarine représente 22% du total des exportations tunisiennes vers ce pays. En contrepartie, le café non torréfié représente 40,9% des importations de ce pays, a-t-il indiqué.

Parmi les secteurs porteurs : l’agroalimentaire, les équipements mécaniques, électriques et électroniques, les pièces de rechange automobiles et de véhicules industriels et agricoles, la santé et services de soin, le textile et habillement (vêtements de travail), les produits pharmaceutiques et parapharmaceutiques, les télécommunications, le BTP (routes et autoroutes, ouvrages divers, …), les TIC, l’eau et l’assainissement (gestion de réseaux de distribution, …), l’énergie électrique, etc

Tunisia Africa Business Council

Lancement officiel du Tunisia Africa Business Council

La cérémonie de lancement du « Tunisia Africa Business Council-TABC » s’est tenue, vendredi 16 octobre 2015, en présence du secrétaire d’Etat aux Affaires étrangères, Touhami Abdouli, du président d’honneur du Conseil, Jalloul Ayed, de son président, Bassem Loukil ainsi que de plusieurs invités notamment le secrétaire générale d’Ennahdha et ancien chef du gouvernement Ali Laârayedh, l’ancien ministre auprès de Hamdi Jebali chargé des affaires économiques, Ridha Saïdi, et plusieurs ambassadeurs africains.

Il s’agit d’un conseil d’affaires qui vise à renforcer davantage la coopération économique entre la Tunisie et le continent africain et promouvoir les relations entre les investisseurs tunisiens et africains.

Dans son allocution d’ouverture, M. Ayed a indiqué : «Il nous a semblé opportun après la révolution tunisienne que la Tunisie reprenne sa palace d’antan, la place qu’elle mérite et la place qui est sienne sur le continent africain et c’est la raison pour laquelle nous avons décidé de créer un Conseil tuniso-africain des affaires qui vise à promouvoir la coopération, l’investissement et les échanges entre la Tunisie et ses pays amis africains». Pour lui, l’Afrique est sur l’écran radar de l’ensemble des pays du monde, car le continent recèle aujourd’hui d’opportunités énormes.

Il a précisé, dans ce cadre, que le conseil a trois objectifs : fournir l’information, le conseil et l’accompagnement aux entreprises et groupes tunisiens qui sont actifs en Afrique et surtout à ceux qui ne le sont pas et pensent l’être ; devenir une porte de proposition surtout vis-à-vis des autorités tunisiennes, pour former ensemble une stratégie dans le but de se repositionner sur le continent africain ; et être présent dans toute manifestation africaine.

Pour sa part, M. Loukil a affirmé que le Tunisia Africa Business Council est une organisation non gouvernementale, créée par des personnalités tunisiennes bénévoles dans le but d’établir une plateforme favorable à une mutualisation des ressources, une capitalisation des connaissances et une meilleure coopération Sud-Sud. «Il s’agit essentiellement d’élargir les horizons pour les industriels Tunisiens et Africains en améliorant la croissance économique par le levier de l’export et les projets de partenariat avec nos confrères Africains », a-t-il souligné.

Pour Bassem Loukil, le continent africain, «le nouveau Eldorado du monde», recèle de gisements de développement des plus importants et de progrès pour les 50 prochaines années. En effet, l’Afrique représente 14% des réserves mondiales de pétrole et de gaz, 36% des ressources mondiales en hydroélectricité, 60% de la surface mondiale de terres arables non cultivées. Le continent également possède le taux d’épargne le plus élevé après l’Asie. En outre, on s’attend qu’en 2050, il représente 25% de la population active mondiale. Il fait 5% de croissance par an, tiré par la consommation des ménages.

M. Loukil a précisé que le conseil aura pour mission d’ouvrir la voix pour les PME en créant une plate-forme et un réseau d’entrepreneurs tunisiens désirant se développer en Afrique ; de fournir aux décideurs des informations et des services permettant d’identifier les opportunités en Afrique et les transformer en projets ; de mettre en relation les entrepreneurs et investisseurs et réunir des compétences pour l’assistance technique et l’accompagnement à l’implémentation de projets innovants et intégrateurs en Afrique.

Le conseil devra peser sur les politiques gouvernementales pour améliorer les échanges entre la Tunisie et les pays africains, moyennant une réglementation plus souple, des réformes et un climat d’affaire approprié ; mener des études et organiser des forums pour améliorer la visibilité, le positionnement sur certains marchés et niches, l’évaluation du risque et un partage des idées, de la technologie et des projets innovants ; et apporter un soutien et des solutions pragmatiques aux difficultés liées au développement des entreprises tunisiennes sur un marché africain porteur mais complexe à appréhender.

Bassem Louki a souligné que TABC vise un développement durable et soutenable ainsi qu’une prospérité partagée en faveur des populations africaines. Il s’est engagé avec tous les membres du conseil à rendre le Tunisia Africa Business Council «une ONG qui compte en Afrique, et qui réunit déjà des personnalités influentes, au service de la coopération Tuniso-Africaine, pour un essor Africain, par des Africains, pour les Africains».

Enfin, Touhami Abdouli a souligné l’importance du rôle du Conseil pour soutenir l’Etat dans ses efforts d’ouverture sur le marché africain et de diversifier ses partenaires avec le continent.
«Cette initiative offre le cadre idéal aux acteurs économiques pour débattre des opportunités, échanger les expériences et assurer une réelle ouverture de l’économie tunisienne vers le continent africain», a-t-il affirmé, en se disant confiant sur le fait que «ce conseil apportera une aide précieuse pour le renforcement de la présence tunisienne en Afrique de l’ouest et subsaharienne».