TABC : Démarrage de la 2 ème édition de FITA 2019 sous le signe du commerce et de l’investissement

FITA 2019

« Pour une accélération du commerce et des investissements interafricains », c’est sous ce thème que s’est ouvert ce mardi 5 février 2019 à Tunis la deuxième édition de la conférence internationale FITA 2019 (Financing Investment and Trade in Africa).

Organisée par TABC (Tunisia Africa Business Council) en partenariat avec le ministère du Développement de l’Investissement et de la Coopération Internationale, le Ministère du Commerce et le Ministère des Affaires Étrangères, cette édition a drainé une kyrielle de personnalités du monde de l’économie, des cadres et décideurs africains, plusieurs ministres d’investissement, de coopération internationale et de commerce africains, plusieurs agences d’investissement, des patrons d’institutions financières panafricaines et internationales, des CEO et des experts…

Avant le début des travaux, Bassem Loukil, président de TABC, a souligné la nécessité de développer davantage le rapprochement avec le continent africain. « La Tunisie était absente de son continent pendant longtemps. Après avoir conquis diplomatiquement le continent, le rapprochement ne peut se faire sans financer nos investissements et nos échanges. Il urge de construire une nouvelle économie, un développement intra-africain. Pour cela il faut développer les moyens financiers. C’est le but de ce forum aujourd’hui », a lancé Loukil.

Lors de la séance d’ouverture, M. Zied Laadhari, ministre du Développement de l’Investissement et de la Coopération Internationale, s’est réjoui de ce forum d’autant plus qu’il s’agit d’un thème d’actualité pertinent eu égard aux nombreux enjeux. Pour le ministre, 3 grands défis attendent le continent africain.

« Le premier est un défi d’image. L’Afrique est un continent qui a un déficit d’image (turbulences, crises humanitaires) alors que c’est une terre qui a un potentiel énorme de développement. Seulement nous ne sommes pas conscients de ces atouts d’où amélioration de la prise de conscience pour stimuler la croissance », selon le ministre.

« Le deuxième défi est un défi d’intégration régionale. Nous sommes le continent le moins intégré où seul 13% de notre commerce est intra-africain, contre 60% pour l’Europe. Il y a donc lieu de développer les opportunités. Le troisième défi est un défi d’investissement qui reste à un niveau faible, en dessous de 20% du PIB. », ajoute-t-il.

500 millions de dollars destinés aux banques et entreprises tunisiennes

Cette séance d’ouverture a été l’occasion d’offrir des trophées FITA 2019 à 3 personnalités importantes. Il s’agit de M. Gabriel Curtis, Ministre en charge des Investissements et des Partenariats publics-privés en Guinée-Conakry, M. Benedict Okey Oramah, président d’Afreximbank, et Hani Salem Sonbol, CEO ITFC.

A cette occasion, le président d’Afreximbank est venu avec de très bonnes nouvelles. A savoir un financement par Afreximbank de 800 millions de dollars en Tunisie, soit 300 millions pour soutenir les banques tunisiennes et 500 millions destinés aux entreprises. Des investissements qui ne manqueront d’apporter un bol d’air frais à l’économie tunisienne.

Cette seconde édition FITA 2019, qui s’étalera sur deux jours (mardi 05 et mercredi 06 février) sera l’occasion pour enrichir le débat autour des mécanismes de financement des opérateurs économiques en Afrique. Plusieurs objectifs stratégiques sont visés à travers cette manifestation: évaluer la situation du financement, du commerce et de l’investissement, en Tunisie et en Afrique; présenter les offres et mécanismes de financement sur le continent africain; instaurer un espace d’opportunités et de rencontres entre organismes panafricains de développement économique, banquiers, capital-risqueurs, (fonds d’investissements et experts); mettre en exergue les solutions financières alternatives émergentes (capital développement, crowdfunding, assurance-crédit); rapprocher les banques tunisiennes de leurs homologues panafricaines; élargir le cadre de networking, de mise en relation, de partenariat entre les opérateurs économiques à la recherche de ressources et les bailleurs de fonds…

A cette occasion, plusieurs pays africains ont présenté leur plan de développement économique, leurs projets d’investissement structurants (en particulier en PPP), ainsi que les modalités de financement.
Cette année, le TABC a souhaité mettre à l’honneur la Côte-d’Ivoire et le Mali, à travers deux sessions spéciales « Invest in Mali » et «Investissement en Côte-d’Ivoire ».

Des personnalités de haut niveau venant de Côte-d’Ivoire, du Mali et de la Guinée-Conakry, ainsi qu’une centaine d’institutions financières et d’organismes internationaux et panafricains ont été présents (BAD, AFREXIMBANK, BERD, BID, ITFC, BANK OF AFRICA, AFRICINVEST, MIGA/Banque Mondiale, SONIBANK Niger et Bénin, SOCIETE GENERALE, CORIS BANK, BSIC, BCP, PROPARCO, BMICE…).

L’ensemble des institutions financières de la place, les fonds d’investissement et les assurances n’ont pas manqué ce rendez-vous devenu incontournable.
Plus de 2000 rendez-vous BtoB ont été programmés sur une plateforme dédiée spécialement à l’évènement « FITA EVENT », plus de 3000 opérateurs ont confirmé leur participation et près de 80 tables ont été mises en place pour les rencontres BtoB. Sans compter 8 panels qui seront animés par 60 speakers de haut niveau.

A travers cette deuxième édition, TABC ambitionne de faire de FITA le rendez-vous annuel africain par excellence du financement de l’investissement et du commerce en Afrique.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *