Relançons notre économie en soutenant nos entrepreneurs

La situation des réserves en devises vient à nouveau confirmer la nécessité de mettre les bouchées doubles pour promouvoir les exportations.

Ceci étant dit, on constate qu’avec un dinar à son plus bas niveau historique, une croissance économique ne dépassant pas les 1,9%, un déficit budgétaire de la balance commerciale jamais atteint, un taux de chômage avoisinant les 17%, le constat des performances historiques réalisées par plusieurs banques est troublant.

Les bénéfices réalisés au titre de l’exercice 2017 ont connu une croissance exponentielle. Au moment où ces « Surperformeurs » du marché voient leurs bénéfices s’envoler (multipliés par 3 et 4 en une année !!!), ces derniers refusent de financer les contrats à l’export, les PME, les start-ups, les nouveaux projets industriels, le développement régional, l’agriculture … en bref la seule réinjection de cash envisagée est la remontée des dividendes aux actionnaires.

Heureusement d’ailleurs qu’il y a quelques banques qui font l’exception.

En réalité, ces mêmes bénéfices proviennent du financement agressif de la dette publique ainsi que de l’absence de toute politique macroéconomique et de toute vision internationale de l’ancien Gouverneur de la Banque Centrale.

Conséquences ? Absence de liquidités sur le marché financier, augmentation des taux d’intérêts, une économie réelle laissée aux abois car jugée, par les banques, à risque.

Complètement asphyxiée par les banques, avec la complicité de l’ancienne direction de la Banque Centrale, l’économie se retrouve progressivement prise en otage et il est plus qu’Urgent d’agir.